[Google]

Catégories

Liens

Géographie: Bourassa

Géographie de Bourassa

La circonscription(1)

Aperçu historique

La circonscription électorale de Bourassa fut créée en 1966 à partie de la partie nord de la circonscription de Bourget.

De 1867 à 1912, le territoire qui constitue aujourd’hui la circonscription électorale de Bourassa était inclus dans la circonscription d’Hochelaga. Puis, de 1912 à 1960, il était inclus dans la circonscription de Laval. Par la suite, de 1960 à 1966, il était inclus dans la circonscription de Bourget.

En 2003, la circonscription électorale de Bourassa fut fusionnée à celle de Sauvé pour former la circonscription de Bourassa-Sauvé.

Origines de la désignation(2)

Ce toponyme honore la mémoire de Henri Bourassa (1868-1952), journaliste, homme politique et fondateur du journal Le Devoir en 1910.

Carte électorale de 1992

Description

En vertu de la «Liste des circonscriptions électorales avec leur nom et leur délimitation» (1992 GOQ 2, 4373), publiée dans la Gazette officielle du Québec le 12 juin 1992, la circonscription électorale de Bourassa est décrite comme suit:

«La circonscription de Bourassa comprend une partie des villes de Montréal et de Montréal-Nord, le tout délimité comme suit: la rivière des Prairies incluant les îles de la Visitation et du Cheval de Terre, le prolongement de l’avenue Pigeon, cette avenue, la limite des villes de Montréal-Nord et de Saint-Léonard, la limite des villes de Montréal-Nord et de Montréal, la voie ferrée du Canadien National, l’avenue de Lorimier, l’avenue Étienne-Brûlé et la rue du Pont.»

Bourassa

Circonscription électorale de Bourassa, carte électorale de 1992 (source: Commission de la représentation électorale)

Situation géographique

Montréal

Région administrative de Montréal, carte électorale de 1992 (source: Commission de la représentation électorale)

Carte électorale de 1988

Description

En vertu de la «Liste des circonscriptions électorales avec leur nom et leur délimitation» (1988 GOQ 2, 3055), publiée dans la Gazette officielle du Québec le 20 mai 1988, la circonscription électorale de Bourassa est décrite comme suit:

«14. BOURASSA

La circonscription électorale de Bourassa comprend le territoire délimité comme suit:

partant du point de rencontre de la ligne médiane de la rivière des Prairies et du prolongement de la ligne médiane de l’avenue Pigeon; de là, successivement, les lignes suivantes: ledit prolongement; la ligne médiane de l’avenue Pigeon ct son prolongement jusqu’à la ligne médiane de l’emprise du chemin de fer de la Compagnie des Chemins de Fer Nationaux du Canada; ladite ligne médiane jusqu’au prolongement de la ligne médiane de l’avenue de Lorimier; ledit prolongement, la ligne médiane de ladite avenue jusqu’à la ligne médiane de l’avenue Étienne-Brûlé; la ligne médiane de ladite avenue jusqu’à la ligne médiane de la rue du Pont; la ligne médiane de ladite rue jusqu’à une ligne irrégulière dans la rivière des Prairies passant à mi-distance entre l’île de la Visitation et l’île de Montréal; ladite ligne irrégulière en contournant par le sud-ouest, l’ouest et le nord-ouest l’île de la Visitation jusqu’à la ligne médiane de la rivière des Prairies; enfin, la ligne médiane de ladite rivière jusqu’au point de départ.

Cette circonscription comprend une partie des villes de Montréal et de Montréal-Nord, le tout délimité comme suit: la rivière des Prairies incluant les îles de la Visitation et du Cheval de Terre, le prolongement de l’avenue Pigeon, cette avenue, la limite des villes de Montréal-Nord et Saint-Léonard, la limite des villes de Montréal-Nord et Montréal, la voie ferrée du Canadien National, l’avenue de Lorimier, l’avenue Étienne-Brûlé et la rue du Pont.»

Notes:

  1. Pour alléger le texte, nous employons ici le terme «circonscription électorale», même s’il n’a pas toujours été employé dans la législation électorale et qu’il constitue, dans certains contextes, un anachronisme. ()
  2. Les informations contenues dans la rubrique «Origines de la désignation» proviennent de plusieurs sources dont les principales sont: les rapports de la Commission de la représentation électorale, le site Web de la Commission de toponymie, le Dictionnaire biographique du Canada en ligne ainsi que l’ouvrage «La toponymie électorale au fil de l’histoire de la carte électorale du Québec», publié par le Directeur général des élections. ()

La fonction commentaires est désactivée pour cet article.