[Google]

Catégories

Liens

«Sondage» de fin d‘année: résultats

Vous avez été 114 personnes à participer à notre «straw poll» sur l‘année politique 2007 au Québec. Nous vous remercions de votre participation relativement nombreuse, surtout que nous l‘avons concocté à la dernière minute avant les vacances des fêtes. Si nous reprenons l‘expérience l‘année prochaine, nous débuterons plus tôt afin de permettre une plus grande participation.

Avant de dévoiler les résultats, une petite précision méthodologique s‘impose: comme les répondants n‘ont pas été sélectionnés aléatoirement, il va de soi que les résultats du «sondage» ne sont pas représentatifs et ne sauraient être extrapolés à l‘ensemble de la population québécoise. Le vox pop de fin d‘année n‘est représentatif que des 114 personnes qui ont pris le temps d‘y répondre.

Donc, sans plus attendre, voici les résultats avec, en prime, les choix de la rédaction de QuébecPolitique.com:

L‘année politique 2007 au Québec

I. Hommes et femmes politiques

1. Selon vous, quel est l‘homme ou la femme politique de l‘année 2007 au Québec?

Le choix du public:

  • André Boisclair: 3,5%
  • Jean Charest: 1,8%
  • Françoise David: 2,6%
  • Mario Dumont: 21,1%
  • Pauline Marois: 63,2%
  • Scott McKay: 1,8%
  • Aucune de ces réponses: 6,1%

Le choix de QuébecPolitique.com: Lors du premier sondage public réalisé en 2007 (CROP, du 18 au 28 janvier), l‘ADQ était à 14% dans les intentions de vote. 2 mois plus tard, ce parti parvenait à former l‘opposition officielle. Selon Léger Marketing (28 et 29 mars), si le scrutin avait eu lieu 1 semaine plus tard, l‘ADQ aurait remporté l‘élection. Pour cette raison et pour le tsunami politique survenu le 26 mars dernier, notre choix se porte sur Mario Dumont.

2. Selon vous, quel est la ou le député de l‘année 2007 au Parti libéral du Québec?

Le choix du public:

  • Line Beauchamp: 11,4%
  • Jean Charest: 8,8%
  • Philippe Couillard: 16,7%
  • Michelle Courchesne: 6,1%
  • Monique Jérôme-Forget: 21,1%
  • Nathalie Normandeau: 7,9%
  • Aucune de ces réponses: 28,1%

Le choix de QuébecPolitique.com: Le gouvernement libéral vient de vivre sa première session parlementaire sans-faute depuis l‘élection générale de 2003, et pourtant, c‘est «aucune de ces réponses» qui l‘emporte. C‘est un peu dur, non? Pour notre part, nous sélectionnons Monique Jérôme-Forget, qui est la première ministre des Finances à cumuler cette fonction avec la présidence du Conseil du trésor – par conséquent, elle contrôle à la fois la politique budgétaire et les dépenses de l‘État – depuis Jacques Parizeau en 1976.

3. Selon vous, quel est la ou le député de l‘année 2007 à l‘Action démocratique du Québec?

Le choix du public:

  • Éric Caire: 9,6%
  • Mario Dumont: 39,5%
  • Richard Merlini: 4,4%
  • Sébastien Proulx: 12,3%
  • Sylvie Roy: 5,3%
  • Gilles Taillon: 10,5%
  • Aucune de ces réponses: 18,4%

Le choix de QuébecPolitique.com: Mario Dumont. Sans ce dernier, aucun des 40 autres députés adéquistes ne serait en fonction en ce moment.

4. Selon vous, quel est la ou le député de l‘année 2007 au Parti québécois?

Le choix du public:

  • André Boisclair: 5,3%
  • Pierre Curzi: 17,5%
  • Bernard Drainville: 12,3%
  • François Gendron: 24,6%
  • François Legault: 15,8%
  • Pauline Marois: 22,8%
  • Aucune de ces réponses: 1,8%

Le choix de QuébecPolitique.com: François Gendron, pour son rôle dans le dénouement de la crise budgétaire de mai-juin dernier.

II. Les événements politiques

5. Selon vous, quel est l‘événement politique de l‘année 2007 au Québec?

Le choix du public:

  • L‘accession de l‘ADQ à l‘opposition officielle: 35,1%
  • L‘élection d‘un gouvernement minoritaire à l‘Assemblée nationale: 23,7%
  • La crise budgétaire de mai 2007: 0,9%
  • La motion de censure de l‘ADQ sur l‘abolition des commissions scolaires: 0,0%
  • La nomination d‘un premier Conseil des ministres à parité hommes-femmes: 0,9%
  • Le départ d‘André Boisclair/l‘arrivée de Pauline Marois comme chef du PQ: 10,5%
  • Le projet de loi du PQ sur l‘identité québécoise: 28,1%
  • Aucune de ces réponses: 0,9%

Le choix de QuébecPolitique.com: L‘accession de l‘ADQ à l‘opposition officielle. Volatilité électorale extrême ou réalignement politique permanent? Seul l‘avenir nous le dira, mais une chose est sûre, la remontée adéquiste avant et pendant la campagne électorale de 2007 risque de rester dans les annales.

6. Selon vous, quelle a été la consultation publique de l‘année 2007 au Québec?

Le choix du public:

  • La commission Bouchard-Taylor (accommodements raisonnables): 71,9%
  • La commission Johnson (effondrement du viaduc de la Concorde): 8,8%
  • La consultation publique sur les conditions de vie des aînés: 0,9%
  • La tournée de consultation sur les algues bleues: 2,6%
  • Le sommet sur la forêt: 6,1%
  • Aucune de ces réponses: 9,6%

Le choix de QuébecPolitique.com: La commission Bouchard-Taylor (accommodements raisonnables). Honnêtement, nous voulions vérifier avec cette question si autre chose que la commission Bouchard-Taylor avait attiré l‘attention cette année 🙂

7. Selon vous, quelle est la recrue de l‘année sur la scène politique québécoise?

Le choix du public:

  • Bernard Drainville: 44,7%
  • Christine St-Pierre: 0,9%
  • Gilles Taillon: 8,8%
  • Marguerite Blais: 0,9%
  • Pierre Curzi: 30,7%
  • Sébastien Proulx: 7,9%
  • Aucune de ces réponses: 6,1%

Le choix de QuébecPolitique.com: 2007 a été une année faste en matière de recrues politique puisque lors de l‘élection générale du 26 mars dernier, 56 candidat ont été élus pour la première fois. Bernard Drainville est un de ceux qui ont su se démarquer du lot, sans compter qu‘il a eu le flair politique d‘être un des premiers à plaider publiquement pour le retour de Pauline Marois en politique active à un moment où à peu près tout le monde avait oublié son existence (reportez vous en mai dernier…).

III. La blogosphère politique

8. Selon vous, quel est le blogue politique de l‘année 2007 au Québec?

Le choix du public:

Le choix de QuébecPolitique.com: C‘est bien aimable de votre part, mais sur celle-là , we beg to differ. S’il y a un blogue qui a marqué l‘année 2007, c‘est bien Le surfeur autonome de Pierre Morin. Et si l‘ADQ a, selon Yves Williams, remporté la «guerre des blogues» lors de la dernière élection générale, c‘est très largement grâce à Mister Pi.

9. Selon vous, quel est la politicienne ou le politicien blogueur (ancien ou actuel) de l‘année?

Le choix du public:

Le choix de QuébecPolitique.com: Gilles Taillon et Joseph Facal ex aequo.

«Sondage» de fin d‘année: rappel

Ceci est simplement pour vous rappeler de participer à notre sondage-maison-sans prétention-scientifique portant sur l‘année politique 2007 au Québec. Si vous n‘avez pas encore répondu au questionnaire, vous avez jusqu‘à demain à midi (heure normale de l‘est) pour ce faire.

Les résultats dans le courant de la soirée de demain.

C‘est un rendez-vous!

Réforme du mode de scrutin: le rapport du DGE

Nous avions peur de nous ennuyer pendant le temps des fêtes, mais heureusement que le directeur général des élections est là pour nous donner quelques lectures supplémentaires entre la dinde et la tourtière!

Il y a 1 an, le ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Benoît Pelletier (LIB), consultait le DGE afin d‘obtenir son avis sur un certain nombre de modalités entourant l‘adoption éventuelle d‘un mode de scrutin mixte proportionnel pour élire les députés à l‘Assemblée nationale: l‘attribution des sièges de région calculée sur la base des régions administratives, et non de districts regroupant des circonscriptions contiguës; des listes régionales de candidats des partis politiques établies en fonction de l‘alternance femmes-hommes; l‘interdiction de la double candidature; l‘utilisation de deux votes plutôt que d‘un seul et l‘introduction de mesures financières incitatives qui s‘appliquent aux élus seulement et non plus aux candidats et candidates

Le rapport issu de cette consultation, intitulé Les modalités d‘un mode de scrutin mixte compensatoire, a été rendu public hier. Résumé de 18 pages (format pdf), 260 pages de rapport (format pdf) et 150 pages d‘annexes (format pdf): oui, le rapport est aussi dense qu‘il en a l‘air, tellement que pas moins de 5 communiqués ont été publiés pour en résumer le contenu (1, 2, 3, 4 et 5). Notons tout de même l‘idée ingénieuse de réaliser des simulations à partir d‘un modèle théorique plutôt qu‘à partir des résultats des élections générales antérieures. Cela est susceptible d‘augmenter les probabilités que le lecteur se fasse une opinion sur les diverses options en présence en fonction de leur mérite propre plutôt qu‘en fonction de l‘option susceptible de favoriser le parti politique qu‘il appuie généralement.

Pour vous mettre en contexte, nous vous suggérons de lire cet article de Denis Lessard, paru mercredi dernier dans La Presse, où il brosse un portrait des démarches gouvernementales concernant le mode de scrutin depuis 2003 ainsi que des enjeux entourant le débat.

Communiqué

Communiqué no 1 – Rapport du DGE sur le mode de scrutin

Le DGE rend public son rapport sur un mode de scrutin

Québec, le 21 décembre 2007 – Le Directeur général des élections du Québec, Me Marcel Blanchet, rend public un rapport portant sur les modalités d‘un mode de scrutin mixte compensatoire et sur d‘autres questions connexes. Le DGE répond ainsi au mandat que lui a confié en décembre 2006, le ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, M. Benoît Pelletier, au nom du gouvernement. Ce dernier avait en effet utilisé une disposition de la loi lui permettant de consulter le Directeur général des élections, à la suite des travaux de la Commission spéciale sur la Loi électorale portant sur un projet de réforme du mode scrutin déposé en 2004 à l‘Assemblée nationale. On se souviendra la Commission n‘avait pu établir de consensus au sujet de certaines modalités du mode de scrutin proposé.

« Les architectes d‘un éventuel mode de scrutin mixte compensatoire doivent faire des choix, a précisé Me Blanchet, et le rapport du DGE éclairera les élus ainsi que toutes les personnes intéressées, quant aux conséquences de certains de ces choix. » L‘exercice réalisé par le Directeur général des élections consistait donc à voir comment pourrait fonctionner un mode de scrutin mixte compensatoire et quels seraient notamment les effets des changements proposés sur la proportionnalité des résultats, la représentation des femmes et des minorités, sur la représentation des régions et sur celle des petits partis.

Un modèle théorique et des simulations statistiques

Comment «faire fonctionner» un mode de scrutin qui n‘existe pas au Québec, de façon à «le voir en action» et à prévoir ses différents impacts possibles? Pour y arriver, le DGE a conçu un modèle théorique en collaboration avec différents spécialistes des mathématiques et des sciences politiques. L‘idée de «tester» le mode de scrutin avec des résultats d‘élections antérieures n‘a pas été retenue : d‘une part pour produire l‘analyse la plus neutre et la plus impartiale possible et, d‘autre part, parce qu‘on ne retrouve pas dans les scrutins québécois, des modalités qu‘il était nécessaire d‘inclure dans l‘analyse, comme le fait de voter deux fois. Le modèle théorique a donc permis de créer une sorte de « laboratoire » où l‘on a pu notamment tester :

  • trois types de compensation;
  • des façons d‘élire les députés qui feraient en sorte que la répartition des élus représenterait plus ou moins les pourcentages de votes exprimés (le caractère « proportionnel » de la représentation);
  • des méthodes de calcul pour attribuer les sièges de compensation (qui seraient attribués à des « députés de liste », lesquels s‘ajouteraient à des « députés de circonscription » choisis selon le mode majoritaire traditionnel);
  • des seuils de représentation (des pourcentages minimaux de vote qu‘un parti devrait obtenir pour avoir droit à des sièges de liste);
  • des hypothèses en vertu desquelles l‘électrice ou l‘électeur exerce un vote ou deux votes pour élire les députés de circonscription et les députés de liste.

C‘est en procédant à des simulations statistiques, en collaboration avec l‘Institut de la statistique du Québec, que l‘on a appliqué le modèle théorique. « Nous avons ainsi fait appel à des mathématiciens statisticiens à qui nous avons soumis divers scénarios », a précisé Me Blanchet. « Cela nous amenait inévitablement sur un terrain très spécialisé, mais c‘était la meilleure façon d‘obtenir des réponses éclairantes, et de voir quels impacts les modalités d‘un mode de scrutin mixte compensatoire pouvaient avoir », a ajouté le DGE.

Les consultations effectuées au Québec et l‘expérience internationale

Le rapport du DGE sur le mode de scrutin mixte compensatoire fait également écho aux consultations qui ont suivi le dépôt de l‘avant-projet de loi sur la Loi électorale. Tous les mémoires soumis en 2005 et 2006 à la Commission spéciale sur la réforme de la Loi électorale ont été réexaminés. La documentation émanant des États généraux sur la réforme des institutions démocratiques qui se sont déroulés au début de 2003, et de la consultation publique qui les avait précédés, a aussi été passée en revue.

L‘examen des différentes modalités du mode de scrutin mixte compensatoire a en outre été alimenté par des recherches réalisées par divers experts internationaux. De plus, le DGE a compilé un inventaire de nombreuses expériences vécues dans les provinces canadiennes et dans différents pays, et qui avaient un lien avec le projet québécois.

Toute cette recherche documentaire, autant au Québec, au Canada, qu‘à l‘international, a permis de compléter les informations recueillies lors des simulations statistiques.

Les «autres questions» abordées par le DGE et sa position quant aux choix à effectuer

Le mandat confié par le gouvernement au DGE était «ouvert», puisqu‘il permettait au Directeur général des élections de « proposer toute suggestion ou modalité apparaissant appropriée afin d‘atteindre l‘objectif d‘une Assemblée nationale qui représente mieux la diversité des opinions politiques et des volontés de l‘électorat québécois».

Le rapport rendu public aujourd‘hui va donc plus loin que ne le demandait le ministre, en étudiant certains impacts particuliers d‘un mode de scrutin mixte compensatoire et en abordant la question du nombre de députés à l‘Assemblée nationale. Sur le strict plan de l‘administration des scrutins, le document revient par ailleurs sur l‘idée de voter le dimanche plutôt que le lundi, en plus de répondre au souhait du ministre d‘examiner l‘idée de tenir des élections à date fixe au Québec.

Finalement, il est important de souligner que s‘il se prononce sur de nombreux sujets en termes «d‘avantages et d‘inconvénients», le rapport du DGE demeure avant tout une source d‘analyses et de renseignements ayant pour but d‘éclairer celles et ceux qui prendront les décisions quant à d‘éventuelles modifications du mode de scrutin québécois. «Le DGE ne prétend pas se substituer au législateur, a voulu réaffirmer Me Blanchet, car la façon d‘élire les députées et les députés, ainsi que la représentation des électrices et des électeurs à l‘Assemblée nationale, sont porteuses d‘enjeux extrêmement importants qui doivent faire l‘objet de décisions qui appartiennent avant tout aux citoyens et aux élus.»

Le rapport du Directeur général des élections sur les modalités d‘un mode de scrutin mixte compensatoire est accessible sur le site Web du DGE à l‘adresse www.electionsquebec.qc.ca.

– 30 –

«Sondage» de fin d‘année sur QuébecPolitique.com

En cette fin d‘année, nous avons décidé de lancer un sondage petit maison sur les faits marquants de l‘année politique 2007 au Québec. Dans ce sondage, qui n‘a aucune valeur scientifique, nous vous invitons à vous prononcer sur une dizaine de questions portant sur les hommes et femmes politiques, sur les événements de l‘année ainsi que sur la blogosphère politique (les questions ainsi que les choix de réponse sont reproduits ci-dessous). Ça prend environ 5 minutes pour y répondre.

Vous avez jusqu‘au 29 décembre prochain à midi pour participer au sondage. Les résultats seront dévoilés d‘ici au 31 décembre.

Soyez nombreux à participer à ce «straw poll». Pour ce faire, cliquez sur ce lien. Inutile de répondre dans la section «commentaires» attachée à ce billet, vos choix ne seront pas comptabilisés.

L‘année politique 2007 au Québec

I. Hommes et femmes politiques

1. Selon vous, quel est l‘homme ou la femme politique de l‘année 2007 au Québec?

  • André Boisclair
  • Jean Charest
  • Françoise David
  • Mario Dumont
  • Pauline Marois
  • Scott McKay
  • Aucune de ces réponses

2. Selon vous, quel est la ou le député de l‘année 2007 au Parti libéral du Québec?

  • Line Beauchamp
  • Jean Charest
  • Philippe Couillard
  • Michelle Courchesne
  • Monique Jérôme-Forget
  • Nathalie Normandeau
  • Aucune de ces réponses

3. Selon vous, quel est la ou le député de l‘année 2007 à l‘Action démocratique du Québec?

  • Éric Caire
  • Mario Dumont
  • Richard Merlini
  • Sébastien Proulx
  • Sylvie Roy
  • Gilles Taillon
  • Aucune de ces réponses

4. Selon vous, quel est la ou le député de l‘année 2007 au Parti québécois?

  • André Boisclair
  • Pierre Curzi
  • Bernard Drainville
  • François Gendron
  • François Legault
  • Pauline Marois
  • Aucune de ces réponses

II. Les événements politiques

5. Selon vous, quel est l‘événement politique de l‘année 2007 au Québec?

  • L‘accession de l‘ADQ à l‘opposition officielle
  • L‘élection d‘un gouvernement minoritaire à l‘Assemblée nationale
  • La crise budgétaire de mai 2007
  • La motion de censure de l‘ADQ sur l‘abolition des commissions scolaires
  • La nomination d‘un premier Conseil des ministres à parité hommes-femmes
  • Le départ d‘André Boisclair/l‘arrivée de Pauline Marois comme chef du PQ
  • Le projet de loi du PQ sur l‘identité québécoise
  • Aucune de ces réponses

6. Selon vous, quelle a été la consultation publique de l‘année 2007 au Québec?

  • La commission Bouchard-Taylor (accommodements raisonnables)
  • La commission Johnson (effondrement du viaduc de la Concorde)
  • La consultation publique sur les conditions de vie des aînés
  • La tournée de consultation sur les algues bleues
  • Le sommet sur la forêt
  • Aucune de ces réponses

7. Selon vous, quelle est la recrue de l‘année sur la scène politique québécoise?

  • Bernard Drainville
  • Christine St-Pierre
  • Gilles Taillon
  • Marguerite Blais
  • Pierre Curzi
  • Sébastien Proulx
  • Aucune de ces réponses

III. La blogosphère politique

8. Selon vous, quel est le blogue politique de l‘année 2007 au Québec?

9. Selon vous, quel est la politicienne ou le politicien blogueur (ancien ou actuel) de l‘année?

Bourget: la «réflexion» de McKay prend fin

Vous direz peut-être que ce pari que nous avions pris il y a 1 mois n‘était pas très risqué. Il n‘empêche que le très prévisible dénouement de la «consultation» du chef du Parti vert du Québec, Scott McKay, dans Bourget a été dévoilé aujourd‘hui sur le site Web du parti. L‘assemblée d‘investiture du Parti vert dans Bourget, où Scott McKay sera candidat, aura lieu le 23 janvier prochain.

Et tant qu‘à parler du Parti vert, mentionnons que son prochain congrès national aura lieu les 29 et 30 mars prochains à Trois-Rivières.

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

PQ: investitures en Montérégie

Des membres du conseil exécutif national du Parti québécois oeuvreraient présentement pour être candidats dans une circonscription lors de la prochaine élection générale, et la Montérégie semble être leur point de chute de prédilection:

  • La Prairie (PQ): l’assemblée d’investiture dans La Prairie aura lieu le 3 février prochain. Pour l’instant, le seul candidat en lice est le président de la commission politique du PQ, François Rebello, consultant auprès du Groupe investissement responsable dont il fut président-directeur général jusqu’en 2007. M. Rebello fut candidat lors de l’élection générale de 2007 dans La Prairie, s’inclinant alors par 3% d’écart (1 285 voix) contre l’actuelle députée de La Prairie, Monique Roy Verville (ADQ) (source: Le Reflet);
  • Marguerite-D’Youville (PQ): la présidente de l’exécutif national du PQ, Monique Richard, envisagerait de présenter sa candidature dans Marguerite-D’Youville lors de la prochaine élection générale. Pour sa part, l’ex-président de l’association de comté et candidat défait lors de l’élection générale de 2007 dans Marguerite-D’Youville, Sébastien Gagnon, a refusé de confirmer s’il sera ou non candidat à l’investiture du PQ. La date de l’assemblée d’investiture dans Marguerite-D’Youville n’a pas encore été dévoilée par l’exécutif national du PQ (source: La Seigneurie).

Ces deux candidatures (potentielle dans le cas de Monique Richard) s’ajoutent au possible retour (nous l’avions rapporté cet été) de Marie Bouillé, conseillère et responsable du groupe d’action politique des femmes, dans Iberville, où elle fut candidate lors de l’élection générale de 2007.

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

Nouvelles municipales de fin d‘année

Ce sont possiblement les dernières nouvelles électorales au niveau municipal pour 2007:

  • La Bostonnais (Mauricie): le conseiller Gérald Gallant (siège no 6), qui avait été élu lors d‘une élection partielle en mai dernier, a démissionné du conseil municipal au début de ce mois (source: L‘Écho de La Tuque);
  • L‘Ancienne-Lorette (Capitale-Nationale): lors de l‘élection partielle qui avait lieu hier à la Ville de l‘Ancienne-Lorette, Daniel Dupuis a été élu au poste de conseiller pour le district Saint-Olivier, raflant 478 voix (62,63%) contre 284 (37,27%) pour son adversaire, Jean Trottier (source: Le Soleil);
  • Montréal (Montréal): une double élection partielle avait lieu hier à l‘arrondissement d‘Outremont de la Ville de Montréal. d‘abord, à la mairie d‘arrondissement, Marie Cinq-Mars (Union Montréal) a été élue, obtenant 47,05% des voix (2 073) sur ses adversaires Jean-Claude Marsan (Projet Montréal, 37,43%, 1 649) et Christine Hernandez (Vision Montréal, 14,96%, 659). Ensuite, dans le district Robert-Bourassa, Marie Potvin (Union Montréal) a également été élue au conseil municipal avec 45,32% des suffrages (387) contre 35,13% (300) pour Denise Rochefort (Projet Montréal), 13,58% (116) pour Marc Vanier Vincent (Vision Montréal) et 3,63 (31) pour Olivier Delomme (indépendant). 4 425 électeurs sur les 15 382 inscrits dans l‘arrondissement d‘Outremont se sont prévalus de leur droit de vote, ce qui donne un taux de participation de 28,77% (25 bulletins ont été rejetés). Dans le district Robert-Bourassa, 854 électeurs sur 3 135 inscrits ont voté (taux de participation de 27,24%), 20 bulletins ayant été rejetés (source: Ville de Montréal et L‘Express d‘Outremont);
  • Saint-Anicet (Montérégie): 3 candidats étaient en lice lors de l‘élection partielle qui avait lieu à Saint-Anicet le 25 novembre dernier. André Picard l‘a emporté par 46 voix contre 26 pour Françoys Pharand et 12 pour Nicole Lecours (source: Le Soleil de Valleyfield);
  • Sainte-Angèle-de-Mérici (Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine): la mairesse de Sainte-Angèle-de-Mérici, Francine Bezeau, ainsi que le conseiller Michel Canuel ont tous deux démissionné le 10 décembre dernier. Les deux élections partielles devraient avoir lieu d‘ici le mois d‘avril (source: Le Soleil);
  • Salaberry-de-Valleyfield (Montérégie): une élection partielle aura lieu le 16 mars prochain dans le quartier La Baie à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield. Trois candidats sont déjà en lice, soit MM. Jean-Jacques Leduc, Roger Levert Jr. et Gilles Tremblay (source: Le Soleil de Valleyfield)

Maka Kotto nommé; le PI s‘active

Voici quelques brèves sur les candidatures pour finir la semaine:

  • Bourget (PQ): l‘assemblée d‘investiture du PQ dans Bourget a eu lieu hier. Tel que prévu, c‘est le député fédéral de Saint-Lambert, Maka Kotto (BQ) qui a été nommé par acclamation. d‘après un lecteur régulier de ce site, près de 200 militants auraient assisté à l‘événement (source: Cyberpresse);
  • Gouin (PI): la journaliste et écrivaine Caroline Moreno, qui est également un des chefs de file du Parti indépendantiste, sera candidate à l‘investiture du parti dans la circonscription. Toutefois, selon le Journal de Rosemont/Petite-Patrie, son simple statut d‘aspirante-candidate ne semble pas l‘empêcher de chercher à débattre publiquement avec celui qui pourrait être son adversaire lors de la prochaine élection générale, le député péquiste Nicolas Girard (source: Journal de Rosemont/Petite-Patrie).

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

Voter, c‘est génétique?

C‘est ce qu‘avancent deux politologues de UCSD (University of California, San Diego), James H. Fowler et Christopher T. Dawes, dans 2 études parues cet automne (Laura Baker, du département de psychologie de USC, est co-auteure d‘un des 2 articles). Le résumé de l‘étude «The Genetic Basis of Political Participation» se lit comme suit:

The decision to vote has puzzled scholars for decades. Theoretical models predict little or no participation in large population elections and empirical models have typically explained only a relatively small portion of individual-level variance in turnout behavior. However, these models have not considered the influence of genetic variation on voting. Matching public voter turnout records in Los Angeles to a twin registry, we study the heritability of political behavior in monozygotic and dizygotic twins. The results show that the decision to vote is significantly influenced by genetic factors. We also replicate these results with data from the National Longitudinal Study of Adolescent Health and show that they extend to a broad class of acts of political participation. Our findings suggest that humans exhibit genetic variation in their tendency to participate in political activities and, more importantly, that biological evolution may play an important role in the development of mechanisms that help humans overcome social dilemmas.

Par ailleurs, dans «Two Genes Predict Voter Turnout», Fowler et Dawes vont plus loin et vont jusqu‘à identifier les gênes qui, selon eux, et en combinaison avec des facteurs de l‘environnement social (on ne va pas jusqu‘à expliquer des comportements politiques uniquement par déterminisme génétique, tout de même), contribueraient à augmenter la participation électorale en raison de l‘influence qu‘ils exerceraient sur les processus neurochimiques qui influencent les comportements sociaux. Ainsi, il semble que les gênes MAOA et 5HTT auraient une influence sur l‘augmentation du taux de participation au sein d‘une population donnée.

En voilà une hypothèse qui fera jaser dans les milieux académiques. À suivre…

Les 2 articles (The Genetic Basis of Political Participation et Two Genes Predict Voter Turnout) sont disponibles sur le site Web de James Fowler en format pdf.

(trouvé via Election Law et The Monkey Cage)

À soir, on fait peur au monde!

C‘est la réflexion qui nous est venue à l‘esprit en lisant cette nouvelle faussement alarmiste du Journal de Montréal portant sur les résultats d‘une étude les connaissances politiques des jeunes Nord-Américains et qui rapporte notamment que les jeunes Québécois ayant participé à l‘étude ont obtenu une moyenne de 43% à un examen portant sur leurs connaissance politiques. Or, la fameuse théorie du verre à moitié vide ou à moitié plein s‘applique très bien ici: d‘une part, les jeunes Québécois font moins bien que les jeunes Européens; d‘autre part, les jeunes Québécois font mieux que les jeunes Canadiens ou Américains. Désolez-vous ou consolez-vous, c‘est votre choix. Visiblement, le titreur du JdM a fait son choix: «Ignorante jeunesse», ça a le mérite d‘être clair.

Mais le «faussement alarmiste» que nous déplorons ne provient pas tant des résultats de l‘étude citée que du traitement de la nouvelle par le Journal de Montréal. Les phrases du style «dont le journal a obtenu copie», sans trop préciser la source de l‘étude (on nomme et cite Henry Milner tout de même) donnent l‘impression que ça leur avait été envoyé dans une enveloppe brune par un whistleblower sous le nez des services secrets alors qu‘en réalité, il s‘agit d‘une étude de l‘Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) qui a été dévoilée à la mi-novembre avec communiqué de presse et tout ça (format pdf) et dont le dévoilement était attendu depuis plusieurs mois (nous en parlions déjà en août dernier).

L‘étude en question s‘intitule «Political Knowledge and Participation Among Young Canadians and Americans». Pas besoin d‘enveloppe brune pour mettre la main dessus, c‘est sur le site Web de l‘IRPP. Le résumé est ici (en anglais, format pdf) et le rapport complet est là  (en anglais, format pdf)

Bonne lecture, et surtout, SURTOUT, déclenchez votre démarreur à distance AVANT d‘embarquer dans votre voiture, on ne sait jamais! 🙂 Poursuivez la lecture de «À soir, on fait peur au monde!»→

Nicole Léger nommée dans Pointe-aux-Trembles

Le Parti québécois a tenu pas moins de 4 assemblées d‘investiture depuis le début décembre, et d‘autres sont prévues d‘ici Noël. Pour cette raison, et faute de nouvelles récentes provenant des autres partis représentés à l‘Assemblée nationale, voici une autre revue des nominations de candidats qui portera principalement sur le PQ:

  • Gouin (QS): dans un courriel reçu plus tôt cette semaine, un organisateur de Québec solidaire nous a confié que l‘assemblée d‘investiture dans Gouin aura lieu en février 2008. Françoise David, porte-parole nationale du parti, aurait l‘intention de tenter à nouveau sa chance dans cette circonscription. Mme David fut candidate défaite dans Gouin lors de la dernière élection générale, terminant au 2e rang derrière le candidat péquiste Nicolas Girard;
  • Laval-des-Rapides (PQ): l‘assemblée d‘investiture dans Laval-des-Rapides a eu lieu le 6 décembre dernier. M. Marc Demers, consultant en sécurité et candidat défait (PQ) lors de l‘élection générale de 2007 dans Laval-des-Rapides, a été à nouveau désigné en vue de la prochaine élection générale. M. Demers était le seul candidat en lice (source: Courrier Laval);
  • Pointe-aux-Trembles (PQ): l‘ex-députée de Pointe-aux-Trembles et ex-ministre, Nicole Léger (PQ), a été officiellement désignée candidate lors d‘une assemblée d‘investiture qui avait lieu cet après-midi. Rappelons qu‘une élection partielle doit avoir lieu d‘ici mai 2008 dans Pointe-aux-Trembles, si une élection générale n‘est pas déclenchée entre-temps (source: Presse canadienne);
  • Saint-Jean (PQ): nous en avons parlé la semaine dernière, l‘assemblée d‘investiture du PQ dans Saint-Jean s‘est déroulée le 5 décembre dernier. Dave Turcotte, conseiller en relations publiques et candidat défait (PQ) lors de l‘élection générale de 2007 dans Saint-Jean, a été élu par acclamation (source: Le Canada-Français, reproduit sur www.pqstjean.org);
  • Terrebonne (PQ): il semble que des rumeurs circulaient à l‘effet que Marie-Claude Lamarche, conseillère municipale pour le district no 2 à la Ville de Terrebonne, aurait envisagé de faire le saut en politique provinciale. C‘est ce qu‘on a appris dans un article du Trait d‘Union où la principale intéressée a confirmée qu‘en fin de compte, elle ne tentera pas d‘obtenir l‘investiture du PQ dans Terrebonne (source: Le Trait d‘Union).

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

L‘Union du centre: un nouveau parti?

Dans sa dernière édition, L‘hebdo régional de Saint-Georges-de-Beauce annonçait la création d‘un nouveau parti politique au Québec, l‘Union du centre (UDC), dirigé par un homme d‘affaires de la Beauce, Marc Gagnon. Selon l‘hebdo, «l‘article 1» du programme consisterait à s‘opposer aux programmes gouvernementaux visant à favoriser les régions ressources qui, selon les responsables du parti, créent une iniquité entre les régions.

Toujours selon les dirigeants, le membership du parti s‘élève à 108 adhérents, ce qui satisferait à une des conditions requises pour obtenir le statut de parti politique par le Directeur général des élections du Québec (avoir au moins 100 membres).

Après une petite recherche sur Google, nous n‘avons pas découvert de site Web de l‘UDC. De même, au moment d‘écrire cet article, la dénomination «Union du centre» n‘était pas réservée auprès du DGE, alors si vous avez assez de temps à perdre pour faire un sale coup, vous pouvez réserver le nom avant que les responsables de l‘UC ne le fassent.

Un comté du Nunavik?

(Note: cet article traite de la délimitation des circonscriptions électorales. Pour avoir un portrait global des règles en vigueur relativement à la carte électorale, veuillez lire cet article.)

Cela fait déjà plusieurs années que l‘on discute de l‘opportunité de créer une nouvelle circonscription électorale propre au Nunavik, cette région québécoise située au nord du 55e parallèle où les Inuit sont majoritaires. Cette idée, qui a reçu successivement l‘appui d‘à -peu-près tous les ministres responsables de la Réforme électorale ces dernières années, a refait son apparition dans l‘actualité cette semaine avec la signature de l‘entente créant un gouvernement régional au Nunavik. Michel Corbeil du Soleil en parle d‘ailleurs aujourd‘hui. Ainsi, l‘Assemblée nationale passerait à 126 sièges en créant un comté du Nunavik en détachant cette région de l‘actuelle circonscription d‘Ungava. Quant à l‘avenir d‘Ungava, il n‘y a pas encore eu de décision définitive là -dessus, mais une des hypothèses est que le reste d‘Ungava continue d‘exister en tant que circonscription plutôt que d‘être absorbée par d‘autres circonscriptions situées plus au sud.

La circonscription électorale d‘Ungava fut créée en 1981. Tout au long de son existence, la population du comté fut systématiquement en-deçà du quota de +/- 25% par rapport à la population moyenne des 125 circonscriptions et, à ce titre, la Commission de la représentation électorale doit systématiquement octroyer une dérogation pour que la circonscription soit «conforme» (pour des raisons évidentes d‘éloignement et de superficie, là n‘est pas la question). Or, la création d‘une 2e circonscription là où il n‘y en a qu‘une seule n‘est pas sans poser problème. Ainsi, lors de la dernière élection générale, il y avait 23 944 électeurs inscrits. Si la scission avait été en vigueur le 26 mars dernier, il y aurait eu 5 000 électeurs au Nunavik et environ 19 000 dans l‘autre partie d‘Ungava qui resterait à rebaptiser (le reste de circonscription «d‘Ungava» ne borderait plus la baie qui porte le même nom).

Dans un contexte où les iniquités dans la représentation électorale sont de plus en plus discutées, voire dénoncées, et où on parle de réduire les exceptions à la règle du 25% (l‘exception des Îles-de-la-Madeleine est permanente tandis que les trois exceptions accordées à la péninsule gaspésienne lors de la dernière refonte de la carte électorale en 2001 sont temporaires et doivent être renouvelées à chaque refonte), on peut se demander s‘il est réaliste d‘envisager de scinder une circonscription qui fait systématiquement l‘objet d‘une dérogation depuis sa création en 1981 pour créer deux circonscriptions nordiques qui seront sous-peuplées par rapport au reste du Québec. Disons simplement qu‘il faudra être passablement habile pour faire accepter une nouvelle dérogation tout en retirant d‘autres dérogations qui avaient été accordées précédemment, même si la dérogation est beaucoup plus justifiable dans le grand nord québécois qu‘en Gaspérie.

Enfin, c‘est à suivre. Poursuivez la lecture de «Un comté du Nunavik?»→

Sondage CROP de novembre-décembre 2007

À lire ce matin dans La Presse: les résultats les résultats du sondage mensuel CROP/La Presse portant sur le climat politique au Québec. Les grandes tendances observables depuis le début de l‘automne semblent se poursuivre: remontée du PQ et, dans une moindre mesure, des libéraux pendant que l‘ADQ semble en perte de vitesse. Autre fait marquant: pour la première fois depuis septembre 2003, le nombre de gens satisfaits du gouvernement libéral de Jean Charest est sur le point de dépasser le nombre d‘insatisfaits. Après répartition proportionnelle des 12% d‘indécis, les intentions de vote sont les suivantes (les chiffres entre parenthèses indiquent la variation par rapport au dernier sondage CROP réalisé en octobre):

  • PQ: 34% (+3)
  • LIB: 30% (-1)
  • ADQ: 26% (-2)
  • VRT: 6% (=)
  • QS: 3% (-1)
  • Autres: 1% (+1)

Intentions de vote au Québec (CROP) novembre-décembre 2007

Avant répartition des indécis, les résultats vont comme suit: PQ 30%, LIB 27%, ADQ 22%, VRT 5%, QS 3% et autres 1%.

Pour ce qui est des autres faits saillants du sondage, mentionnons les suivants:

  • Taux de satisfaction: 47% (+4%) des répondants affirment être «très» ou «plutôt» satisfaits à l‘endroit du gouvernement Charest tandis que 49% (-6%) d‘entre eux se disent être«très» ou «plutôt» insatisfaits.
  • Meilleur premier ministre: 36% (+3%) croient que Pauline Marois ferait la meilleure première ministre du Québec, 27% (+1%) optent pour Jean Charest et 23% (-2%) penchent pour Mario Dumont. 9% n‘en préfèrent aucun et 5% ne savent pas.
  • Souveraineté: après répartition des 6% d‘indécis, 39% des répondants voteraient «oui» lors d‘un référendum sur la souveraineté du Québec et 61% voteraient «non».

Le rapport d‘analyse peut être consulté ici (format Word).

Le sondage téléphonique a été réalisé du 22 novembre au 2 décembre 2007 auprès de 1 002 répondants. La marge d‘erreur est de +/- 3,1%, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés sur la base du Recensement du Canada de 2006 afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l‘âge, la région de résidence des répondants et leur langue d‘usage à la maison.

PQ: d‘autres investitures bientôt

Il n‘y a pas eu d‘annonce officielle du côté du Parti québécois, mais on semble vouloir accélérer le tempo côté candidatures avant les fêtes:

  • Bourget: c‘est une information qui nous a été transmise par un lecteur assidu, mais qui n‘a reçu aucune confirmation de la part de l‘état-major du PQ; l‘assemblée d‘investiture dans Bourget serait prévue pour le 13 décembre prochain. L‘actuel député fédéral de Saint-Lambert, Maka Kotto (BQ), est, à notre connaissance, le seul candidat pour l‘instant (source);
  • Joliette: après Daniel Samson, un autre militant du PQ, Henri Mondor, envisagerait de présenter sa candidature lors de l‘assemblée d‘investiture dans Joliette. M. Mondor est employé à la permanence du PQ (source: L‘Action);
  • Lac-Saint-Jean: tel que nous l‘avions annoncé dans ces pages vendredi dernier, la candidature du député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier (PQ), a été confirmée lors d‘une assemblée d‘investiture qui s‘est déroulée dimanche (source: Le bulletin régional);
  • Saint-Jean: l‘assemblée d‘investiture du PQ dans Saint-Jean aura lieu mercredi prochain le 5 décembre. La période de mise en candidature étant maintenant terminée, le seul candidat en lice sera Dave Turcotte, conseiller en relations publiques et candidat défait (PQ) lors de l‘élection générale de 2007 dans Saint-Jean (source: www.pqstjean.org).

QuébecPolitique.com: 39e élection générale