[Google]

Catégories

Liens

L’effet de formulation dans les sondages (2e acte)

Comme ça, nous ne sommes pas les seuls à nous être intéressés il y a 1 an aux travaux de François Yale sur «l’effet de formulation» dans les sondages sur la souveraineté du Québec?

N’empêche, vous en aurez entendu parler dans ces pages 15 mois avant que La Presse n’en parle! 🙂 2 fois plutôt qu’une.

Sondage Léger Marketing de juin 2009

(Ah! la transparence de Léger Marketing. Le rapport d’analyse est en ligne (format pdf) et cet article a été mis à jour en conséquence.)

C’est probablement le dernier sondage politique pour les 2 prochains mois: le sondage Léger Marketing paru ce matin dans Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec. D’après ce sondage, après répartition proportionnelle des 11% d’indécis, les intentions de vote au Québec seraient les suivantes (les chiffres entre parenthèses indiquent la variation par rapport au sondage Léger Marketing de mai 2009):

  • LIB: 41% (+1)
  • PQ: 38% (-2)
  • ADQ: 8% (=)
  • QS: 7% (+2)
  • VRT: 6% (+1)
  • Autres: 1% (=)

Intentions de vote au Québec (Léger Marketing) juin 2009

Avant répartition des 11% d’indécis, les intentions de vote se déclinent comme suit: LIB 36%, PQ 33%, ADQ 7%, QS 6%, VRT 6%%, autres 1%.

Parmi les autres données qui ont été rendues publiques, mentionnons:

  • Vote francophone: PQ 44%, LIB 35%, ADQ 9%, QS 7%, VRT 6%, autres 1%.
  • Vote non-francophone: LIB 62%, PQ 14%, VRT 11%, QS 8%, ADQ 2%, autres 2%.
  • Satisfaction envers le gouvernement: 43% (+5) des répondants sont «très satisfaits» ou «satisfaits» du gouvernement du Québec dirigé par Jean Charest. 52% (-6) se disent «très insatisfaits» ou «satisfaits». 5% ne savent pas.
  • Meilleur premier ministre: Jean Charest (LIB): 34%, Pauline Marois (PQ): 30%, Gilles Taillon (ADQ) 5%, Françoise David (QS): 4%, Guy Rainville (VRT): 1%. 26% refusent de répondre ou ne savent pas.
  • Souveraineté: si un référendum sur la souveraineté du Québec avait lieu ces jours-ci, 44% des répondants voteraient oui et 56% opteraient pour le non (après répartition proportionnelle des indécis).
  • Intentions de vote avec Gilles Taillon comme chef adéquiste: si Gilles Taillon, actuellement candidat à la direction de l’ADQ, avait été chef du parti du 25 au 27 juin, les intentions de vote auraient été les suivantes: PQ 39%; LIB 36%; ADQ 11%; QS 7%; VRT 6%; autres 1%. Les intentions de vote n’ont pas été testées avec les autres candidats déclarés à la direction de l’ADQ (Éric Caire, Christian Lévesque et Jean-François Plante).

Les gens de Léger Marketing ont l’habitude (eux!) de publier leurs rapports d’analyse, alors cet article risque d’être mis à jour avec des données supplémentaires. À suivre.

Le sondage Internet a été réalisé du 25 au 27 juin 2009 auprès de 1 021 répondants. La marge d’erreur est de 3,1%, 19 fois sur 20. Les données finales ont été pondérées selon le sexe et l’âge de façon à être représentatives de la population selon les dernières données de Statistique Canada.

Résultats officiels dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup

Le Directeur général des élections a rendus publics les résultats officiels des dernières élections partielles dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup. Puisque les chances sont infinitésimales qu’un recomptage judiciaire soit demandé, les résultats officiels du scrutin ont maintenant été ajoutés sur ce site. C’est l’occasion idéale d’introduire une nouvelle statistique dans nos résultats électoraux par circonscription: le score des candidats en pourcentage des électeurs inscrits (qui sont déjà affichés dans les résultats des élections générales pour l’ensemble des circonscriptions, de l’élection générale de 1867 à celle de 2008).

Généralement lors des scrutins, le DGE et les médias diffusent deux statistiques pour chaque candidat: le nombre de votes et le pourcentage des bulletins valides (i.e. la proportion de votes pour chaque candidat par rapport à l’ensemble des bulletins valides). À ces deux statistiques, nous avons décidé d’en ajouter une 3e dans les résultats électoraux par circonscription: le pourcentage des électeurs inscrits (i.e. la proportion de votes pour chaque candidat par rapport à la totalité des électeurs inscrits sur la liste électorale). Bien qu’employée dans certains pays, cette statistique est fort peu connue au Québec. En fait, à notre connaissance, seul le sociologue Pierre Drouilly, dans son ouvrage Statistiques électorales du Québec, 1867-1989, présente les résultats électoraux pan-québécois et par circonscription en pourcentage des électeurs inscrits.

À titre d’exemple, ces chiffres donnent une tout autre perspective à la victoire de Clément Gignac dans Marguerite-Bourgeoys, car bien qu’ayant raflé 72,41% des bulletins valides (le pourcentage généralement véhiculé lors des élections au Québec et au fédéral), il n’a obtenu 16,68% de l’appui des 46 478 électeurs inscrits sur la liste électorale le 22 juin dernier, étant donné que seuls 23% des électeurs ont exercé leur droit de vote cette journée là.

Nous sommes sur le point de finir l’ajout des résultats de l’élection générale de 2008 par circonscription. Ceux-ci comprendront à la fois le pourcentage des bulletins valides (identifiés par l’abréviation «% BV») et le pourcentage des électeurs inscrits (identifiés par l’abréviation «% EI»). Par la suite, nous ajouterons progressivement le % des électeurs inscrits aux résultats électoraux et référendaires par circonscription de 1867 à aujourd’hui, mais ne retenez pas votre souffle car ça risque de prendre plusieurs semaines.

Ça fait partie de la valeur ajoutée que nous essayons de développer sur ce site par rapport à d’autres sites institutionnels, universitaires ou autres consacrés à la vie politique au Québec.

Élection partielle à tenir dans Rousseau

Qui dit démission d’un député dit élection partielle dans les 6 mois qui suivent, alors voici notre section spéciale sur la prochaine élection partielle dans Rousseau. Si on applique les critères prévus dans la Loi électorale, la campagne électorale doit être déclenchée au plus tard le 25 décembre 2009, ce qui occasionnerait un scrutin aussi tard que le 1er février 2010.

Nous ne nous en étions pas rendus compte sur le coup, mais François Legault démissionne 1 an jour pour jour après que l’ex-député de Jean-Talon et ex-ministre, Philippe Couillard (LIB), ait démissionné.

François Legault quitte

C’est sorti sur le coup de 16h: le député de Rousseau et ex-ministre, François Legault (PQ), annoncera demain son retrait de la vie politique.

Par voie de conséquence, cette démission enclencherait la tenue d’une élection partielle d’ici la fin de 2009. Poursuivez la lecture de «François Legault quitte»→

Bonne fête nationale!

Source: frenchpokerplayer.com

Source: frenchpokerplayer.com

Bonne fête nationale tout le monde! Surtout, ne restez pas devant vos ordis, il y a sûrement une fête près de chez-vous. Allez voir au www.fetenationale.qc.ca.

Évolution du vote dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup

Maintenant que nous avons publié les résultats préliminaires des élections partielles dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup, voici l’évolution des résultats électoraux dans les 2 circonscriptions de 1900 à 2009.

Élections dans Marguerite-Bourgeoys, 1900-2009

Élections dans Rivière-du-Loup, 1900-2009

Partielle dans Rivière-du-Loup: évolution des suffrages

Résultats dans Rivière-du-Loup selon le DGE (164 bureaux de vote sur 164)
LIB PQ ADQ QS VRT aut.
Élection générale: 8 décembre 2008 26,99% 14,20% 51,77% 1,86% 2,39% 2,78%
Élection partielle: 22 juin 2009 47,69% 35,69% 14,67% 0,42% 0,71% 0,82%
Diff. +20,70 +21,49 -37,10 -1,44 -1,68 -1,96

Partielle dans Marguerite-Bourgeoys: évolution des suffrages

Résultats dans Marguerite-Bourgeoys selon le DGE (196 bureaux de vote sur 196)
LIB PQ ADQ QS VRT aut.
Élection générale: 8 décembre 2008 66,19% 21,70% 8,67% 3,44% 0,00% 0,00%
Élection partielle: 22 juin 2009 72,32% 17,03% 3,70% 2,47% 2,80% 1,68%
Diff. +6,13 -4,67 -4,97 +0,97 +2,80 +1,68

Taux de participation: partielles dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup

Pour débuter la soirée, voici les taux de participation lors du vote par anticipation comparés avec ceux de la dernière élection générale ainsi que les taux de participation tels que publiés par le DGE durant la journée:

Taux de participation dans Marguerite-Bourgeoys
8 décembre 2008 22 juin 2009
Vote par anticipation 4 576 9,90% 2 244 4,83%
22 juin, 11h30 N.D. 5,07% 1 310 2,82%
15h30 N.D. 15,66% 3 763 8,10%
17h30 N.D. 23,89% 5 423 11,67%
Total 22 264 48,09% À venir
Électeurs inscrits 46 297 46 459
Taux de participation dans Rivière-du-Loup
8 décembre 2008 22 juin 2009
Vote par anticipation 4 065 11,97% 4 223 12,35%
22 juin, 11h30 N.D. 6,80% 2 059 6,02%
15h30 N.D. 22,51% 6 984 20,41%
17h30 N.D. 37,50% 10 693 31,25%
Total 21 741 63,98% À venir
Électeurs inscrits 33 981 34 191

La soirée électorale dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup

Bienvenue la soirée électorale de QuébecPolitique.com.

Ce billet sera alimenté directement à partir des mises à jour de notre compte Twitter. Pour mettre à jour l’affichage de ce billet, activez régulièrement la fonction «actualiser» de votre fureteur.

Bon match!

Accédez directement à notre profil Twitter

Ce soir sur QuébecPolitique.com

Comme nous le faisons traditionnellement, ce soir sera soirée électorale sur QuébecPolitique.com à l’occasion du dépouillement des résultats des élections partielles dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup.

Nous entendons atteindre le statut de quasi-divinité en mettant la dernière touche à notre don d’ubiquité 🙂 puisque nous serons à plusieurs endroits simultanément:

La votation prendra fin vers 20h. Le dépouillement des bulletins de vote devrait débuter à peu près à cette heure là.

links for 2009-06-21

Sondage CROP de juin 2009

C’est avec quelques jours d’avance sur la période d’échantillonnage prévue que CROP a complété son omnibus de juin. Les résultats ont été publiés ce matin dans La Presse et Le Soleil. Or, donc, après répartition proportionnelle des 20% d’indécis, les intentions de vote sont les suivantes (les chiffres entre parenthèses indiquent les variations par rapport au sondage CROP de mai 2009):

  • LIB: 42% (+5)
  • PQ: 37% (-1)
  • ADQ: 9% (=)
  • QS: 6% (-1)
  • VRT: 6% (-2)
  • Autres: 0% (=)

Intentions de vote au Québec (CROP) juin 2009

Les intentions de vote avant la répartition des indécis n’est pas précisée.

Pour l’instant, les autres faits saillants connus du sondage sont:

  • Vote francophone: PQ: 43%, LIB: 33%, ADQ: 11%, QS: 7%, VRT: 6%.
  • Taux de satisfaction: 44% (-1) des répondants affirment être «très» ou «plutôt» satisfaits à l’endroit du gouvernement Charest tandis que 51% (-1) se disent «très» ou «plutôt» insatisfaits.
  • Meilleur premier ministre: Jean Charest (LIB): 43% (+5), Pauline Marois (PQ): 36% (-2). 14% n’en choisissent aucun et 8% ne savent pas
  • Souveraineté: Si un référendum sur la souveraineté avait lieu aujourd’hui, 37% des répondants voteraient oui et 62% voteraient non. Malheureusement, puisque CROP et le groupe Gesca ont statué que le bon peuple n’aurait pas accès au rapport d’analyse, contrairement à ce que font à peu près toutes les firmes de sondage au Québec et ailleurs au canada, impossible de vérifier si la question porte sur un «pays souverain» ou sur la «souveraineté-partenariat».

Il y aura une mise à jour à cet article si le rapport d’analyse de CROP sera disponible en ligne, mais ne retienez pas votre souffle en attendant…

Le sondage téléphonique a été réalisé du 11 au 18 juin 2009 auprès de 1 003 répondants. La marge d’erreur est de +/- 3,1%, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés sur la base du Recensement du Canada de 2006 afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l’âge, la région de résidence des répondants et leur langue d’usage à la maison.

Membership des partis politiques depuis 1999

Membership des partis politiques

Depuis le temps que nous écrivons là-dessus, voilà enfin une page compilant les données pour les principaux partis politiques.

Théoriquement, nous aurions pu remonter jusqu’en 1978, mais voilà, pour déduire le membership des partis politiques à partir des rapports annuels, ça prend 2 informations: les revenus d’adhésion et le prix d’une carte de membre. Or, nous n’avons des données fiables sur le prix des cartes de membre des principaux partis qu’à partir de la fin des années 90. D’ailleurs, ça serait une bonne idée que le DGE, dans ses directives pour l’élaboration des rapports annuels, oblige les partis politiques, dans un souci de transparence, à préciser le coût d’adhésion dans leur rapport annuel respectif.

Enjoy!

links for 2009-06-17

Membership des partis politiques en 2008

Le DGE a rendues publiques hier les «grandes lignes» des rapports financiers des partis politiques autorisés pour l’année financière 2008 (du 1er janvier au 31 décembre). Ces données incluent les résultats des instances politiques autorisées (associations de circonscription, associations régionales, etc.).

Déduire le membership d’un parti à partir de son rapport financier

C’est maintenant devenu une tradition sur ce site que de profiter du dévoilement des rapports financiers pour analyser le membership des partis politiques (nous l’avions fait pour les années 2006 et 2007). En effet, en vertu des règles de financement prévues dans la Loi électorale, les «revenus d’adhésion», soit «un montant de 50 $ ou moins payé annuellement par une personne physique à un parti pour en être membre», doivent être comptabilisés séparément dans les revenus.

Par conséquent, si on connait les revenus d’adhésion et le prix d’une carte de membre pour un parti politique donné, une simple règle de 3 suffit pour déduire le nombre de membres en règle.

Utile pour contrer le spin

L’avantage avec cette méthode, qui à notre connaissance n’est pas reprise dans les médias, c’est précisément de contrer le spin des organisateurs politiques qui ont la fâcheuse (et néanmoins compréhensible) tendance à gonfler leur membership. Un exemple tout récent: le journaliste Denis Lessard qui, il y a quelques semaines, avançait dans un reportage que

l’ADQ a déjà eu plus de 80 000 membres, en 2003,

chiffre vraisemblablement gonflé puisqu’une simple vérification dans le rapport financier vérifié par un comptable agréé en 2003 aurait démontré que l’ADQ et ses instances n’avaient recueilli que 68345$ en frais d’adhésion cette année là, ce qui donne 13 669 membres en règle (à raison de 5$ par carte de membre). Même en additionnant ce chiffre avec le rapport de l’année précédente (2002, la meilleure année de l’histoire de l’ADQ soit dit en passant), ça ne donne que 50 189 cartes vendues en 2 ans (dont plusieurs milliers de doublons issus de membres de longue date qui renouvellent annuellement leur adhésion)! Cet exemple particulier concerne l’ADQ, mais le même phénomène s’est déjà produit avec d’autres partis.

Les chiffres de 2008

Selon les rapports financiers des 17 partis politiques autorisés en 2008, le nombre d’adhésions au sein de chaque parti politique serait le suivant:

  • Parti québécois: 71 283 adhérents;
  • Parti libéral du Québec: 68 515 adhérents;
  • Action démocratique du Québec: 12 275 adhérents;
  • Québec solidaire: 5 673 adhérents;
  • Parti vert du Québec: 1 006 adhérents;
  • Parti indépendantiste: 627 adhérents;
  • Parti démocratie chrétienne du Québec: 65 adhérents;
  • Parti égalité: 3 adhérents (ben oui, 15$ de revenus d’adhésion en 2008!);
  • Parti marxiste-léniniste du Québec: ND (revenus d’adhésion: 749$);
  • Bloc pot: ND (revenus d’adhésion: 85$);
  • Parti communiste du Québec: ND (Revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti durable du Québec: ND (Revenus d’adhésion: 0$);
  • Union du centre: ND (Revenus d’adhésion: 0$);
  • Affiliation Québec: ND (pas de rapport financier);
  • Parti des immigrés du Québec: ND (pas de rapport financier);
  • Parti république du Québec: ND (pas de rapport financier);

Évidemment, la nouvelle de l’année au chapitre du membership des partis politiques est la dégringolade du nombre d’adhérents à l’Action démocratique du Québec, qui passe de 25 887 (la 2e meilleure année de l’histoire du parti) à 12 275 en 1 an. Le nombre d’adhérents baisse également au Parti libéral du Québec et au Parti québécois, ce qui est pour le moins particulier lorsqu’on sait que le membership a tendance à augmenter plutôt que de diminuer lors des années électorales. Parmi les principaux partis, seul Québec solidaire est en hausse par rapport à 2007 (5 673 membres en 2008 vs 4 778 en 2007). Quant au Parti vert du Québec, il comptait un millier d’adhérents (1 006 en 2008).

Membership des principaux partis politiques québécois, 1999-2008

links for 2009-06-16

Les contributions aux partis politiques depuis 1978

Nous profitons du fait que le DGE a dévoilé aujourd’hui les rapports financiers annuels des partis politiques autorisés pour l’année 2008 pour annoncer l’ajout d’une nouvelle page à ce site portant sur les contributions aux partis politiques depuis 1978.

Pourquoi 1978? Tout simplement parce que c’est cette année-là que la Loi régissant le financement des partis politiques est entrée en vigueur et qu’auparavant, les partis politiques n’étaient pas tenus de déposer un rapport annuel devant l’autorité régissant le processus électoral autrement qu’en période électorale.

Pour des raisons de mise en page, nous nous limitons pour l’instant aux partis politiques qui sont présentement représentés à l’Assemblée nationale (Action démocratique du Québec, Parti libéral du Québec, Parti québécois et Québec solidaire), à ceux qui ont eu des députés à un moment ou à un autre en Chambre depuis 1978 (Parti égalité, Parti national populaire, Ralliement créditiste et Union nationale) ainsi qu’au Parti vert du Québec.

Les montants annuels versés par les électeurs à chaque parti politique seront également ajoutés progressivement dans les pages qui sont consacrées à chacun d’entre eux, incluant les partis politiques autorisés qui n’ont jamais fait élire de député.

Rapports financiers des partis politiques en 2008

Le DGE a rendues publiques aujourd’hui les «grandes lignes» des rapports financiers des partis politiques autorisés pour l’année financière 2008 (du 1er janvier au 31 décembre). Ces données incluent les résultats des instances politiques autorisées (associations de circonscription, associations régionales, etc.).

Traditionnellement, nous profitons du dévoilement des rapports annuels pour analyser le membership des partis politiques. Ça ira à demain mais en attendant, voici quelques chiffres sur les contributions versées aux partis politiques en 2008(1).

Selon les rapports financiers des 17 partis politiques autorisés en 2008, un grand total de 17 965 998 $ a donc été versé par les électeurs québécois en contributions aux partis politiques, à leurs instances et aux candidats indépendants autorisés, ce qui est un record (en dollars courants) depuis l’entrée en vigueur de la Loi régissant le financement des partis politiques en 1978. Le Parti libéral du Québec établit également un record (en dollars courants) pour le montant total reçu en contributions en une seule année. Chaque parti politique a reçu les montants suivants:

  1. Parti libéral du Québec: 9 269 112$
  2. Parti québécois: 5 834 277$
  3. Action démocratique du Québec: 2 078 427$
  4. Québec solidaire: 542 687$
  5. Parti vert du Québec: 90 882$
  6. Union du centre: 48 635$
  7. Parti indépendantiste: 47 163$
  8. Parti démocratie chrétienne du Québec: 14 970$
  9. Parti marxiste-léniniste du Québec: 8 605$
  10. Parti communiste du Québec: 7 925$
  11. Bloc pot: 3 450$
  12. Parti durable du Québec: 360$
  13. Mouvement équité au Québec: 0$
  14. Parti égalité: 0$
  15. Affiliation Québec: n’a pas produit son rapport
  16. Parti des immigrés du Québec: n’a pas produit son rapport
  17. Parti république du Québec: n’a pas produit son rapport

Le Parti libéral du Québec a donc reçu 51,6% de toutes les contributions versées en 2008, le Parti québécois 32,5%, l’Action démocratique du Québec 11,6% et Québec solidaire 3,0%. Les 13 autres partis politiques et les candidats indépendants se partagent les 1,3% restants. Qu’un seul parti reçoive plus de 50% des montants en contributions peut sembler énorme, mais historiquement, il y a déjà eu des années où c’était beaucoup plus déséquilibré.


Notes:

  1. Les articles 87 et 88 de la Loi électorale définissent les contributions comme suit:

    87. Seul un électeur peut verser une contribution.

    Il ne peut le faire qu’en faveur d’une entité autorisée et que conformément à la présente section.

    88. Sont des contributions les dons d’argent à une entité autorisée, les services qui lui sont rendus et les biens qui lui sont fournis à titre gratuit à des fins politiques.

    Ne sont pas des contributions:

    1° le travail bénévole, les fruits d’un tel travail et la fourniture sans contrepartie d’un véhicule personnel à cette fin;

    2° les dons anonymes recueillis au cours d’une réunion ou manifestation tenue à des fins politiques;

    3° les sommes versées à un parti politique en vertu d’une loi, les remboursements et les avances sur remboursement des dépenses électorales prévus au chapitre VI du titre IV;

    4° un prêt consenti à des fins politiques au taux d’intérêt courant du marché au moment où il est consenti par un électeur ou par une banque, une société de fiducie ou une coopérative de services financiers, ainsi qu’un cautionnement contracté par
    un électeur;

    5° une somme annuelle n’excédant pas 50 $ versée par une personne physique pour son adhésion à un parti politique;

    6° au choix du représentant officiel de l’entité autorisée, appliqué uniformément à tous les participants, le prix d’entrée à une activité ou manifestation à caractère politique, lorsque ce prix n’excède pas 60 $ par jour, jusqu’à concurrence d’une
    admission par personne;

    7° le temps d’émission à la radio ou à la télévision ou l’espace dans un journal, un périodique ou autre imprimé que tout radiodiffuseur, télédiffuseur, câblodistributeur ou propriétaire de journal, périodique ou autre imprimé met gratuitement à la disposition des partis autorisés en dehors d’une période électorale, pourvu qu’il offre un tel service de façon équitable, qualitativement et quantitativement, aux partis représentés à l’Assemblée nationale et aux partis qui ont recueilli au moins 3 % des votes valides aux dernières élections générales;

    8° les transferts de fonds entre:
    a) les diverses instances autorisées d’un parti autorisé;
    b) le parti autorisé et l’une de ses instances autorisées;
    c) le parti autorisé, une de ses instances autorisées et l’agent officiel du candidat officiel de ce parti.

    Dans les rapports financiers et la documentation du DGE, on distingue généralement les contributions de 200$ et moins de celles de plus de 200$ car ces dernières doivent être faites par chèque, mandat, carte de crédit, virement bancaire, etc. (en d’autres mots, seules les contributions de 200$ ou moins peuvent être faites comptant), mais en pratique, cette distinction n’a aucune conséquence aux fins de ce billet, alors nous parlerons simplement de «contributions». ()