L‘effet domino

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

<shameless plug>

Héhé! Ça n‘a pas pris 2 jours pour que des blogueurs partisans (de tous les horizons) aient repris des parties de notre article sur les rapports financiers des partis politiques et leur membership en 2007.

</shameless plug>

Liens du 2008-04-08

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Enveloppes brunes recherchées

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Ceci est un appel à tous, mais qui risque d‘intéresser plus particulièrement les militants, employés et conseillers politiques qui oeuvrent au sein d‘un parti politique.

Nous sommes à la recherche des statuts et règlements (constitution, règles de procédure, etc.) des partis politiques du Québec en format électronique (html, pdf, Word, etc.). Nous sommes particulièrement intéressés à obtenir une copie des statuts principaux partis (Parti libéral du Québec, Action démocratique du Québec, Parti québécois, mais également Parti vert du Québec et Québec solidaire).

Si vous avez une copie des statuts de votre propre parti en votre possession, vous seriez aimables de nous les envoyer par courriel à l‘adresse suivante: politique (a-commercial) quebecpolitique (point) com

À tous, merci de votre collaboration.

Mettre fin à l’affichage sauvage?

Rien de plus agréable que de voir ses propres idées faire du chemin dans les médias. Alors que nous suggérions il y a quelques semaines de restreindre l’affichage des partis politiques en période électorale à des zones bien délimitées, comme cela se fait en France, l’idée est reprise ce matin dans le Journal de Montréal (on demande même l’opinion des lecteurs là -dessus sur Canoë). Loin de nous l’idée de nous attribuer tout le mérite, mais au moins, quelqu’un d’autre a eu la même idée.

La porte-parole du DGE rappelle toutefois, à juste titre d’ailleurs, que pour qu’un tel changement soit introduit au Québec, ça prend une modification à la Loi électorale.

Les pancartes oubliées

Le PQ est dans l’illégalité

Fabrice De Pierrebourg
Le Journal de Montréal
11/05/2007 05h28

Sept semaines après les élections, de nombreuses pancartes électorales du PQ sont encore visibles dans les rues de Montréal, alors que la loi l’interdit.

Le Journal en a débusqué quatre au hasard dans un petit secteur du boulevard de Maisonneuve compris entre les rues Panet et Saint-Timothée.

d’autres trônent aussi sur des lampadaires des rues Sainte-Catherine Est, Papineau, Jean Talon, etc.

Les autres partis semblent avoir fait leurs devoirs.

Myriam Régnier, porte-parole du directeur général des élections, confirme que le PQ contrevient à la loi électorale qui laisse 15 jours aux partis pour retirer leurs affiches.

Passé ce délai, aucune sanction pénale n’est applicable contre les délinquants.

On laisse plutôt aux Villes le mandat de s’en occuper. «Elles peuvent les retirer et envoyer la facture aux partis», précise Myriam Régnier.

Bientôt enlevées

«Nous allons procéder à leur enlèvement dans les jours qui viennent parce que ce sont des choses que l’on ne veut pas voir dans le paysage», promet Jacques-Alain Lavallée, porte-parole de l’arrondissement Ville-Marie.

Lui-même admet en avoir remarqué, toujours du PQ, lorsqu’il se rendait à son bureau. Plutôt gênant lorsque l’on sait que cet arrondissement a adopté un règlement draconien sur la propreté, avec des amendes salées à la clé.

Quelle sera la facture envoyée au PQ pour ces oublis? «Environ 25 $ par affiche», précise Jacques-Alain Lavallée.

Pierre-Luc Paquette, directeur général du Parti québécois, admet avoir reçu des plaintes, notamment d’un conseiller municipal montréalais.

Il plaide l’oubli: «Nos bénévoles ont posé près de 60 000 pancartes. Il se peut que certaines leur aient échappé au moment de les retirer.»

Pas de changement en vue

Avec la multiplication des élections, en raison des gouvernements minoritaires, n’est-il pas temps d’envisager un système qui encadrerait mieux l’affichage électoral? En France, par exemple, les partis ont à leur disposition des panneaux officiels, à des endroits déterminés, sur lesquels sont collées leurs affiches. Toutes de la même taille, quelle que soit l’importance du parti.

Une fois l’élection passée, l’État se charge de les ôter.

«Ce n’est pas quelque chose qui est envisagé pour le moment au Québec, explique Myriam Régnier. Si la loi doit être changée, c’est à l’Assemblée nationale de le faire.»

Faire sortir le vote

Les sondeurs ne sont pas les seuls à avoir été surpris par la tournure qu‘a pris l‘élection générale d‘il y a deux semaines, les organisateurs politiques aussi, et selon plusieurs d‘entre eux, une révision des méthodes traditionnelles pour faire sortir le vote s‘impose (nous en parlions également le lendemain du scrutin):

Le lundi 09 avril 2007

LES MACHINES ÉLECTORALES

L‘échec des moyens traditionnels

Michel Corbeil
Le Soleil

Oubliez le « pointage » et les grosses équipes pour « sortir le vote ». Élections gagnantes ne riment pas nécessairement avec gros moyens.

Pour l‘élection du 26 mars, libéraux et péquistes se sont amenés avec de rutilantes machines électorales dans la grande région de Québec. Ils se sont cassé les dents sur une Action démocratique du Québec qui roulait sur de petits moyens.

Dans la même région, la mairesse Andrée Boucher a fait la démonstration qu‘un politicien peut gagner sans équipe et sans argent. Sa campagne victorieuse a coûté 5000 $. En 2006, des conservateurs de Stephen Harper ont remporté une demi-douzaine de circonscriptions fédérales sans que le Bloc québécois ne sache où ils étaient sur le terrain.

Les campagnes électorales ne seront plus les mêmes, croient des stratèges et des députés, du PLQ comme du PQ. Le verdict de l‘élection du 26 mars remet en question des façons de faire, a-t-on répété au Soleil, ici comme ailleurs dans la province.

En tout premier lieu, il y a le « pointage ». Cette opération consiste à repérer avant le vote les sympathisants à « la » cause, pour tout faire en vue de les amener à l‘urne. Les péquistes ont consciencieusement noirci les « cartes de bingo », ces tableaux provenant du Directeur général des élections, où ils inscrivent les noms de ceux qui penchent en leur faveur, ceux qui voteront contre eux, ceux qui sont « indécis » comme les « discrets ».

Dans le langage d‘un péquiste, « le PQ se cherche des amis » lorsqu‘il se prête à cet exercice. Dans Louis-Hébert, à 17 h 30, 77 % des « amis » présumés avaient voté. Le hic, là comme dans bien d‘autres circonscriptions, c‘est que le résultat électoral infirme le pointage.

Les militants d‘André Boisclair ont conduit sans le savoir des adéquistes à la boîte de scrutin. Un haut gradé libéral a confirmé que le pointage libéral a aussi fait sortir le vote de partisans du chef de l‘ADQ, Mario Dumont.

« Moi, des gens qui mentent lorsqu‘on fait le pointage, je n‘avais jamais vu ça », a indiqué un député péquiste battu dans l‘ouest de la province. « De plus en plus, le pointage ne vaut rien », a critiqué un organisateur à Québec.

Le député libéral Norm MacMillan a fait valoir que le concept de machine électorale est « dépassé. C‘était ma sixième campagne électorale et sûrement ma meilleure, a commenté le représentant de Papineau. Je pense que c‘est fini le pointage. On va devoir faire autre chose. J‘ai gagné par 4000 voix. Mais quand tu en perds 5000 par rapport à la dernière élection! »

Norm MacMillan s‘est montré décontenancé par le score de l‘adversaire de l‘ADQ qui a fini troisième, tout près du PQ dans Papineau. « L‘adéquiste ? Zéro débat. Pas d‘entrevues avec des journalistes. Pas de pancartes. Moi, j‘ai rempli mes promesses dans le comté et mes! salles. »

Le président du PQ de Chaudière-Appalaches, Claude Lachance, a rapporté que son organisation avait appris du précédent scrutin. Dans Bellechasse, cette fois-ci, peu de pointage. « En 2003, on en avait fait énormément » dans Bellechasse pour finir troisième. En 2007, le PQ a fini au même rang, mais l‘ADQ a détrôné le PLQ.

« On ne les voit pas, on ne les sent pas, mais ils sont là , le jour du vote, a-t-il dit des adéquistes. C‘est un curieux de phénomène. Les gens ne se vantent pas de voter ADQ, mais ils sont là . »

M. Lachance croit que les campagnes électorales sont devenues des campagnes présidentielles. Les chefs dominent tout le débat. Dans Bellechasse, a-t-il avancé, le candidat adéquiste Jean Domingue l‘a emporté, même s‘il n‘est pas du comté et inconnu de la population. « C‘est une grande leçon d‘humilité pour ceux qui pensent que le candidat fait une différence. »

À l‘Action démocratique du Québec, Sylvie Roy, réélue dans Lotbinière, s‘est rappelé avec amusement de sa campagne victorieuse en 2003. « C‘était la technique de la termite. On gruge du vote un peu partout. Et puis, boom ! Ça s‘effondre. Ils (péquistes et libéraux) ne m‘ont jamais vu venir.

Éclipse

« Les sondages, les pointages, les machines, il ne faut pas juste penser à ça. Sinon on n‘aurait pas d‘élections. » D‘autant plus que la technique du pointage a amené des adéquistes à se faire discrets lorsque interrogés. « Beaucoup se sont fait engueuler lorsqu‘ils disaient qu‘ils voteraient pour moi », a-t-elle avancé.

Les machines électorales subissent probablement une éclipse temporaire, a convenu Mme Roy. « Quand c‘est serré, cela peut faire la différence. »

Pour un conseiller de Jean Charest, « c‘est ce qui nous a fait gagner dans Louis-Hébert (Sam Hamad). Mais la meilleure machine électorale péquiste dans Jacques-Cartier (forteresse libérale anglophone de Montréal) perdra toujours. Il y a des mouvements contre lesquels aucune machine ne peut résister », a-t-il conclu en plaçant le 26 mars dans cette catégorie.

Norm MacMillan constate aussi qu‘une marée adéquiste a monté dans plusieurs circonscriptions. « Morale de cette histoire (le résultat électoral), a-t-il ajouté, c‘est que les gens nous ont dit de changer nos manières de gouverner et de faire de la politique. »

À lire également dans la série d‘articles de Michel Corbeil du Soleil sur les « machines électorales »:

Mythes et flottement: analyse sur le scrutin d‘hier

Après avoir dormi sur les résultats d‘hier, et avec un peu de recul, voici notre analyse sur l‘élection générale de 2007 et ce qui nous attend au cours des prochains mois.

d‘entrée de jeu, ce qui nous a frappé de l‘élection d‘hier et du déroulement de la campagne électorale est le nombre d‘idées reçues sur la vie politique québécoise qui – en 2007 – ont été contredites par les faits:

  • «Les Québécois élisent un parti au pouvoir pour deux mandats»: techniquement, c‘est vrai, mais jamais depuis l‘Union nationale en 1970 a-t-on vu le parti ministériel perdre 13% des voix et 28 sièges (22% des sièges) après un premier mandat. Habituellement, la réélection d‘un gouvernement pour un deuxième mandat (majoritaire qui plus est) est une formalité, mais ça n‘a pas été le cas en 2007.
  • «Les Québécois n‘élisent pas de gouvernements minoritaires»: les sondages laissaient entrevoir un gouvernement minoritaire tout au long de la campagne électorale, donc on a eu assez de temps pour se faire à l‘idée que cette idée reçu n‘était peut-être pas aussi vraie qu‘on pouvait le penser. Toutefois, rien ne laissait présager une Assemblée nationale aussi divisée qu‘elle le sera durant la prochaine législature. Le parti majoritaire n‘a que 48 sièges en chambre (38,4% des sièges), le « tiers parti » n‘est que 12 sièges derrière, et l‘opposition officielle est entre les deux.
  • «Plus l‘issue d‘un scrutin s‘annonce serrée, plus la participation électorale s‘accroît»: deux chiffres suffisent pour remettre cette idée reçue en cause: 70,5% en 2003; 71,3% en 2007.
  • «Les organisations électorales jouent un rôle important dans la sortie du vote»: tous les commentateurs politiques s‘accordaient pour affirmer que l‘ADQ faisait figure de parent pauvre face au PQ et aux libéraux sur les plans des finances et de l‘organisation. Et pourtant… Après l‘élection d‘Andrée Boucher à la mairie de Québec avec un budget de 3000$ en 2005 et l‘élection de 10 députés conservateurs au fédéral en 2006 avec une organisation « légère », il faudrait peut-être relativiser un peu plus l‘importance de la « machine » dans la sortie du vote.
  • «Le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour déforme la volonté exprimée par les électeurs»: c‘est peut-être un accident de parcours, mais la répartition des sièges reflète assez bien le pourcentage de voix obtenus par chaque parti: LIB 38,4% des sièges, ADQ 32,8% des sièges et PQ 28,8% des sièges. Il est vrai qu‘à 4% chacun, Québec solidaire et les Verts n‘ont pas élu de députés, mais avec de tels chiffres, rien ne garantit qu‘ils seraient parvenus à le faire sous un mode de scrutin mixte ou proportionnel.
  • «La circonscription de Saint-Jean vote toujours du côté du pouvoir»: cette fois-ci, ce n‘est pas vrai, le député libéral a été battu.
  • «Le vote libéral est sous-évalué dans les sondages»: Léger Marketing accordait 35% aux libéraux samedi dernier, CROP leur accordait 34%. Le vote libéral a été légèrement en-deçà de ce qu‘accordaient les sondeurs, mais ça reste dans la marge d‘erreur. Tout comme en 2003, il n‘y a pas eu de « prime de l‘urne ».

À surveiller au cours des prochaines semaines et des prochains mois, beaucoup d‘inconnues qui pourraient nous mener soit vers un tripartisme (multipartisme?) permanent, soit vers un retour au bipartisme PLQ-PQ ou soit vers un nouveau bipartisme.

  • Nouvelle dynamique parlementaire: Sur quel parti le gouvernement libéral minoritaire va-t-il s‘appuyer? Tel que nous l‘avons mentionné plus haut, aucun parti ne se démarque clairement des autres. À première vue, bien peu de choses semble rapprocher les trois partis, et ça semble particulièrement vrai pour le Parti libéral et le Parti québécois. Si l‘ADQ joue de façon relativement classique le rôle d‘un parti d‘opposition officielle, il faudra bien que les « vieux partis » trouvent un terrain d‘entente afin d‘éviter de retomber rapidement en élection.
  • Élection de réalignement?: On a souvent comparé depuis hier l‘élection de 2007 à d‘autres qui ont été le théâtre d‘un réalignement de notre système de partis, notamment les élections générales de 1936 (arrivée au pouvoir de l‘Union nationale), de 1970 (le PQ devient le 2e parti le plus populaire au Québec) et de 1976 (arrivée au pouvoir du PQ). Ce n‘est pas impossible, mais il est encore trop tôt pour le dire. En 1936 et 1970-76, un seul parti a été frappé par la montée d‘un tiers parti (le Parti conservateur dans les années 30 et le PQ dans les années 70) et l‘autre s‘est maintenu (le Parti libéral dans les deux cas). En 2007, ce sont les deux principaux partis qui ont écopé; le PQ et les libéraux ont tous les deux subi des reculs historiques hier.
  • Le Parti vert et Québec solidaire: Vrai, les deux partis ont obtenu moins de voix que ne leur attribuaient les sondages au cours de la campagne. Ils ont néanmoins progressé depuis 2003 et, financement (partiellement) public des partis politiques oblige, ils auront maintenant droit à des ressources financières en raison des voix supplémentaires qu‘ils ont obtenus et qui leur permettra de consolider leur progression. C‘est la stratégie qu‘a adoptée le Parti vert sur la scène fédérale depuis le début des années 2000, et ils sont passés de moins de 1% à travers le Canada en 2000 à 4% en 2004 et 2006, et ils sont maintenant dans les deux chiffres dans les sondages pancanadiens.
  • Volatilité de l‘opinion publique: Depuis 2002, l‘opinion publique québécoise est très volatile et chacun des principaux partis ont connus des très hauts et des très bas dans les sondages au cours de la période. Ça risque de se poursuivre au cours des prochains mois. À titre d‘exemple:
    • LIB: 21% en avril 2005 (Léger), 48% en août 2003 (Léger);
    • PQ: 25% en septembre 2002 (Léger), 50% en décembre 2005 (CROP);
    • ADQ: 11% en mars 2006 (Léger), 40% en août, septembre et octobre 2002 (Léger et CROP).
  • Réforme du mode de scrutin: ironiquement, la répartition des sièges entre les principaux partis est la plus proportionnelle qu‘on ait vu depuis longtemps. Malgré tout, la perspective qu‘un des trois partis puisse disparaitre à plus ou moins brève échéance pourrait être propice à une réforme du mode de scrutin.
  • Débat de sondeurs: Aucune firme de sondage et aucun site de prédiction n‘a prévu ce qui s‘est passé hier, et cela relancera vraisemblablement un énième débat sur la fiabilité des sondages électoraux. Notons tout de même qu‘à l‘exception du résultat de l‘ADQ (et du fait que l‘ADQ a terminé deuxième contrairement à ce que laissaient croire les sondages), tous les autres étaient à l‘intérieur de la marge d‘erreur, sauf Strategic Counsel qui était dans le champ.
  • Renouvellement de la députation: Beaucoup de députés sortants du PQ et du PLQ ont été battus hier et plusieurs nouveaux députés feront leur entrée à l‘Assemblée nationale prochainement (surtout à l‘ADQ, mais aussi du PQ et des libéraux). Reste à voir comment ce renouvellement de la députation se reflètera au niveau du débat politique. Il y a là potentiel à des dérapages et à des erreurs de débutants, mais aussi à un renouvellement et à un rafraîchissement du discours politique.
  • Évolution de l‘opinion publique sur l‘avenir du Québec: Avec une opposition officielle qui prétend incarner une troisième voie entre le fédéralisme et la souveraineté, comment évoluera l‘opinion publique sur la question de l‘avenir du Québec au cours des prochains mois?
  • Débats internes au PQ et au PLQ: Ce que nous nous apprêtons à écrire à ce sujet est loin d‘être original. Le PQ qui obtenu son pire score depuis 1970, les libéraux qui obtiennent leur pire score depuis 1867 et tous deux ont perdu des comtés réputés « imprenables » aux mains de l‘ADQ. Des débats passionnés et des remises en question à l‘interne risquent de surgir en ce qui a trait à leur idéologie et à leur leadership.

Quand design et politique font bon ménage

Marianne White du Soleil proposait hier un article très intéressant sur l‘étiquetage chromatique des politiciens en fonction de leur orientation politique (ex.: les Rouges vs les Bleus) et des répercussions sur leurs choix vestimentaires.

Le SoleilLe mercredi 11 octobre 2006

Les couleurs de la politique

Marianne White

Les rouges et les bleus. Les politiciens sont souvent étiquetés en fonction de leur orientation politique. Est-ce que cela se répercute dans leurs choix vestimentaires ? Les péquistes portent-ils plus de bleu et les libéraux plus de rouge ?

Les politiciens – qui font leur retour à l‘Assemblée nationale la semaine prochaine après les vacances d‘été – le démentent formellement. Jean Charest a bien plusieurs cravates rouges, mais ce n‘est pas parce qu‘il est chef du Parti libéral, soutient son attaché de presse. André Boisclair porte souvent du bleu, mais c‘est parce qu‘il aime cette couleur.

Pas de choix conscient, donc ? Faux, rétorque Gilbert Lavoie, chroniqueur au Soleil. Observateur de longue date de la scène politique, le scribe estime que les politiciens choisissent avec soin les couleurs qu‘ils portent. « C‘est beaucoup plus important qu‘on le laisse croire », affirme-t-il, ajoutant que cela s‘observe notamment dans les congrès politiques. « Les militants libéraux sont nombreux à porter une cravate rouge dans ces événements, c‘est une façon d‘exprimer leur fierté », indique M. Lavoie.

Chez les péquistes, le phénomène s‘observe un peu moins franchement. Le bleu est bien associé au Parti québécois, mais aussi au fleurdelisé. Le Parti libéral du Québec a même choisi d‘ajouter cette couleur dans son nouveau logo. « Il n‘y a pas plus de rouge que de bleu associé au Parti », indique l‘attaché de presse du premier ministre, Hugo D‘Amours.

Selon Gilbert Lavoie, l‘utilisation politique des couleurs s‘observe davantage au fédéral. La preuve ? Lorsque Brian Mulroney a été élu premier ministre, il a fait changer les tapis de son bureau de fonction. De rouges sous la gouverne de Pierre Elliott Trudeau, ils sont devenus bleus pendant le règne du chef conservateur. « Si des membres de l‘entourage de Mulroney portaient du rouge, ils se le faisaient dire ! » se rappelle le chroniqueur.