Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

L’effet de formulation dans les sondages (2e acte)

Comme ça, nous ne sommes pas les seuls à nous être intéressés il y a 1 an aux travaux de François Yale sur «l’effet de formulation» dans les sondages sur la souveraineté du Québec?

N’empêche, vous en aurez entendu parler dans ces pages 15 mois avant que La Presse n’en parle! 🙂 2 fois plutôt qu’une.

Diffusion des sondages CROP: lettre à Cyberpresse

Comme vous le savez probablement, la rédaction de Cyberpresse a cessé depuis 2 mois de publier les rapports d’analyse des sondages CROP sur le climat politique au Québec dont les résultats sont publiés mensuellement dans les journaux de la chaîne Gesca. Nous avons envoyé hier soir ce message à la rédaction de Cyberpresse (www.cyberpresse.ca/contact/reseau/contact.php) pour tenter de les convaincre de remédier à la situation: Poursuivez la lecture de «Diffusion des sondages CROP: lettre à Cyberpresse»→

Mini-mini sondage Léger Marketing

Le journal de Québec a publié ce matin les résultats d’un sondage Léger Marketing. En fait, il faudrait dire le résultat car il n’y a qu’un seul chiffre:

  • Taux de satisfaction: 38% des répondants sont satisfaits à l’endroit du gouvernement Charest. Le chiffre sur les répondants insatisfaits n’est pas publié, mais d’après nos savants calculs, ça ne peut pas dépasser 62% d’insatisfaits.

C’est tout. Il n’y a pas les renseignements méthodologiques d’usage comme la méthode de cueillette (téléphone ou web?), la période de cueillette, l’échantillon, la marge d’erreur, etc. On comprend que le sondage a été fait au cours des derniers jours, mais il n’y a pas de date précise.

Nous ne sommes pas sûrs que la rédaction du Journal de Québec aide sa propre cause et celle de Léger Marketing en ne publiant absolument aucune information méthodologique sur ce sondage. Le fait de divulguer ce genre d’information aide le lecteur à se faire une idée sur la crédibilité des résultats. Habituellement, les gens de Léger Marketing sont beaucoup plus rigoureux que ça quand vient le temps de nous informer sur la méthodologie de leurs sondages.

Dommage.

Retour sur le dernier sondage Léger Marketing (MàJ)

C’est avec quelques jours de retard que nous revenons sur l’hyper-méga-sondage Léger Marketing publié mardi dernier. Comme nous l’avons fait lors de la dernière élection générale (Léger Marketing avait réalisé un sondage similaire avec ventilation par région administrative), nous allons comparer les résultats des sous-échantillons régionaux (voir le rapport d’analyse en format pdf) avec les résultats des 2 dernières élections générales.

Nous y allons toutefois d’un petit disclaimer avant toute chose:

  • avec une marge d’erreur allant de 4 à 7% selon la région, les résultats doivent être pris avec un grain de sel;
  • le territoire des circonscriptions électorales ne coïncide pas nécessairement partout avec celui des régions administratives;
  • le sondage a été réalisé du 18 au 23 novembre, soit de 2 à 3 semaines avant le jour du vote.

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (01-11): 8 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 39,62% 21,59% 37,54% 1,25%
Élection 2007 33,55% 28,95% 32,82% 1,60% 3,08% 0,00%
Sondage Léger 45% 14% 36% 2% 2% 1%
n=206 marge d’erreur=7%

(N-B: Le territoire des 8 circonscriptions coïncide à peu près complètement avec celui des deux régions administratives.)

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Côte-Nord (02-09): 8 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 35,21% 19,79% 42,73% 2,27%
Élection 2007 32,70% 21,85% 41,09% 1,63% 2,69% 0,04%
Sondage Léger 46% 9% 40% 2% 2% 2%
n=254 marge d’erreur=6%

(N-B: Le territoire des 8 circonscriptions coïncide à peu près complètement avec celui des deux régions administratives.)

Capitale-Nationale (03): 11 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 41,20% 27,11% 28,86% 2,83%
Élection 2007 28,03% 41,69% 23,61% 3,42% 2,97% 0,29%
Sondage Léger 45% 20% 29% 2% 3% 1%
n=407 marge d’erreur=5%

(N-B: Le territoire des 11 circonscriptions coïncide à peu près complètement avec celui de la région administrative.)

Mauricie/Centre-du-Québec (04-17): 8 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 38,12% 24,31% 35,99% 1,57%
Élection 2007 27,74% 39,10% 28,45% 1,20% 3,08% 0,43%
Sondage Léger 39% 14% 38% 6% 3% 0%
n=212 marge d’erreur=7%

(N-B: Le territoire des 8 circonscriptions présente des différences marquées par rapport à celui des deux régions administratives (surtout la région 17).)

Estrie (05): 6 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 47,96% 17,26% 33,39% 1,39%
Élection 2007 34,09% 28,05% 29,62% 4,53% 3,58% 0,13%
Sondage Léger 54% 5% 30% 7% 4% 0%
n=197 marge d’erreur=7%

(N-B: Le territoire des 6 circonscriptions présente des différences marquées par rapport à celui de la région administrative.)

Montréal (06): 28 circonscriptions

Montréal-Est LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 47,92% 10,42% 36,21% 5,45%
Élection 2007 35,14% 16,87% 33,04% 5,46% 8,89% 0,60%
Sondage Léger 42% 4% 42% 3% 9% 0%
n=207 marge d’erreur=7%
Montréal-Ouest LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 72,96% 6,44% 17,04% 3,56%
Élection 2007 60,12% 13,37% 14,47% 8,00% 3,60% 0,44%
Sondage Léger 70% 4% 16% 5% 5% 0%
n=197 marge d’erreur=7%

On s’est contenté de reproduire les données du sondage ici, vu l’impossibilité de fusionner les deux échantillons de Léger (Montréal-Est et Montréal-Ouest) et vu notre ignorance des limites géographiques exactes des deux échantillons montréalais de Léger Marketing.

MàJ (30 novembre, 22h): En fin de compte, selon des informations qui nous sont parvenues (voir dans les commentaires), la division entre «l’est» et «l’ouest» de Montréal dans le sondage est la rue Saint-Laurent. Nous avons réparti les comtés de l’île de Montréal qui sont de part et d’autre de cette rue pour les résultats des derniers scrutins. Les limites géographiques ne sont pas entièrement similaires, mais c’est un problème qu’on retrouve déjà dans d’autres régions de toute façon.

Outaouais (07): 5 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 62,41% 11,98% 22,74% 2,86%
Élection 2007 45,41% 21,42% 22,36% 6,79% 3,80% 0,23%
Sondage Léger 53% 10% 27% 6% 3% 1%
n=203 marge d’erreur=7%

(N-B: Le territoire des 5 circonscriptions est identique à celui de la région administrative.)

Abitibi-Témiscamingue (08): 3 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 38,65% 22,58% 37,37% 1,41%
Élection 2007 30,41% 24,95% 39,22% 0,00% 5,42% 0,00%
Sondage Léger 35% 6% 50% 2% 3% 4%
n=105 marge d’erreur=10%

(N-B: Le territoire 3 circonscriptions est identique à celui de la région administrative.)

Chaudière-Appalaches (12): 8 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 38,12% 36,01% 24,36% 1,52%
Élection 2007 28,24% 51,69% 16,37% 1,70% 1,89% 0,10%
Sondage Léger 51% 16% 29% 3% 1% 0%
n=254 marge d’erreur=6%

(N-B: Le territoire des 8 circonscriptions présente des différences marquées par rapport à celui de la région administrative (surtout à l’ouest).)

Laval (13): 5 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 51,66% 12,12% 32,68% 3,54%
Élection 2007 39,38% 28,55% 25,39% 3,95% 2,47% 0,26%
Sondage Léger 56% 13% 25% 4% 2% 0%
n=194 marge d’erreur=7%

(N-B: Le territoire des 5 circonscriptions coïncide parfaitement avec celui de la région administrative.)

Lanaudière/Laurentides (14-15): 16 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 35,42% 20,93% 41,65% 2,00%
Élection 2007 20,46% 38,03% 35,26% 3,46% 2,77% 0,02%
Sondage Léger 27% 19% 42% 6% 6% 0%
n=307 marge d’erreur=6%

(N-B: Le territoire des 14 circonscriptions coïncide parfaitement avec celui des deux régions administratives.)

Montérégie (16): 21 circonscriptions

LIB ADQ PQ VRT QS Aut.
Élection 2003 44,26% 16,07% 37,34% 2,33%
Élection 2007 29,36% 33,82% 30,03% 3,61% 2,96% 0,23%
Sondage Léger 40% 12% 44% 2% 1% 0%
n=302 marge d’erreur=6%

(N-B: Le territoire des 21 circonscriptions présente certaines différences par rapport à celui de la région administrative (à la frontière est).)

Question de métho

À lire pour les amateurs de méthodes quantitatives: le billet du blogue Québecpôl sur la question suivante: l’appui au PQ est-il sous-estimé dans les sondages?

Voilà qui serait inhabituel car traditionnellement, c’est le vote libéral (adéquiste dans une moindre mesure) qui est sous-évalué dans les sondages et bénéficie de la fameuse «prime de l’urne», mais l’auteur avance quelques arguments qui méritent réflexion.

Les causes de la percée adéquiste selon les sondages

On a toujours cru que c‘était les indécis et les discrets qui décidaient du résultat d‘une élection parce qu‘ils seraient «influencés» par les résultats des sondages. Apparemment, ce serait plutôt les partisans déclarés d‘un parti politique donné qui voteraient en fonction des sondages pour des raisons «stratégiques». Et ce serait (entre autres) des partisans libéraux qui, croyant la victoire de leur parti dans la poche dans les derniers jours de la campagne électorale de 2007, auraient propulsé l‘Action démocratique du Québec à l‘opposition officielle. C‘est ce que tendrait à démontrer une étude de Claire Durand, professeure en sociologie à l‘Université de Montréal et spécialiste des sondages d‘opinion, dont on parle aujourd‘hui dans La Presse. La méthodologie y est expliquée très sommairement, mais en gros, Mme Durand et son équipe auraient posé un certain nombre de questions dans le cadre de 2 sondages CROP réalisés pendant la campagne électorale, puis ils auraient interrogé directement un certain nombre de répondants après l‘élection.

Si nous mettons la main sur l‘étude complète, nous vous en informerons. Poursuivez la lecture de «Les causes de la percée adéquiste selon les sondages»→

Partielles 2008: nos observations

Eeeh non! il n‘y aura pas eu de résultats surprise lors de ces partielles. Les formations politiques des députés démissionnaires ont conservé leur siège à l‘Assemblée nationale. Par contre, chacun a des raisons de se réjouir ou de s‘inquiéter avec le résultat des élections partielles.

Parti libéral du Québec

  • Positif: les appuis augmentent partout par rapport à 2007; on revient au niveau de 2003 dans Bourget.
  • Négatif: on aurait peut-être pu s‘attendre à plus dans un comté traditionnellement libéral comme Hull.

Parti québécois

  • Positif: Nicole Léger qui obtient son meilleur score à vie dans Pointe-aux-Trembles; le PQ qui passe le cap du 30% dans Hull pour la 1re fois en 10 ans.
  • Négatif: le surplace dans Bourget par rapport à la dernière élection générale.

Action démocratique du Québec

  • Négatif: la baisse dans chaque comté (de 12 à 14%) depuis 2007; la 5e place dans Hull.
  • Positif: l‘épitaphe politique de l‘ADQ a été écrite et effacée à maintes reprises; cette raison suffit pour rester circonspects quant à l‘avenir du parti.

Parti vert du Québec

  • Positif: Scott McKay qui prend la 3e place dans Bourget.
  • Négatif: le plafonnement ailleurs, malgré des candidat ayant une bonne expérience électorale.

Québec solidaire

  • Positif: c‘est stable partout (avec une légère hausse dans Hull); la 3e place dans Hull.
  • Négatif: c‘est stable partout (malgré une légère hausse dans Hull); la 3e place dans Hull par défaut.

Quelques mots sur ce que nous disent ces dernières élections partielles sur les sondages. d‘abord, si on compare les résultats du scrutin dans Hull avec le sondage Segma UniMarketing réalisé au début du mois, on peut voir que le sondeur a sous-évalué l‘appui à Gilles Aubé (-7% par rapport aux résultats réels) et sur-évalué l‘appui à Brian Gibb (+5% par rapport aux résultats réels). Pour les autres – et surtout pour Maryse Gaudreault et Bill Clennett – la firme a visé dans le mille. Compte tenu que 12 jours séparaient les premières entrevues du jour du vote, et compte tenu de la marge d‘erreur de 4,9%, c‘est tout de même honorable. C‘est pas Nostradamus, mais c‘est pas Nostradamouse non plus.

Ensuite, s‘agissant des tiers-partis, si on se fie aux sondages les plus récents, le Parti vert et Québec solidaire devraient être en hausse depuis 1 an (les derniers sondages leur donne entre 6 et 9% chacun). On notera pourtant que lors des 3 partielles, ni l‘un ni l‘autre (à part les Verts dans Bourget) ne sont parvenus à augmenter significativement leurs appuis par rapport à la dernière élection générale. On avait observé le même phénomène dans les mois précédant l‘élection générale de 2007 alors que le score obtenu lors du «vrai sondage» (l‘élection, selon ceux que les sondages désavantagent) était beaucoup moindre que ce que leur donnaient les sondeurs. Cela suffit à rester prudents lorsque des sondages donnent 7 ou 9% à un tiers-parti comme Québec solidaire ou le Parti vert.

Dernier sondage Léger Marketing: attention au buzz

Les résultats du dernier sondage Léger Marketing ont fait couler beaucoup d‘encre ces derniers jours, notamment en raison du fait que l‘ADQ est passée sous la barre des 20% dans les intentions de vote. Malheureusement, l‘ensemble des données d‘un sondage n‘est pas toujours rendu public le jour de la publication et il peut parfois manquer des informations qui permettraient de relativiser certaines conclusions. Et justement, en lisant le rapport d‘analyse de Léger Marketing ce week end, nous y avons découvert des choses intéressantes. Voici donc les résultats des intentions de vote avant répartition des indécis lors des 2 derniers sondages publics de Léger Marketing, celui dévoilé jeudi dernier et le précédent, rendu public à la mi-janvier:

Intentions de vote au Québec selon Léger Marketing (avant répartition des indécis)
Date LIB PQ ADQ VRT QS Aut. Indécis
Janvier 2008 31,0 28,0 25,0 5,0 3,0 1,0 7,0
Avril 2008 31,0 27,0 15,0 5,0 3,0 2,0 15,0

Il y a 2 résultats qui varient: les intentions de vote de l‘ADQ en baisse de 10% et les indécis en hausse de 8%. Tout le reste est stable. Dès lors:

  1. S’il y a eu hausse des appuis au PQ et aux libéraux après répartition des indécis entre les 2 sondages, ce n‘est pas à la suite d‘une hausse de popularité, mais parce qu‘ils ont bénéficié d‘une répartition des indécis plus importante que d‘habitude (en moyenne, il y a entre 6 et 9% d‘indécis dans les sondages pour lesquels cette information est disponible depuis la dernière année).
  2. Si les appuis adéquistes ont baissé chez Léger entre janvier et avril, il est possible que ce n‘est pas à la suite de transferts partisans, mais parce qu‘un nombre appréciable de partisans de l‘ADQ se «stationneraient» parmi les indécis avant de décider entre rentrer au bercail ou appuyer un autre parti. Nous disons possible car, au risque de nous répéter, il est assez risqué méthodologiquement d‘inférer des comportements individuels à partir de données agrégées en prenant pour acquis que tous les individus, sans exception, partagent les mêmes caractéristiques que celles de l‘ensemble du groupe. C‘est une hypothèse ici, pas une certitude.

Donc, est-ce que l‘ADQ est vraiment en dessous des 20% en ce moment? Nous aurons possiblement un début de réponse cette semaine avec la publication du sondage mensuel CROP, mais ce n‘est pas impossible que l‘ADQ y ait des résultats légèrement meilleurs que ceux que leur accorde Léger Marketing.

L‘effet de la formulation dans les sondages

Ah! La magie des trackbacks! Un rétrolien du blogue de Renart Léveillé vers notre article de ce matin sur le dernier sondage CROP nous a permis de découvrir le tout récent mémoire de maîtrise (janvier 2008) de François Yale, étudiant au département de sociologie à l‘Université de Montréal, dont le titre est «L‘évolution de l‘appui à la souveraineté du Québec: effets de la formulation de la question et effets de contexte». À lire absolument pour celles et ceux qui s‘intéressent à la méthodologie des sondages et/ou qui ne veulent pas faire de raisonnements et d‘extrapolations trop boiteuses lorsqu‘ils en lisent un. L‘auteur résume son mémoire comme suit:

Cette recherche étudie l‘évolution de l‘appui à la souveraineté du Québec entre 1976 et aujourd‘hui, en considérant les diverses formulations de la question utilisées par les acteurs politiques et par les sondeurs.

Cette question est abordée en faisant une analyse longitudinale multiniveaux de plus de 800 sondages. Une telle approche suggère que les caractéristiques des sondages sont nichées à l‘intérieur d‘unités contextuelles plus larges, des unités de temps. Cela permet d‘une part d‘observer quels sont les facteurs liés à la mesure qui influencent l‘appui à la souveraineté du Québec et ensuite de voir comment ces mêmes effets varient à travers le temps et comment ils sont influencés par certains événements jugés importants.

Il ressort de ces analyses que les propositions séparation, indépendance, souveraineté et souveraineté-association/partenariat entraînent généralement des appuis moyens significativement différents les uns des autres. Il apparaît aussi que certains événements ont eu une influence significative sur l‘évolution de l‘appui à ces diverses propositions. Enfin, il a été tenté de voir si les appuis propres à ces diverses propositions évoluaient de manière parallèle, s‘ils réagissaient similairement aux différents événements considérés dans les analyses ou si au contraire ces appuis pouvaient parfois évoluer de manière différente. Les résultats à cet égard sont intéressants mais non concluants.

Ces observations sur l‘effet de formulation dans les sondages sur la souveraineté sont loin d‘être révolutionnaires puisque ce phénomène est étudié depuis fort longtemps, notamment par Maurice Pinard. L‘intérêt du mémoire provient du fait qu‘il porte sur un échantillon de plusieurs centaines de sondages (800 en fait) sur une période de plus de 30 ans prenant fin tout récemment (novembre 1976 à juin 2007). L‘autre partie du mémoire sur l‘effet de contexte est en quelque sorte une lapalissade (c‘est sûr que le positionnement des répondants d‘un sondage est en partie en réaction à l‘actualité de l‘époque où il est réalisé), mais c‘est une démarche incontournable si on veut isoler l‘effet de la formulation pour expliquer les variations des résultats.

Ceci est un prétexte pour rappeler une vérité élémentaire concernant les sondages d‘opinion que tous ont parfois tendance à oublier (et nous nous incluons dans le lot): toute comparaison entre 2 sondages équivaut à comparer des pommes avec des oranges lorsqu‘ils ne sont pas réalisés selon une méthode similaire, surtout en ce qui a trait à la formulation des questions. S’agissant de la question nationale, rappelons que depuis le milieu de la décennie (2006 chez Léger Marketing, 2007 chez CROP), les grandes maisons de sondage questionnent les gens sur la souveraineté et non plus sur la souveraineté-partenariat comme on le faisait depuis 1995, ce qui suffit à rendre toute analyse des tendances à long terme plutôt risquées. Cette mise en garde ne s‘applique pas seulement aux sondages sur la souveraineté, mais sur toute question, même sur une question aussi anodine et standard que les intentions de vote lors des élections générales, où le libellé de la question ou les partis mentionnés dans le choix de réponse peuvent avoir un impact significatif sur les résultats (d‘ailleurs, il y a un peu plus d‘un an, nous commentions des études réalisées sur le sujet).

Voilà , c‘était notre chronique éteignoir du vendredi.

Sondage Léger Marketing de septembre 2007: l’image des politiciens

((MISE À JOUR: 11 septembre 2007, 23h) Après publication ce matin du rapport d’analyse (format pdf) du sondage Léger Marketing sur la rentrée politique, nous avons mis à jour ce billet afin d’inclure les réponses pour les 65 politiciens mentionnés dans la section sur l’image des politiciens. Et nous devons vous faire une confidence: nous avons la prétention d’avoir une certaine connaissance du milieu politique et malgré cela, nous serions incapables de donner une opinion favorable ou défavorable sur la totalité des 65 personnalités politiques nommées dans le sondage. Alors, imaginez lorsqu’on pose la question à un individu qui, pour toutes sortes de bonnes ou de mauvaises raisons, n’a ni le temps, ni l’intérêt pour s’informer sur la vie politique, les protagonistes et les enjeux… Tout le monde a une opinion sur le gouvernement, les partis politiques ou leurs chefs, mais est-ce que tout le monde a vraiment une opinion sur un quelconque maire, un backbencher fédéral ou un ministre qui n’est pas sous les feux de la rampe? Le nombre effarant de politiciens pour lesquels l’option majoritaire est “ne connaît pas” est assez révélateur à cet égard.

Un autre danger avec ce genre de questionnaire est justement sa longueur: lorsqu’on demande à une personne d’exprimer son opinion sur 65 individus, les risques sont grands que vers la fin, entre le souper à préparer, les devoirs (scolaires, conjugaux et autres), la tondeuse et la soirée de bridge, on donne la première réponse qui passe par la tête sans trop réfléchir. Et ce “sans trop réfléchir” devient parfois “j’en connais aucun d’la gang” ou bien “parti X=opinion défavorable”. Rendus là , ce n’est plus l’individu qu’on évalue, mais sa notoriété et son appartenance politique.

Bref, demander une opinion favorable ou défavorable sur un chef de parti, un ministre important, un candidat-vedette ou le maire d’une grande ville demeure pertinent, mais à force de questionner les gens là -dessus en “batch” de 65 politiciens, on finit par perdre de l’impact et de la pertinence.)

Léger Marketing a réalisé la semaine dernière un sondage, dévoilé hier au réseau TVA et ce matin dans Le Journal de Montréal et The Gazette portant sur l’image des politiciens. Plus précisément, l’étude consistait à demander aux répondants s’ils ont une opinion favorable ou défavorable envers un certain nombre d’hommes et de femmes politiques

Voici les résultats partiels à la lecture des articles sur ce sondage dans Le Journal de Montréal et dans la Presse canadienne.

Opinion favorable Opinion défavorable Ne connaît pas
1. Mario Dumont (ADQ) 68,0 30,0 2,0
2. Pauline Marois (PQ) 60,0 33,0 4,0
3. Gilles Duceppe (fédéral) 59,0 37,0 5,0
4. Philippe Couillard (LIB) 57,0 31,0 12,0
5. Pierre Curzi (PQ) 54,0 19,0 26,0
6. Gérald Tremblay (municipal) 53,0 24,0 23,0
7. Louise Harel (PQ) 52,0 25,0 24,0
8. Liza Frulla (fédéral) 52,0 29,0 19,0
9. Jack Layton (fédéral) 51,0 18,0 31,0
10. François Legault (PQ) 50,0 22,0 27,0
11. Thomas Mulcair (fédéral) 47,0 14,0 38,0
12. Louise Beaudoin (PQ) 47,0 24,0 29,0
13. Stephen Harper (fédéral) 47,0 51,0 3,0
14. Justin Trudeau (fédéral) 46,0 39,0 15,0
15. André Boisclair (PQ) 45,0 49,0 6,0
16. Marguerite Blais (LIB) 39,0 15,0 45,0
17. Pierre Paradis (LIB) 38,0 20,0 42,0
18. Jean Charest (LIB) 38,0 60,0 2,0
19. Yves Séguin (LIB) 37,0 11,0 51,0
20. Bernard Drainville (PQ) 37,0 16,0 46,0
21. Lucienne Robillard (fédéral) 35,0 29,0 36,0
22. Stéphane Dion (fédéral) 35,0 58,0 6,0
23. Maka Kotto (fédéral) 34,0 11,0 56,0
24. Joseph Facal (PQ) 34,0 18,0 48,0
25. Line Beauchamp (LIB) 34,0 19,0 47,0
26. Christine St-Pierre (LIB) 33,0 10,0 57,0
27. Josée Verner (fédéral) 33,0 19,0 49,0
28. Françoise David (QS) 33,0 25,0 42,0
29. François Gendron (PQ) 31,0 12,0 57,0
30. Monique Jérôme-Forget (LIB) 30,0 32,0 38,0
31. Maxime Bernier (fédéral) 29,0 12,0 59,0
32. Claude Béchard (LIB) 29,0 22,0 49,0
33. Denis Coderre (fédéral) 29,0 41,0 30,0
34. André Arthur (fédéral) 27,0 51,0 22,0
35. Nathalie Normandeau (LIB) 26,0 11,0 63,0
36. Scott McKay (VRT) 25,0 14,0 61,0
37. Jean-Marc Fournier (LIB) 25,0 20,0 55,0
38. Gilles Vaillancourt (municipal) 24,0 15,0 61,0
39. Raymond Bachand (LIB) 23,0 15,0 62,0
40. Jean-Pierre Blackburn (fédéral) 22,0 16,0 62,0
41. Monique Gagnon-Tremblay (LIB) 22,0 18,0 59,0
42. Marie Grégoire (ADQ) 20,0 9,0 71,0
43. Gilles Taillon (ADQ) 20,0 14,0 65,0
44. Michael Fortier (fédéral) 20,0 14,0 66,0
45. Amir Khadir (QS) 20,0 18,0 62,0
46. Sam Hamad (LIB) 18,0 17,0 65,0
47. Pierre Paquette (fédéral) 17,0 8,0 75,0
48. Lawrence Cannon (fédéral) 17,0 15,0 69,0
49. Jacques Dupuis (LIB) 17,0 17,0 66,0
50. Michelle Courchesne (LIB) 17,0 18,0 65,0
51. Julie Boulet (LIB) 15,0 17,0 68,0
52. Benoît Pelletier (LIB) 14,0 13,0 73,0
53. Jean Tremblay (municipal) 11,0 9,0 81,0
54. Sébastien Proulx (ADQ) 9,0 7,0 85,0
55. Yolande James (LIB) 9,0 8,0 83,0
56. Linda Lapointe (ADQ) 9,0 8,0 83,0
57. David Whissell (LIB) 9,0 9,0 82,0
58. Laurent Lessard (LIB) 8,0 8,0 84,0
59. Jean Perreault (municipal) 7,0 6,0 87,0
60. Pierre Gingras (ADQ) 7,0 8,0 85,0
61. Claude Gladu (municipal) 7,0 8,0 84,0
62. Sylvie Roy (ADQ) 6,0 5,0 88,0
63. Éric Caire (ADQ) 6,0 6,0 88,0
64. Pablo Rodriguez (fédéral) 6,0 8,0 85,0
65. Bernard Bigras (fédéral) 5,0 7,0 88,0

Le sondage téléphonique a été réalisé du 5 au 8 septembre 2007 auprès de 1 472 répondants. La marge d’erreur est de 2,6%, 19 fois sur 20. Les données finales ont été pondérées selon le sexe et l’âge de façon à être représentatives de la population selon les dernières données de Statistique Canada.

L’expérience est une lanterne que l’on porte dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru

C’est maintenant un classique: après chaque élection générale, les sondeurs se lancent en pleine introspection afin de trouver pourquoi le scrutin ne se déroule pas comme ils l’avaient prévu. Ce matin dans La Presse (pas de lien disponible), Claire Durand, professeure au département de sociologie à l’Université de Montréal, dévoile les résultats d’une étude réalisée en collaboration avec CROP afin de tenter d’expliquer les raisons pour lesquelles le vote de l’ADQ avait été sous-estimé par les sondeurs à la veille de l’élection générale du 26 mars dernier.

Mais d’abord, une petite mise en contexte s’impose: le texte de Mme Durand porte spécifiquement sur le sondage CROP paru deux jours avant le scrutin, soit le 24 mars. Or, trois autres sondages étaient parus le même jour.

Sondage LIB ADQ PQ VRT QS Aut. Écart total* Écart total**
Résultats du scrutin (arrondi à l’unité près) 33 31 28 4 4 0    
Angus Reid Strategies (sondage par Internet, réalisé du 22 au 23 mars, N=838, ME=3,5%) 30 31 27 7 5 0 4 6
CROP (sondage téléphonique, réalisé du 15 au 22 mars, N=1053, ME 3,1%) 34 25 28 8 5 0 7 10
Léger Marketing (sondage téléphonique, réalisé du 19 au 23 mars, N=1000, ME=3,1%) 35 26 29 5 4 1 8 10
The Strategic Counsel (sondage téléphonique, réalisé du 21 au 22 mars, N=1000, ME=3,1%) 30 28 31 6 5 0 9 10

* Écart total pour les trois principaux partis.
** Écart total pour tous les partis.

Les nombres en caractères gras indiquent les scores “prédits” par les sondeurs dont l’écart par rapport au score “réel” est supérieur à la marge d’erreur. On peut voir qu’Angus Reid Strategies a les résultats qui sont les plus près du vote réel (lui seul met le PQ en troisième place) tandis que CROP et Léger sous-estiment le vote adéquiste selon un écart supérieur à la marge d’erreur. Quand à Strategic Counsel, il n’a aucun écart individuel qui dépasse la marge d’erreur (pour les trois principaux partis, il est “flush” à chaque fois), mais lorsque l’on cumule les écarts, c’est le sondage qui s’avère le moins exact (il allait jusqu’à prédire une première place au PQ).

(Petite parenthèse sur Angus Reid Strategies: c’est une firme basée principalement à Vancouver, fondée par un vieux routier des sondages d’opinion au Canada anglais, Angus Reid, et qui occupe un créneau encore peu occupé au Canada: les panels sur Internet (pour ceux qui sont à l’aise en anglais et qui veulent en savoir plus sur les panels en ligne, il y a un document explicatif (format pdf) ici). Le sondage que cette firme a publié le 24 mars est passé complètement inaperçu au Québec (quand nous disons complètement inaperçu, nous nous incluons là dedans; nous n’en avons pris connaissance que quelques jours après le jour J). Pourtant, ils se vantent d’avoir réalisé le sondage le plus précis lors des dernières élections générales au Québec et au Manitoba (c’était en mai). Fin de la parenthèse)

Selon l’étude postélectorale de Claire Durand, 16% des répondants qui avaient révélé leur choix lors du sondage ont changé d’avis au moment de voter (on parle d’une personne sur six, quand même!). De plus, les “indécis” et les “discrets” se répartissent de la même manière que les autres répondants, ce qui semble confirmer que la répartition “proportionnelle” des indécis lors des sondages serait, dans le contexte actuel, la plus susceptible de donner des bons résultats. Or, en tenant compte des mouvements de dernière minute (rappelons que le sondage CROP a débuté le 15 mars), on revient à l’intérieur de la marge d’erreur. Donc, la principale erreur de CROP est vraisemblablement d’avoir échelonné le sondage sur huit jours. Quand on y pense, c’est énorme sur une campagne électorale de 33 jours.

La grosse conclusion de Mme Durand, c’est que le Québec est divisé en trois et que si les sondeurs se sont trompés, c’est parce que l’électorat est très volatile.

Cela nous rappelle une controverse similaire en 1998 alors que les sondeurs avaient sous-évalué le vote libéral et mis le PQ largement en avance avant l’élection générale du 30 novembre 1998. Après coup, on a découvert que les indécis avaient des caractéristiques proches de l’électorat libéral, que la répartition proportionnelle des indécis n’était pas valide et qu’il fallait plutôt transférer la très grande majorité des indécis au Parti libéral (la fameuse méthode 60-30-10). En 2003, ça a marché mais maintenant, ça ne marche plus et la répartition proportionnelle semble redevenir valide.

Bref, comme le disait si bien Confucius (pour vrai!): « L’expérience est une lanterne que l’on porte dans le dos et qui n’éclaire que le chemin parcouru. »

Vendredi, 08 juin 2007

Que s’est-il passé?

Claire Durand
La Presse

L’auteur est professeur titulaire au département de sociologie de l’Université de Montréal

Au moment où tant de politiciens, de militants, de journalistes invoquent les sondages, il est important de se pencher sur les raisons qui pourraient expliquer pourquoi les sondages n’avaient pas bien estimé le vote pour l’Action démocratique du Québec (ADQ) lors des dernières élections, l’écart entre l’intention de vote déclarée et le vote ayant été de 5%.

Deux raisons sont habituellement invoquées lorsque les sondages « se trompent » : Soit les électeurs ont changé d’avis entre le moment où ils ont été interrogés et le jour du scrutin, soit les non-répondants – à la question sur l’intention de vote ou au sondage lui-même – n’avaient pas la même intention de vote que les répondants.

Notre équipe de recherche (John Goyder, de l’Université de Waterloo, et moi-même) a collaboré avec CROP et La Presse au cours des dernières élections pour mener une recherche permettant entre autres de répondre à ces questions.

Dans la semaine qui a suivi l’élection, nous avons effectué un sondage auprès des répondants aux sondages préélectoraux faits par CROP durant la campagne. Plus de 80% des répondants au dernier sondage CROP effectué du 15 au 22 mars, soit de deux à dix jours avant les élections du 26 mars 2007, ont été joints après les élections.

Parmi les 602 personnes qui ont révélé leur vote, un peu plus de 16% n’ont pas voté comme elles avaient dit vouloir le faire. Ces répondants «volatiles» se répartissent comme suit: 4,1% sont passés à I’ADQ, 3,3% au PLQ; 6,9% au PQ et 2,2% à Québec solidaire ou au Parti vert. Qui a perdu dans ces mouvements? Les pertes touchent l’ADQ pour 4,1%, le PLQ pour 3,2% le PQ pour 2,9% et Québec solidaire ou le Parti vert pour 6,0% (ces derniers changements se faisant proportionnellement plus vers le Parti québécois).

Il y a donc eu des mouvements entre les partis durant les derniers jours avant le scrutin mais ceux-ci ont été plus favorables au Parti québécois qu’à l’ADQ et ont nui plus aux deux petits partis qu’aux trois principaux.

Par ailleurs, 7,0% de ceux qui ont révélé leur vote s’étaient dits indécis ou n’avaient pas révélé leur intention de vote au sondage préélectoral. Ils se répartissent sensiblement de la même manière que les autres répondants. Au total, les mouvements provenant des autres partis ou des indécis vers l’ADQ ont donc atteint 6,7% alors qu’ils atteignaient 5% vers le PLQ, 8,9% vers le PQ et 2,7% vers Québec solidaire ou le Parti vert.

Après l’ensemble de ces mouvements, le vote déclaré lors du sondage postélectoral se situe à l’intérieur de la marge d’erreur si on le compare aux résultats du scrutin. L’ADQ se situe à 27,6%, soit à 3,2% de moins que le vote obtenu, et le PLQ à 31,3% (1,8% de moins que le vote). Toutefois, le Parti québécois est maintenant surévalué à 32% (à la limite de la marge d’erreur étant donné le vote de 28,3%). La prise en compte des mouvements déclarés permet donc d’obtenir une estimation du vote à l’intérieur de la marge d’erreur mais, étant donné le peu d’écart entre les partis, elle ne permet toujours pas de bien estimer l’ordre d’arrivée, mettant même le Parti québécois au premier rang.

Il faut donc conclure que c’est en premier lieu la volatilité de l’électorat qui explique l’écart entre le dernier sondage CROP et le vote. Il faut également conclure qu’il n’y a pas eu, du moins en fin de campagne, un mouvement vers l’ADQ nettement. plus fort que vers les autres partis.

Pourquoi changer?

Tous les répondants qui n’indiquaient pas avoir voté comme ils en avaient exprimé l’intention ou qui étaient indécis au départ ont été interrogés sur les raisons de leur choix. La moitié des répondants qui sont passés à l’ADQ justifient leur choix par une simple volonté de changement. Suivent le chef et le programme comme principales explications. Pour ce qui est des mouvements vers le PLQ, ils sont davantage justifiés par le candidat dans la circonscription et par l’importance accordée à l’expérience et à la continuité.

Enfin, les répondants qui sont allés vers le Parti québécois sont les plus nombreux (près de 40%) à ne pas donner de justification à leur changement. Suivent trois raisons qui arrivent à égalité : le fait de se définir comme souverainiste, le candidat dans le comté et le fait d’être contre un ou l’autre des deux autres partis.

Pouvons-nous tirer de ces informations des enseignements pour une éventuelle campagne? Il ressort des éléments présentés – et les derniers sondages publiés semblent le confirmer – que le Québec est en ce moment divisé en trois parties relativement égales et que les mouvements entre les partis politiques sont relativement courants. Ces mouvements ne sont pas nécessairement motivés par des changements fondamentaux dans les opinions et relèvent plutôt d’éléments conjoncturels. Dans une telle situation, l’estimation du transfert des intentions de vote en nombre de circonscriptions relève de la haute voltige.

Pondération des sondages et représentativité de l‘échantillon

Un lecteur nous faisait remarquer hier à propos du récent sondage CROP-La Presse le fait que les données employées pour pondérer les échantillons des sondages d‘opinion afin de les rendre représentatifs de la population datent de six ans, soit du Recensement du Canada de 2001. Folliculaire écrivait:

(…) Les données ont été pondéré sur le recensement de 2001. Depuis le début 2007, les nouveaux chiffres du recensement sont disponibles (du moins, certain). 6 ans de différence, c‘est assez important.

Rappelons qu‘au Canada, les recensements ont lieu à tous les cinq ans (aux États-Unis, à titre d‘exemple, ça a lieu aux 10 ans). Le dernier recensement au Canada date de 2006. Dès lors, pourquoi ne pas employer les résultats les plus récents?

C‘est vrai que ça peut sembler long, pondérer un sondage réalisé en 2007 en fonction du Recensement de 2001, mais il faut comprendre que les résultats du Recensement de 2006 ne sont pas encore entièrement rendus publics. Pour l‘instant, ce n‘est que la population brute de chaque province, région, municipalité, etc. qui est connue (et encore, ça date de mars dernier).

d‘après Statistique Canada, la publication des données s‘échelonnera jusqu‘au 1er mai 2008. d‘ici là , des données capitales pour les sondeurs manquent. Les données portant sur l‘âge et le sexe seront publiées le 17 juillet prochain, celles sur la langue (s‘il y a un élément capital dans l‘analyse des comportements électoraux au Québec, c‘est bien celui là ) le 4 décembre prochain et celles sur le marché du travail (profession, scolarité, etc.) le 4 mars 2008. Bref, il manque de gros morceaux au Recensement de 2006 avant de l‘employer pour pondérer les sondages d‘opinion.

Cela étant, il n‘y a vraisemblablement pas eu de bouleversements majeurs dans la composition de la population québécoise entre 2001 et 2006. Ça serait surprenant que l‘on découvre que la population de la Gaspésie ait augmenté à 2 millions d‘habitants, que les hispanophones représentent soudainement 40% de la population du Québec ou que le revenu des ménages ait augmenté ou baissé de 50% en cinq ans. Dès lors, nous ne croyons pas que la pondération des sondages de 2007 en fonction du Recensement de 2001 ait un impact fondamental sur les résultats.

Ça a juste l‘air fou, mais dans ce cas-ci, on ne peut pas blâmer les sondeurs.

Ça nous prend plus de sondages!

Nous sommes conscients qu‘en ce lendemain d‘élections, nous ne nous ferons pas d‘amis en proposant “plus de sondages”. 😉 En fait, par “plus de sondages”, nous entendons “plus de un type de sondage en particulier”.

Depuis lundi soir dernier, chacun avance sa petite explication sur les facteurs qui ont amené les électeurs québécois à voter comme ils l‘ont fait (sur une base individuelle, s‘entend), sur la signification de leur geste ainsi que sur les conséquences sur le plan politique. Par exemple, nous citions ce matin un article dans lequel le président de Léger Marketing, Jean-Marc Léger, avançait que les gains de Québec solidaire et du Parti vert pouvaient avoir carrément couté la victoire au Parti québécois. Ce n‘est pas que la thèse soit farfelue en soi, mais ça manque un peu de démonstration. Une analyse macro des résultats électoraux ne permet pas nécessairement d‘inférer sur les transferts de vote sur une base individuelle (à moins que Léger Marketing ait des données là -dessus, mais si c‘est le cas, le simple fait de les rendre publiques enrichirait drôlement le débat). Nous parlons spécifiquement de Jean-Marc Léger ici, mais le commentaire s‘applique à bon nombre de journalistes, commentateurs et analystes qui se sont fait entendre depuis lundi soir.

Comment y voir plus clair? Comment faire en sorte que les analyses électorales (et nous nous incluons là dedans) reposent sur des bases fiables et complètes? Une solution pourrait être de lancer une “étude électorale québécoise”, sur le modèle des grandes enquêtes universitaires sur les élections, telles que les American National Election Studies, les British Election Studies ou l‘Étude électorale canadienne. Ce ne serait pas un précédent, il y a déjà eu de telles études réalisées par le passé, notamment par Maurice Pinard, professeur émérite à McGill, en 1960, 1962 et 1973, mais il n‘y en a eu aucune lors des récentes élections, sans compter qu‘un des intérêts de l‘exercice est de le tenir à chaque élection générale afin d‘évaluer l‘évolution de l‘électorat québécois au fil des années.

Qu‘est-ce que ça pourrait donner de réaliser une étude universitaire sur les élections générales au Québec, demanderez-vous? En transposant les objectifs de l‘Étude électorale canadienne dans le cas québécois, on pourrait avoir une idée assez claire de l‘éventuel apport d‘une “étude électorale québécoise”:

Le premier objectif de l‘Étude est de produire un compte-rendu complet de l‘élection afin d‘identifier les principales raisons pour lesquelles les électeurs appuient un parti ou un candidat donné, de déterminer les constantes et les changements pendant la campagne et d‘une campagne à l‘autre, et de mettre en lumière les similarités et les différences entre le comportement électoral au Canada et dans d‘autres pays démocratiques. Le deuxième objectif est de contribuer au développement de connaissances scientifiques sur les motivations des électeurs, la signification des élections et sur les campagnes électorales dans les pays démocratiques. Le troisième objectif est de constituer un ensemble important de données sur les attitudes et les opinions des Canadiens à l‘égard d‘un large éventail d‘enjeux sociaux, économiques et politiques, ainsi que de rendre ces données disponibles auprès des chercheurs en science politique, en sociologie, en économie, en communication et en journalisme.

Mais alors, demanderez-vous encore, en quoi un sondage réalisé par des universitaires serait plus fiable qu‘un autre réalisé par CROP ou Léger? En guise de réponse, citons le sommaire méthodologique de l‘Étude électorale canadienne de 2000:

Le sondage a d‘abord été mené durant la campagne électorale (fédérale de 2000) auprès de 3651 répondants. Puis, 2862 de ces répondants ont été interrogés à nouveau après l‘élection. Enfin, 1535 personnes interviewées après l‘élection ont complété un questionnaire postal.

Ajoutons à titre d‘exemple que le questionnaire pré-électoral de l‘Étude électorale canadienne de 2006 (voir ici: format pdf) fait pas moins de 159 pages dans sa version bilingue. Bref, sauf tout le respect qu‘on doit aux maisons de sondage qui font face à diverses contraintes lorsqu‘elles réalisent des sondages pour un journal ou un réseau télé, ça serait beaucoup plus complet qu‘un questionnaire lu en 5 minutes sur l‘heure du souper auprès de 1000 personnes.

Alors, avis aux chercheurs universitaires, think tanks, instituts de recherche et autres organismes subventionnaires: une étude électorale québécoise permanente serait une contribution intéressante au domaine de la science politique au Québec et aiderait certainement à donner un éclairage intéressant à l‘évolution de l‘opinion publique au Québec.

Mythes et flottement: analyse sur le scrutin d‘hier

Après avoir dormi sur les résultats d‘hier, et avec un peu de recul, voici notre analyse sur l‘élection générale de 2007 et ce qui nous attend au cours des prochains mois.

d‘entrée de jeu, ce qui nous a frappé de l‘élection d‘hier et du déroulement de la campagne électorale est le nombre d‘idées reçues sur la vie politique québécoise qui – en 2007 – ont été contredites par les faits:

  • «Les Québécois élisent un parti au pouvoir pour deux mandats»: techniquement, c‘est vrai, mais jamais depuis l‘Union nationale en 1970 a-t-on vu le parti ministériel perdre 13% des voix et 28 sièges (22% des sièges) après un premier mandat. Habituellement, la réélection d‘un gouvernement pour un deuxième mandat (majoritaire qui plus est) est une formalité, mais ça n‘a pas été le cas en 2007.
  • «Les Québécois n‘élisent pas de gouvernements minoritaires»: les sondages laissaient entrevoir un gouvernement minoritaire tout au long de la campagne électorale, donc on a eu assez de temps pour se faire à l‘idée que cette idée reçu n‘était peut-être pas aussi vraie qu‘on pouvait le penser. Toutefois, rien ne laissait présager une Assemblée nationale aussi divisée qu‘elle le sera durant la prochaine législature. Le parti majoritaire n‘a que 48 sièges en chambre (38,4% des sièges), le “tiers parti” n‘est que 12 sièges derrière, et l‘opposition officielle est entre les deux.
  • «Plus l‘issue d‘un scrutin s‘annonce serrée, plus la participation électorale s‘accroît»: deux chiffres suffisent pour remettre cette idée reçue en cause: 70,5% en 2003; 71,3% en 2007.
  • «Les organisations électorales jouent un rôle important dans la sortie du vote»: tous les commentateurs politiques s‘accordaient pour affirmer que l‘ADQ faisait figure de parent pauvre face au PQ et aux libéraux sur les plans des finances et de l‘organisation. Et pourtant… Après l‘élection d‘Andrée Boucher à la mairie de Québec avec un budget de 3000$ en 2005 et l‘élection de 10 députés conservateurs au fédéral en 2006 avec une organisation “légère”, il faudrait peut-être relativiser un peu plus l‘importance de la “machine” dans la sortie du vote.
  • «Le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour déforme la volonté exprimée par les électeurs»: c‘est peut-être un accident de parcours, mais la répartition des sièges reflète assez bien le pourcentage de voix obtenus par chaque parti: LIB 38,4% des sièges, ADQ 32,8% des sièges et PQ 28,8% des sièges. Il est vrai qu‘à 4% chacun, Québec solidaire et les Verts n‘ont pas élu de députés, mais avec de tels chiffres, rien ne garantit qu‘ils seraient parvenus à le faire sous un mode de scrutin mixte ou proportionnel.
  • «La circonscription de Saint-Jean vote toujours du côté du pouvoir»: cette fois-ci, ce n‘est pas vrai, le député libéral a été battu.
  • «Le vote libéral est sous-évalué dans les sondages»: Léger Marketing accordait 35% aux libéraux samedi dernier, CROP leur accordait 34%. Le vote libéral a été légèrement en-deçà de ce qu‘accordaient les sondeurs, mais ça reste dans la marge d‘erreur. Tout comme en 2003, il n‘y a pas eu de “prime de l‘urne”.

À surveiller au cours des prochaines semaines et des prochains mois, beaucoup d‘inconnues qui pourraient nous mener soit vers un tripartisme (multipartisme?) permanent, soit vers un retour au bipartisme PLQ-PQ ou soit vers un nouveau bipartisme.

  • Nouvelle dynamique parlementaire: Sur quel parti le gouvernement libéral minoritaire va-t-il s‘appuyer? Tel que nous l‘avons mentionné plus haut, aucun parti ne se démarque clairement des autres. À première vue, bien peu de choses semble rapprocher les trois partis, et ça semble particulièrement vrai pour le Parti libéral et le Parti québécois. Si l‘ADQ joue de façon relativement classique le rôle d‘un parti d‘opposition officielle, il faudra bien que les “vieux partis” trouvent un terrain d‘entente afin d‘éviter de retomber rapidement en élection.
  • Élection de réalignement?: On a souvent comparé depuis hier l‘élection de 2007 à d‘autres qui ont été le théâtre d‘un réalignement de notre système de partis, notamment les élections générales de 1936 (arrivée au pouvoir de l‘Union nationale), de 1970 (le PQ devient le 2e parti le plus populaire au Québec) et de 1976 (arrivée au pouvoir du PQ). Ce n‘est pas impossible, mais il est encore trop tôt pour le dire. En 1936 et 1970-76, un seul parti a été frappé par la montée d‘un tiers parti (le Parti conservateur dans les années 30 et le PQ dans les années 70) et l‘autre s‘est maintenu (le Parti libéral dans les deux cas). En 2007, ce sont les deux principaux partis qui ont écopé; le PQ et les libéraux ont tous les deux subi des reculs historiques hier.
  • Le Parti vert et Québec solidaire: Vrai, les deux partis ont obtenu moins de voix que ne leur attribuaient les sondages au cours de la campagne. Ils ont néanmoins progressé depuis 2003 et, financement (partiellement) public des partis politiques oblige, ils auront maintenant droit à des ressources financières en raison des voix supplémentaires qu‘ils ont obtenus et qui leur permettra de consolider leur progression. C‘est la stratégie qu‘a adoptée le Parti vert sur la scène fédérale depuis le début des années 2000, et ils sont passés de moins de 1% à travers le Canada en 2000 à 4% en 2004 et 2006, et ils sont maintenant dans les deux chiffres dans les sondages pancanadiens.
  • Volatilité de l‘opinion publique: Depuis 2002, l‘opinion publique québécoise est très volatile et chacun des principaux partis ont connus des très hauts et des très bas dans les sondages au cours de la période. Ça risque de se poursuivre au cours des prochains mois. À titre d‘exemple:
    • LIB: 21% en avril 2005 (Léger), 48% en août 2003 (Léger);
    • PQ: 25% en septembre 2002 (Léger), 50% en décembre 2005 (CROP);
    • ADQ: 11% en mars 2006 (Léger), 40% en août, septembre et octobre 2002 (Léger et CROP).
  • Réforme du mode de scrutin: ironiquement, la répartition des sièges entre les principaux partis est la plus proportionnelle qu‘on ait vu depuis longtemps. Malgré tout, la perspective qu‘un des trois partis puisse disparaitre à plus ou moins brève échéance pourrait être propice à une réforme du mode de scrutin.
  • Débat de sondeurs: Aucune firme de sondage et aucun site de prédiction n‘a prévu ce qui s‘est passé hier, et cela relancera vraisemblablement un énième débat sur la fiabilité des sondages électoraux. Notons tout de même qu‘à l‘exception du résultat de l‘ADQ (et du fait que l‘ADQ a terminé deuxième contrairement à ce que laissaient croire les sondages), tous les autres étaient à l‘intérieur de la marge d‘erreur, sauf Strategic Counsel qui était dans le champ.
  • Renouvellement de la députation: Beaucoup de députés sortants du PQ et du PLQ ont été battus hier et plusieurs nouveaux députés feront leur entrée à l‘Assemblée nationale prochainement (surtout à l‘ADQ, mais aussi du PQ et des libéraux). Reste à voir comment ce renouvellement de la députation se reflètera au niveau du débat politique. Il y a là potentiel à des dérapages et à des erreurs de débutants, mais aussi à un renouvellement et à un rafraîchissement du discours politique.
  • Évolution de l‘opinion publique sur l‘avenir du Québec: Avec une opposition officielle qui prétend incarner une troisième voie entre le fédéralisme et la souveraineté, comment évoluera l‘opinion publique sur la question de l‘avenir du Québec au cours des prochains mois?
  • Débats internes au PQ et au PLQ: Ce que nous nous apprêtons à écrire à ce sujet est loin d‘être original. Le PQ qui obtenu son pire score depuis 1970, les libéraux qui obtiennent leur pire score depuis 1867 et tous deux ont perdu des comtés réputés “imprenables” aux mains de l‘ADQ. Des débats passionnés et des remises en question à l‘interne risquent de surgir en ce qui a trait à leur idéologie et à leur leadership.

Sondage de sortie des urnes?

Le blogueur Stéphane Dion de Go-Québec.com lance une initiative intéressante et inédite (à notre connaissance) au Québec: réaliser un sondage de sortie des urnes ou “exit poll” par Internet le 26 mars prochain:

Avec l‘aide des électeurs, nous voulons déterminer les résultats des élections du 26 mars prochain avant la fermeture des bureaux de vote. Les électeurs sont invités à compléter anonymement un très court sondage par circonscription sur le choix qu‘ils ont fait.

Les résultats obtenus seront combinés avec des données des élections antérieures ainsi qu‘une projection de la répartition des votes dans les 125 circonscriptions. La tendance des votes dans une circonscription permettra de déclarer un candidat élu.

Un sondage de sortie des urnes est un sondage réalisé immédiatement après que les électeurs aient quitté le bureau de vote et où, contrairement aux sondages d‘opinion où l‘on questionne les répondants sur leurs intentions de vote, on demande aux répondants l‘identité du candidat ou du parti pour lequel ils ont réellement voté. Pour de plus amples renseignements sur la méthodologie employée lors du sondage de sortie des urnes réalisé pour les principaux réseaux télé américains lors des élections de mi-mandat aux États-Unis en 2006, nous vous invitons à lire ce billet (en anglais) de Mark Blumenthal sur pollster.com.

En quoi est-ce une démarche inédite? Pourquoi n‘y a-t-il pas de sondages de sortie des urnes au Québec, par exemple par CROP ou Léger Marketing? Tout simplement en raison de la rapidité avec laquelle les résultats sont compilés. Les sondages de sortie des urnes sont généralement employés dans des pays populeux (ex: États-Unis, France) et/ou qui n‘ont pas les ressources qui permettent de communiquer rapidement les résultats du dépouillement, ce qui fait en sorte que le dépouillement des bulletins de vote peut s‘échelonner sur plusieurs jours. Une autre utilité des sondages de sortie des urnes est de contre-vérifier les résultats “officiels” d‘un scrutin dans une démocratie dite “émergente” afin d‘essayer de détecter les possibles cas de fraude électorale. Au Québec (et aussi au fédéral), le premier décompte des bulletins de vote est complété dans les heures suivant la fermeture des bureaux de scrutin et, sauf résultats extrêmement serrés ou retards dans une section de vote donnée, on peut rapidement proclamer un vainqueur.

Mais revenons au projet de sondage de sortie des urnes de Go-Québec.com. De prime abord, la méthode suggérée est, à certains égards, questionnable sur le plan méthodologique:

  • d‘abord, comme tout sondage réalisé par Internet, rien ne garantit, contrairement aux sondages de sortie des urnes réalisés “en personne” à la sortie des lieux de votation, que chaque individu ne sera sondé qu‘une seule fois.
  • Ensuite, étant donné que l‘échantillon ne sera pas sélectionné de façon aléatoire (les répondants sont ceux qui le veulent bien), rien n‘indique que l‘échantillon sera représentatif de la composition de l‘électorat québécois. De plus, après avoir répondu au sondage, nous nous sommes rendus compte qu‘aucune question n‘est posée sur les caractéristiques socio-économiques des répondants (âge, sexe, lieu de résidence, langue maternelle, scolarité, revenu, etc.), contrairement à ce qui se fait dans d‘autres pays. Rien ne permet de pondérer l‘échantillon en fonction des caractéristiques de la population, ce qui rend toute extrapolation pour le moins risquée.
  • Enfin, les sondages de sortie des urnes sont généralement employés afin de tenter de prédire les résultats d‘une élection à l‘échelle nationale (par exemple lors d‘élections présidentielles) et non pas de prédire les résultats à l‘échelle des circonscriptions. Dans un monde idéal, avec un échantillon représentatif de la population, ça prend un minimum de répondants dans chaque circonscription pour faire une projection valide. À 500 répondants par circonscription (marge d‘erreur d‘environ 5% tout de même!), ça prendrait au mimimum 62 500 répondants à l‘échelle québécoise! Même Léger Marketing ou CROP seraient incapables fournir à la tâche en quelques heures, même par Internet, même avec toutes les précautions que les firmes de sondages prennent lorsqu‘elles sondent par Internet!

Autrement dit, la démarche de Go-Québec.com s‘apparente davantage à un “straw poll“, comme on en retrouve à tous les jours sur Cyberpresse, qu‘à un sondage de sortie des urnes. Nous n‘avons rien contre les straw polls en soi, nous en avons un nous-mêmes dans la section Élection 2007 de ce site. Le problème est de croire qu‘un straw poll peut être représentatif de l‘ensemble d‘une population. Par définition, un straw poll n‘est représentatif que de l‘opinion des répondants et ne devrait avoir aucune prétention scientifique.

Cela étant, l‘exercice de Go-Québec.com, à défaut d‘être un vrai sondage scientifique, risque de mettre encore plus de piquant à la soirée électorale, comme s‘il n‘y en avait pas déjà assez comme ça!

Analyse de sondages

À lire ce matin dans La Presse: Denis Lessard présente les travaux de Mme Claire Durand, professeure au département de sociologie à l‘Université de Montréal, sur les sondages électoraux. Mme Durand a d‘ailleurs établi, sur la base des résultats de 2003 par circonscription, une liste des «victoires» attendues pour chaque parti le 26 mars prochain, liste que vous pouvez consulter sur le dépôt public de données de Mme Durand (cliquez ici).

Le mardi 20 mars 2007

ANALYSE

La sondeuse de sondages

Denis Lessard
La Presse

Tout le monde semble convaincu qu‘une faible participation aux élections du 26 mars sera nécessairement une mauvaise nouvelle pour le Parti québécois. On tient aussi pour acquis, sans nuances, le nombre des sièges obtenus en 2003.

«Ces mythes m’énervent», lance Claire Durand qui, depuis des années à l‘Université de Montréal, «sonde les sondages». De son oeil de «méthodologue», elle vérifie si les enquêtes d‘opinion dont les médias font leurs choux gras en période électorale sont faites selon les règles de l‘art.

Pour terrasser quelques impressions reçues, la chercheuse a pris le temps de refaire ces fameuses listes que les organisateurs des partis gardent précieusement dans leur poche. Ils ne montrent jamais ces palmarès des circonscriptions – elles décourageraient bien des aspirants candidats.

Les victoires, comme les défaites, sont courtes bien souvent. Cette circonscription peinte en bleu en 2003, devrait être plus foncée, et cette autre, un gain libéral, mériterait d‘être rose plutôt que rouge.

Car c‘est une chose d‘établir le pourcentage que pourrait obtenir un parti dans l‘urne le soir des élections; c‘en est une autre de prédire comment ce chiffre se distribuera dans les circonscriptions.

C‘est d‘ailleurs pourquoi les sondeurs ont toujours rappelé que le PLQ avait besoin d‘une demi-douzaine de points d‘avance, pour l‘emporter – une partie importante de ses partisans sont concentrés dans l‘ouest de Montréal.

Pour chacun des trois principaux partis, Mme Durand a établi, circonscription par circonscription, l‘ordre des «victoires» attendues le soir du 26, sur la base du vote exprimé en 2003 – la liste que les apparatchiks gardent dans leur petite poche.

Bien sûr, des courses à trois peuvent toujours brouiller les cartes. La montée de l‘ADQ dans une circonscription péquiste peut, tout à coup, ouvrir la voie à un élu libéral. C‘est ainsi que les libéraux soutiennent avoir des chances dans Nicolet ou dans Berthier. Dans Roberval ou Lévis, les libéraux ont été élus en 2003 grâce à une bonne performance de l‘ADQ.

Premier constat, les libéraux peuvent compter sur plus de 35 circonscriptions où, en 2003, ils ont gagné avec une avance d‘au moins 20 % des voix sur leur plus proche adversaire, montre le manuel Durand.

Les victoires du PQ sont moins fortes. Dans 25 des 45 circonscriptions les plus péquistes, il y a quatre ans, le gagnant avait moins de 10 % d‘avance sur son plus proche adversaire.

L‘ADQ, de son côté, est habituée aux courtes victoires, et plus encore aux défaites de justesse. En 2003, sur cinq élus, l‘ADQ a gagné par plus de 10 % des voix seulement une fois. C‘était dans Rivière-du-Loup grâce à Mario Dumont.

Comme tous les sondages montrent que l‘ADQ aura plus de voix qu‘en 2003 – elle avait alors recueilli 18 % des suffrages – la liste de Mme Durand montre très nettement là où l‘ADQ a le plus de chances. C‘était prévisible, la région de Québec s‘y retrouve au complet. Mais en descendant la liste, on retrouve aussi Mirabel, René-Lévesque, Arthabaska, Saint-Maurice, Berthier, Rouyn-Noranda, Frontenac, Maskinongé.

Petits calculs intéressants : si l‘ADQ parvient à faire élire ses candidats dans les 20 circonscriptions où elle a eu ses meilleurs scores en 2003, on risque de voir un gouvernement libéral minoritaire -12 de ces 20 circonscriptions appartiennent actuellement au PLQ, qui comptait 72 sièges lors de la dissolution de la Chambre.

Pour Claire Durand, quand on regarde qui l‘a emporté de justesse en 2003, «on a l‘impression qu‘il y a une quarantaine de circonscriptions où les libéraux n‘ont pas trop à s‘inquiéter. Sauf dans la région de Québec, rouge en 2003, où l‘on retrouve 14 des 20 «meilleurs comtés» adéquistes.

En revanche, partout ailleurs, les péquistes et les adéquistes sont, dans bien des cas, à se battre pour les mêmes sièges. «En 1973, le PQ et l‘Union nationale étaient souvent dans les mêmes circonscriptions et Bourassa était passé entre les deux», se souvient-elle.

La faiblesse du PLQ chez les francophones est certes un élément défavorable, mais en 2003, cela ne l‘a pas empêché de l‘emporter. Il faut dire que Jean Charest avait manifestement remporté le débat télévisé, ce qui est loin d‘être le cas cette année.

La théorie qui veut que plus la participation est faible plus le PQ est en difficulté, est un autre «mythe», selon la spécialiste. En apparence, cela semble pourtant évident. Les libéraux ont toujours grosso modo 1,7 million de votes dans les urnes depuis 1989. Ce score s‘est vérifié en 1989, 1994, 1998 et 2003.

C‘est le suffrage péquiste qui varie. Quand le PQ l‘emporte, c‘est qu‘il a autant ou presque autant de voix que le PLQ. Quand il perd, c‘est qu‘il lui manque entre 400 000 et 500 000 voix le soir du vote, ce qui entraîne la participation à la baisse. L‘ADQ, pour sa part, a augmenté à chaque scrutin de 200 000 voix son appui populaire.

Mais quand on scrute la participation circonscription par circonscription, on constate que c‘est là où la participation a été la plus forte que le PQ a, plus souvent qu‘à son tour, mordu la poussière.

Dans les 10 circonscriptions où on a voté le plus massivement, le PQ a perdu neuf fois. Et la tendance se confirme dans les 20 circonscriptions qui suivent au palmarès de la participation.

Inversement, dans les 30 endroits où la participation a été la plus faible, en 2003, le PQ a perdu un seul siège, passant de huit à sept.

Pour obtenir le palmarès Durand:www.webdepot.umontreal.ca/Usagers/durandc/MonDepotPublic/electionQc2007

Le Parti libéral et les «discrets»

Pierre Drouilly, professeur à l‘UQAM et spécialiste des questions de méthodologie quantitative et de sociologie politique et électorale, a écrit un texte publié ce matin dans Le Devoir dans lequel il traite d‘un sujet pointu, mais néanmoins important dans l‘analyse des sondages électoraux: la répartition des “discrets”, c‘est-à -dire ceux qui se disent indécis, “ne savent pas” ou refusent de répondre dans un sondage politique. En effet, la composition de cette partie de l‘échantillon n‘est pas la même que celle de l‘ensemble des répondants d‘un sondage. Dans le cas du Québec, les “discrets” présenteraient des caractéristiques qui les rapprocheraient du Parti libéral du Québec. Dès lors, répartir les indécis proportionnellement aux intentions de vote constituerait une erreur méthodologique qui conduirait à une sous-évaluation du vote libéral (Note: sans prendre directement en compte les caractéristiques des “discrets”, CROP répartit les indécis/discrets en fonction de la réponse sur la question de la souveraineté du Québec. Quant à Léger Marketing, il répartit les indécis en proportion des intentions de vote). Bref, selon M. Drouilly, le Parti libéral du Québec serait en meilleure posture que ce que ne l‘indiqueraient les sondages récents compte tenu de la manière dont les indécis sont répartis.

M. Drouilly fut parmi les premiers à mettre de l‘avant au Québec le concept de “l‘effet miroir”, ce phénomène en vertu duquel les variations de la courbe des intentions du vote du Parti libéral du Québec (avant répartition des indécis) varient inversément à celles des “discrets” (lorsque les intentions de vote libérales montent, les “discrets” baissent, et vice-versa).

Opinion

Sondages: le PLQ est en meilleure posture qu‘il n‘y paraît

Pierre Drouilly, Professeur, Département de sociologie, Université du Québec à Montréal
Le Devoir
Édition du mardi 06 mars 2007

Lorsqu‘on effectue un sondage, il y a toujours une proportion non négligeable de gens qui refusent de répondre à certaines questions, en particulier qui refusent de dire pour qui ils voteraient si une élection avait eu lieu le jour de l‘entrevue, soit qu‘ils se déclarent «indécis» ou qu‘ils répondent «je ne sais pas» ou encore qu‘ils refusent tout net de répondre. Nous qualifions tous ces répondants des «discrets», car souvent se déclarer «indécis» ou dire «je ne sais pas» est une façon commode, et polie, de refuser de révéler ses intentions de vote.

Ne pas tenir compte de ces répondants «discrets», qui sont rarement moins de 10 % et qui parfois représentent jusqu‘à 20 % de l‘échantillon (soit un répondant sur cinq), et ne retenir que ceux qui ont exprimé une préférence politique, c‘est répartir les répondants discrets au prorata des réponses exprimées. C‘est donc faire une hypothèse implicite, à savoir que ces répondants discrets, s‘ils avaient exprimé une opinion, l‘auraient fait dans les mêmes proportions que ceux qui ont effectivement exprimé des opinions. Or cette hypothèse est intenable.

Autre profil

L‘analyse des sondages montre, de manière récurrente, que le profil socio-démographique des répondants discrets n‘est pas le même que celui des répondants qui expriment leurs intentions de vote.

On retrouve plus de répondants discrets parmi les femmes, les personnes âgées, les personnes faiblement scolarisées, celles ayant des bas revenus, en milieu rural plus qu‘en milieu urbain, et parfois parmi les non-francophones. Or tous ces groupes ont en général tendance à appuyer plus fortement les partis politiques fédéralistes. Leur attribuer les mêmes opinions que ceux qui ont révélé les leurs est donc une erreur.

Pour prendre un exemple extrême, les non-francophones qui expriment une intention de vote ne sont que 10 % environ à déclarer qu‘ils voteraient pour le Parti québécois: peut-on dès lors penser que parmi les non-francophones «discrets», le tiers environ voteraient pour le PQ comme l‘ensemble des répondants qui ont exprimé une intention de vote claire? C‘est pourtant l‘hypothèse implicite que fait la pondération proportionnelle.

Lors du référendum de 1995, cette mésinterprétation des sondages fut flagrante: alors que de la mi-octobre jusqu‘au jour du vote, tous les sondages mettaient le OUI en avance dans les intentions de vote exprimées (donc aussi dans une répartition proportionnelle des discrets), ce fut finalement le NON qui l‘emporta.

Prime de l‘urne

C‘est le même phénomène, souvent appelé «prime de l‘urne», qui fait que, dans toutes les consultations électorales depuis 1970 sauf une, le Parti libéral obtient davantage, le jour du vote, que ce que les derniers sondages précédant le vote lui attribuent par cette méthode de répartition proportionnelle. Une répartition plus réaliste des répondants discrets (les trois quarts au NON et un quart au OUI) annonçait au contraire une victoire serrée du NON, ce qui fut le cas.

La seule exception, sur cette longue période de plus de 30 ans, fut l‘élection de 2003, alors que cette méthode de répartition proportionnelle a prévu très précisément le vote réel.

À la suite de cette élection, certains sondeurs ont rangé au placard leurs différentes méthodes de répartition des répondants discrets et sont revenus à la traditionnelle répartition au prorata. Nous estimons que cela est imprudent, car nous pensons qu‘en 2003 la bonne concordance des sondages pondérés proportionnellement avec le vote réel ne fut qu‘une coà¯ncidence qui ne se reproduira pas forcément.

Le graphique ci-joint représente l‘évolution depuis un an des intentions de vote pour le Parti libéral et l‘évolution du pourcentage de répondants discrets dans les sondages. On constate que les deux courbes évoluent de façon symétrique: quand le pourcentage de discrets augmente d‘un sondage à l‘autre, les intentions de vote pour le Parti libéral diminuent, et inversement quand le pourcentage de discrets diminue, les intentions de vote pour le Parti libéral augmentent.

On remarquera en particulier que les deux sondages qui ont eu le moins de répondants discrets (8 % dans le Léger Marketing du 5 décembre 2006 et 7 % dans celui du 24 février 2007) sont aussi ceux dans lesquels le Parti libéral obtient son meilleur score (34 % de l‘échantillon). Nous avons appelé en 1995 ce phénomène «l‘effet miroir», car les deux courbes semblent le reflet l‘une de l‘autre dans un miroir. Ce phénomène illustre bien que les répondants discrets ont plutôt un profil «libéral», et qu‘il faut donc en attribuer une plus forte proportion au Parti libéral dans la répartition des répondants discrets.

Bien entendu, cette proportion est inconnue, et ne pourra être estimée que le lendemain des élections. Mais en se basant sur l‘expérience passée et en attribuant une forte majorité des répondants discrets au Parti libéral (entre la moitié et les deux tiers), on se rend compte que celui-ci est probablement en meilleure posture dans l‘opinion publique qu‘il n‘y paraît.

Selon une estimation raisonnable, le Parti libéral se situerait pas loin de 40 % des intentions de vote (six points de moins que son vote de 2003, mais à peu de choses près le même niveau que le pourcentage de répondants qui se disent satisfaits du gouvernement libéral), le Parti québécois à environ 30 % (trois points de moins qu‘en 2003), l‘ADQ à environ 20 % (deux points de mieux qu‘en 2003), les autres partis (Parti vert, Québec solidaire, etc.) se partageant les 10 % restants.

Avec une telle distribution des opinions, la réélection du gouvernement Charest est évidemment loin d‘être exclue.

Sondage Léger: reality check

Nous vous rassurons tout de suite: cet article n’a pas pour but d’essayer de trouver des failles dans le “méga-sondage” publié hier. Alors que les commanditaires s’intéressaient surtout aux luttes serrées que laissaient entrevoir les résultats régionaux, nous allons comparer les résultats des sous-échantillons régionaux avec les résultats de la dernière élection générale. Bref, c’est le “swing vote” potentiel qui nous intéresse ici.

Nous avertissons d’entrée de jeu: avec une marge d’erreur allant de 4 à 7% selon la région, l’exercice doit être pris avec un grain de sel. De plus, le territoire des circonscriptions électorales ne coïncide pas nécessairement partout avec celui des régions administratives, ce qui vient apporter un bémol supplémentaire aux résultats qui suivent (sans compter qu’il n’existe aucun élément dans le sondage qui nous indique à quelle région est rattachée la circonscription d’Ungava; elle a donc été exclue du calcul des résultats régionaux de 2003). Bref, c’est un exercice qui peut être éclairant à certains égards, mais nous vous invitons à exercer votre jugement critique en les lisant.

Enfin, autre précision élémentaire: le sondage est une photographie de la situation telle qu’elle se présentait du 24 au 28 février derniers et non une prévision de ce qui nous attend d’ici le 26 mars prochain.

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (01-11): 8 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 39,62% 37,54% 21,59% 1,25%
Sondage Léger 40% 29% 27% 4%
n=201 marge d’erreur=7%

Appui libéral stable, mais baisse du PQ qui excède la marge d’erreur, principalement vers l’ADQ, mai aussi vers les autres partis (QS à 2%, VRT à 2%). Le territoire des 8 circonscriptions coïncide à peu près complètement avec celui des deux régions administratives.

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Côte-Nord (02-09): 8 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 35,21% 42,73% 19,79% 2,27%
Sondage Léger 38% 39% 15% 9%
n=200 marge d’erreur=7%

Baisse du PQ et de l’ADQ, hausse des libéraux et des autres partis (QS à 5%, VRT à 3%), le tout à l’intérieur de la marge d’erreur. Le territoire des 8 circonscriptions coïncide à peu près complètement avec celui des deux régions administratives.

Capitale-Nationale (03): 11 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 41,20% 28,86% 27,11% 2,83%
Sondage Léger 30% 27% 31% 12%
n=500 marge d’erreur=4%

Légère variation du PQ et de l’ADQ à l’intérieur de la marge d’erreur, forte baisse des libéraux et forte hausse des autres partis (QS à 5%, VRT à 6%). Le territoire des 11 circonscriptions coïncide à peu près complètement avec celui de la région administrative.

Mauricie/Centre-du-Québec (04-17): 8 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 38,12% 35,99% 24,31% 1,57%
Sondage Léger 36% 24% 30% 10%
n=200 marge d’erreur=7%

Appui libéral à peu près stable, renversement de position du PQ et de l’ADQ et hausse des autres partis (QS à 6%, VRT à 3%) qui excède la marge d’erreur. Le territoire des 8 circonscriptions présente des différences marquées par rapport à celui des deux régions administratives (surtout la région 17).

Estrie (05): 6 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 47,96% 33,39% 17,26% 1,39%
Sondage Léger 33% 35% 19% 12%
n=200 marge d’erreur=7%

Légère hausse PQ et de l’ADQ, baisse libérale qui excède la marge d’erreur et hausse des autres partis (QS à 9%, VRT à 3%) qui excède également la marge d’erreur. Le territoire des 6 circonscriptions présente des différences marquées par rapport à celui de la région administrative.

Montréal (06): 28 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Sondage Léger 32% (E) 61% (O) 29% (E) 17% (O) 21% (E) 10% (O) 18% (E) 12% (O)
n=200 marge d’erreur=7% (Montréal Est et Ouest)

Nous sommes confrontés à une double impossibilité ici: impossibilité d’une part de fusionner les deux échantillons de Léger (Montréal-Est et Montréal-Ouest), faute de pouvoir pondérer les résultats en fonction des caractéristiques de la population de l’île de Montréal et impossibilité d’autre part de subdiviser la région administrative de Montréal, faute de connaître les limites géographiques exactes des deux échantillons montréalais de Léger Marketing. Voici néanmoins les données brutes de Léger Marketing pour votre information.

Outaouais (07): 5 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 62,41% 22,74% 11,98% 2,86%
Sondage Léger 45% 23% 20% 15%
n=200 marge d’erreur=7%

Appui péquiste stable, baisse libérale marquée qui excède la marge d’erreur et hausse de l’ADQ et des autres partis (QS à 6%, VRT à 8%) qui excède également la marge d’erreur. Le territoire des 5 circonscriptions est identique à celui de la région administrative.

Abitibi-Témiscamingue (08): 3 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 38,65% 37,37% 22,58% 1,41%
Sondage Léger 27% 42% 20% 10%
n=200 marge d’erreur=7%

Légère hausse du PQ et légère baisse de l’ADQ, à l’intérieur de la marge d’erreur dans les deux cas, baisse libérale et hausse des autres partis (QS à 5%, VRT à 4%) qui excèdent la marge d’erreur. Le territoire 3 circonscriptions est identique à celui de la région administrative.

Chaudière-Appalaches (12): 8 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 38,12% 24,36% 36,01% 1,52%
Sondage Léger 32% 27% 37% 6%
n=200 marge d’erreur=7%

Appui adéquiste stable, baisse libérale et hausse du PQ et des autres partis (QS à 3%, VRT à 3%), le tout à l’intérieur de la marge d’erreur. Le territoire des 8 circonscriptions présente des différences marquées par rapport à celui de la région administrative (surtout à l’ouest).

Laval (13): 5 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 51,66% 32,68% 12,12% 3,54%
Sondage Léger 43% 28% 22% 6%
n=200 marge d’erreur=7%

Baisse des libéraux qui excède la marge d’erreur, baisse moyenne du PQ, mais à l’intérieur de la marge d’erreur, forte fausse de l’ADQ qui excède la marge d’erreur et hausse modeste des autres partis (QS à 1%, VRT à 5%). Le territoire des 5 circonscriptions coïncide parfaitement avec celui de la région administrative.

Lanaudière/Laurentides (14-15): 16 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 35,42% 41,65% 20,93% 2,00%
Sondage Léger 17% 39% 37% 7%
n=300 marge d’erreur=6%

Baisse légère du PQ à l’intérieur de la marge d’erreur, mais renversement de position entre les libéraux et l’ADQ et hausse des autres partis à l’intérieur de la marge d’erreur (QS à 5%, VRT à 1%). Le territoire des 14 circonscriptions coïncide parfaitement avec celui des deux régions administratives.

Montérégie (16): 21 circonscriptions

LIB PQ ADQ Aut.
Élection 2003 44,26% 37,34% 16,07% 2,33%
Sondage Léger 33% 31% 27% 10%
n=300 marge d’erreur=6%

Baisse des libéraux et du PQ qui égale ou excède la marge d’erreur, le tout au profit de l’ADQ et des autres partis (QS à 4%, VRT à 5%) dont la hausse des appuis est supérieure à la marge d’erreur. Le territoire des 21 circonscriptions présente certaines différences par rapport à celui de la région administrative.

Gouverner selon les sondages

Les réguliers de ce site l‘auront probablement deviné: nous sommes maniaques des sondages politiques (avec toute la rigueur que ce type d‘outil demande en science politique, bien entendu). Alors, quand Jean-Marie De Koninck, professeur de mathématiques à l‘Université Laval, fait la suggestion suivante, nous ne pouvons nous empêcher de songer à toutes les conséquences que cette idée utopique pourrait entraîner, à défaut d‘y croire.

Il n‘est peut-être pas loin, le jour où l‘expression “gouverner avec l‘oeil sur les sondages” aura une connotation positive plutôt que préjorative:

Le mardi 20 février 2007

VERS LE 26 MARS JOUR 1

Pourquoi pas un sondage électoral ?

Pierre Asselin
Le Soleil
Québec

La marge d‘erreur d‘une élection générale est plus grande que celle d‘un sondage, estime le mathématicien Jean-Marie De Koninck. Dans ces conditions, pourquoi ne pas laisser tomber là méthode électorale pour élire nos représentants au moyen d‘un sondage scientifique?

Un échantillon de 1067 personnes choisies statistiquement donnerait une meilleure image que le vote de 60% des 5,5 millions d‘électeurs inscrits. Pourquoi? Parce que tous les groupes ne sont pas également représentés dans une élection générale. Les démunis et les moins instruits votent moins que les autres groupes, par exemple.

« C‘est la première élection de Rush aux États-Unis, en 2000, qui m’y a fait penser. Seulement 47% des Américains admissibles étaient allés voter. Ça veut dire qu‘il n‘a été élu que par 24 % de la population Ce n‘est pas représentatif, particulièrement des Noirs et des pauvres.

On se demande, est-ce qu‘il n‘y aurait pas une façon plus efficace d‘élire nos représentants? Je pense tout de suite aux sondages Pourquoi ne pas y aller d‘une manière scientifique? On prend un échantillon de 1000 personnes avec le bon pourcentage de femmes, d‘hommes, de classes sociales, de nations autochtones, de minorités, etc.

Le prof de Laval avait développé cette thèse l‘automne dernier dans la revue Découvrir. C‘est scientifiquement démontré, explique-t-il, qu‘avec un échantillon de 1067 personnes, la marge d‘erreur n‘est que de 3 %, peu importe la taille de la population. Pour une marge d‘erreur de 2 %, il faut monter à 2 400 personnes et pour 1 % d‘erreur, il faut un échantillon de 9 600 personnes.

L‘idée du prof, c‘est de choisir un échantillon représentatif et de donner 1000 $ à chaque électeur pour l‘inciter, à aller voter. Même pour un échantillon de 9 600 personnes, ça ne ferait que 9,6 millions $, en regard des 250 millions $ que coûte une élection générale.

«Les gens vont dire que ça n‘a pas de bon sens, que ça viole le principe de démocratie. Je leur répondrais que c‘est vrai, mais le problème, c‘est qu‘ils ne vont pas voter.»

VOTE OBLIGATOIRE

En Australie, les taux de participation aux élections dépassent 90%. C‘est parce que dans ce pays comme dans une vingtaine d‘autres, le vote est obligatoire et l‘amende est de 20$ pour ceux qui s‘abstiennent de voter La marge d‘erreur est donc beaucoup moins grande.

Le Parti démocrate australien compare cette obligation à d‘autres qui sont faites aux citoyens : siéger comme juré, recevoir une éducation ou payer ses taxes. Jean-Marie De Koninck serait-il pour autant favorable à un tel système?

«Je ne serais pas d‘accord avec ça, je trouve que c‘est aller un peu loin. Je serais favorable à plus d‘information, parce que les gens ne se rendent pas compte que leur vote peut avoir un impact. »

Il préfère réfléchir à des mesures qui inciteraient le citoyen à aller voter Par exemple, améliorer l‘environnement physique des endroits où on va voter en offrant des beignes, du café, de l‘animation, etc.

«Tant qu‘à parler de probabilité, pourquoi ne pas faire tirer 10 voitures écologiques parmi tous ceux et celles qui exercent leur droit de vote? Chaque électeur aurait une chance sur 500 000 de gagner une voiture; c‘est 28 fois plus de chances que de gagner à la 6/49, où la probabilité est d‘une sur 14 millions Je parierais que le taux de participation passerait alors des 60% actuels à plus de 95%!»

Quelques nouvelles

Plusieurs nouvelles ce matin sur l‘élection générale à venir, mais voici 2 articles qui ont retenu notre attention:

Dans Le Devoir, Antoine Robitaille fait le point sur l‘état des mises en candidature au sein des principaux partis (nous ne commenterons pas la question des élections à date fixe qui est abordée dans l‘article puisque nous l‘avons déjà  fait auparavant):

  • LIB: 94 assemblées de mise en candidature ont été «faites ou appelées». Par ailleurs, à la fin de la semaine, le parti devrait avoir choisi une centaine de ses candidats (ajoutons que les statuts du Parti libéral du Québec permettent à son chef de nommer directement les candidats, sans assemblée de mise en candidature, par exemple lorsqu‘une élection générale est officiellement déclenchée);
  • PQ: 50 candidats sont choisis et, au total, 95 assemblées d‘investiture ont été «appelées ou complétées» (contrairement au Parti libéral, les statuts du Parti québécois prévoient qu‘un candidat doive obligatoirement être nommé en assemblée d‘investiture);
  • ADQ: une soixantaine de candidats seraient déjà choisis;
  • QS: 24 candidats ont été nommés; 35 assemblées d‘investiture se tiendront d‘ici 15 jours;
  • VRT: 2 candidats officiellement nommés, mais 75 % des candidats auraient déjà été «repérés».

Dans La Presse, Denis Lessard interoge plusieurs sondeurs, dont Jean-Marc Léger de Léger Marketing et Claude Gauthier de CROP, sur l‘état de l‘électorat à l‘aube d‘une possible élection à la fin mars.

Page 1 sur 212