Le Québec politique du 26 août au 1er septembre

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

  • 26 août 1837: Prorogation de la 4e session du 15e Parlement du Bas-Canada. C’est la dernière session parlementaire sous le régime de l’Acte constitutionnel.
  • 26 août 1843: Le député de Rouville, William Walker (TOR), et le député de la cité de Québec, David Burnet (ind.), démissionnent comme députés.
  • 26 août 1853: Le député de St. Hyacinthe et commissaire des Terres de la Couronne dans le ministère Hincks-Morin, Louis-Victor Sicotte (REF), démissionne comme ministre.
  • 26 août 1864: Élection partielle dans Jacques Cartier, remportée par Guillaume Gamelin Gaucher (BLE).
  • 26 août 1870: Le député de Napierville, Pierre Benoît (LIB), décède en fonction.
  • 26 août 1882: Élection partielle dans Jacques Cartier, remportée par Joseph-Alfred Mousseau (CON), premier ministre du Québec.
  • 26 août 1919: Le conseiller législatif de Lanaudière et ex-ministre, Jules Allard (LIB), démissionne comme membre du Conseil législatif.
  • 26 août 1936: À la suite de la victoire de son parti lors de l’élection générale du 17 août 1936, le député de Trois-Rivières, Maurice Duplessis (UN), est assermenté premier ministre du Québec.
  • 26 août 1977: Sanction de la «Loi régissant le financement des partis politiques et modifiant la Loi électorale» (L.Q., 1977, c. 11), dont l’objectif est de mettre fin aux caisses électorales occultes et de réduire l’influence des groupes d’intérêt sur les partis politiques. La «Charte de la langue française» (Loi 101) est adoptée le même jour par l’Assemblée nationale.
  • 27 août 1985: Le Parti Option populaire obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 27 août 1994: 8 partis politiques perdent le statut de parti politique autorisé, faute d’avoir présenté au moins 10 candidats en vue de l’élection générale du 12 septembre 1994 tel que le prévoit la «Loi électorale»: le Parti chevreuil du Québec, le Parti Crédit social uni (Québec), le Parti des régions, le Parti des travailleurs du Québec, le Parti l’étoile d’or social démocratique, le Parti populaire du Québec, le Parti réforme Québec et le parti Renaissance.
  • 28 août 1824: Retour des brefs d’élection de la 12e élection générale à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada:
    • Parti canadien et Canadiens modérés: 41 sièges;
    • Parti bureaucrate: 5 sièges;
    • Indépendants et affiliation inconnue: 4 sièges.
  • 28 août 1831: Le député de Montréal, Joseph Perrault (PAT), décède en fonction.
  • 28 août 1858: Élection partielle dans Lévis, remportée par François-Xavier Lemieux (oncle) (LIB), qui avait démissionné lors de sa nomination comme receveur général dans le ministère Brown-Dorion le 2 août 1858.
  • 28 août 1936: Alphonse Raymond (UN) est nommé conseiller législatif de Lorimier.
  • 28 août 1863: Le conseiller législatif Paul Holland Knowlton (TOR) décède en fonction.
  • 28 août 1952: Le député de Témiscouata, André Pelletier (UN), décède en fonction.
  • 28 août 1969: Le député de Louis-Hébert et chef du Parti libéral du Québec, Jean Lesage (LIB), annonce sa démission comme chef de l’Opposition, chef du Parti et député. Sa démission deviendra effective lors de l’élection d’un successeur à la tête du Parti libéral du Québec en janvier 1970.
  • 28 août 1974: Élection partielle dans Johnson, remportée par Maurice Bellemarre, chef de l’Union nationale.
  • 29 août 1911: Le député de Lévis, Jean-Cléophas Blouin (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme shérif du district de Québec.
  • 29 août 1980: Le député de Papineau, Jean Alfred (PQ), quitte le groupe parlementaire du Parti québécois pour siéger comme député indépendant. Il réintégrera le groupe parlementaire du PQ en mars 1981.
  • 29 août 1990: En protestation contre l’attitude du Gouvernement Bourassa dans la crise autochtone (crise d’Oka), le député d’Anjou, René-Serge Larouche (LIB), quitte le groupe parlementaire du Parti libéral du Québec afin de siéger comme député indépendant.
  • 30 août 1944: À la suite de la victoire de son parti lors de l’élection générale du 8 août 1944, le député de Trois-Rivières, Maurice Duplessis (UN), est assermenté premier ministre du Québec.
  • 30 août 1954: Le député de Montréal-Laurier, Paul Provençal (UN), décède en fonction.
  • 31 août 1812: Le conseiller législatif René-Amable Boucher de Boucherville (BUR) décède en fonction.
  • 31 août 1853: Le député de Bellechasse et secrétaire provincial du Canada, Augustin-Norbert Morin (REF), et le député de la cité de Québec et solliciteur général du Bas-Canada, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (REF), démissionnent de leur portefeuille ministériel pour être nommés respectivement commissaire des Terres de la Couronne et secrétaire provincial du Canada. Le même jour, Dunbar Ross (REF) est nommé solliciteur général du Bas-Canada, sans toutefois siéger au Conseil exécutif.
  • 31 août 1888: Le conseiller législatif de Mille-Isles, Charles Champagne (Deux-Montagnes) (CON), démissionne comme membre du Conseil législatif à la suite de sa nomination comme juge.
  • 31 août 1906: Le député de Brome et trésorier de la province, John Charles James Sarsfield McCorkill (LIB), démissionne comme député et ministre à la suite de sa nomination comme juge. Le député d’Argenteuil, William Alexander Weir (LIB), démissionne comme député le même jour à la suite de sa nomination comme ministre des Travaux publics et du Travail dans le gouvernement Gouin.
  • 31 août 1987: Daniel Jacoby est désigné à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec au poste de protecteur du citoyen pour un mandat de 5 ans.
  • 1er septembre 1864: Ouverture de la confèrence de Charlottetown, où des délégations du Canada, de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse acceptent le principe d’union fédérale des colonies britanniques d’Amérique du Nord.
  • Septembre 1861: Le député de Laval, Pierre Labelle (BLE), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme surintendant des Travaux publics.
  • Septembre 1830: Le conseiller législatif, conseiller exécutif et juge en chef du Bas-Canada, Jonathan Sewell (BUR), démissionne comme membre du Conseil exécutif.

La politique québécoise un 31 juillet

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

  • 31 juillet 1964: Le premier ministre du Québec et député de Québec-Ouest, Jean Lesage (LIB), annonce la nomination du député de Chambly et ministre des Affaires municipales, Pierre Laporte (LIB), à titre de «leader de la Chambre», soit le premier leader parlementaire de l’histoire de l’Assemblée législative du Québec.
  • 31 juillet 1882: À la suite de la nomination du premier ministre Joseph-Adolphe Chapleau (CON) comme ministre au gouvernement fédéral le 29 juillet, Joseph-Alfred Mousseau (CON) est assermenté premier ministre du Québec.
  • 31 juillet 1849: Le député de Chambly, Pierre Beaubien (PAT), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme médecin et chirurgien de la prison de Montréal.
  • 31 juillet 1832: Élections partielles dans Montmorency et Verchères, remportées par Elzéar Bédard (PAT) et Joseph-Toussaint Drolet (PAT).

La politique québécoise un 5 juillet

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

  • 5 juillet 2010: Élection partielle dans Vachon, remportée par Martine Ouellet (PQ).
  • 5 juillet 1993: Élection partielle dans Portneuf, remportée par Roger Bertrand (PQ).
  • 5 juillet 1978: Élection partielle dans Notre-Dame-de-Grâce, remportée par Reed Scowen (LIB).
  • 5 juillet 1964: (3 au 5 juillet) Congrès spécial de la Fédération libérale du Québec (Parti libéral du Québec). Lors de ce congrès spécial, les 1 400 délégués décident à la quasi unanimité de dissocier la Fédération libérale du Québec de la Fédération libérale du Canada, obtenant ainsi l’autonomie organisationnelle du Parti libéral du Québec par rapport au Parti libéral fédéral.
  • 5 juillet 1960: À la suite de la victoire de son parti lors de l’élection générale du 22 juin 1960, le député de Québec-Ouest, Jean Lesage (LIB) est assermenté premier ministre du Québec.
  • 5 juillet 1889: Le député de Brome, William W. Lynch (CON), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme juge.
  • 5 juillet 1827: Dissolution du 12e Parlement du Bas-Canada.
  • 5 juillet 1827: James Stuart (BUR) est nommé au Conseil exécutif du Bas-Canada.

La politique québécoise un 22 juin

  • 22 juin 2009: Élections partielles dans Marguerite-Bourgeoys et Rivière-du-Loup, remportées par Clément Gignac (LIB) et Jean D’Amour (LIB).
  • 22 juin 1994: Le parti CANADA! obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 22 juin 1993: Le Parti économique du Québec obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 22 juin 1960: 26e élection générale à l’Assemblée législative du Québec:
  • 22 juin 1944: Le député de Québec-Ouest, Charles Delagrave (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme conseiller législatif.
  • 22 juin 1921: Le député de Témiscouata, Louis-Eugène-Aduire Parrot (LIB), démissionne come député.
  • 22 juin 1917: Le député de Montcalm, Joseph-Alcide Dupuis (LIB), décède en fonction.
  • 22 juin 1854: Prorogation de la 2e session du 4e Parlement de la Province du Canada.

La politique québécoise un 5 juin

  • 5 juin 1966: 28e élection générale à l’Assemblée législative du Québec:
  • 5 juin 1936: Le député de Montmorency et premier ministre du Québec, Louis-Alexandre Taschereau (LIB), annonce sa démission comme premier ministre et chef du Parti libéral. Cette démission entrera en vigueur le 11 juin.
  • 5 juin 1901: Le député de Québec, Némèse Garneau (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme conseiller législatif.
  • 5 juin 1863: Élection législative partielle dans la division de Grandville, remportée par Luc Letellier de Saint-Just (ROU), ministre de l’Agriculture dans le gouvernement Macdonald-Dorion.
  • 5 juin 1862: Élection partielle dans Montréal Ouest, remportée par Thomas D’Arcy McGee (ROU), président du Conseil exécutif dans le gouvernement Macdonald-Sicotte.
  • 5 juin 1837: Le député de Québec (Basse-Ville), George Vanfelson (PAT), démissionne comme député.

La politique québécoise un 31 mai

  • 31 mai 1975: Le chef du Parti présidentiel, Yvon Brochu, annonce la fusion de son parti avec l’Union nationale.
  • 31 mai 1968: Le député de Notre-Dame-de-Grâce, Eric W. Kierans (LIB), démissionne comme député.
  • 31 mai 1964: Pierre Bourgault est élu président du Rassemblement pour l’indépendance nationale.
  • 31 mai 1958: À l’issue d’un Congrès à la direction, Jean Lesage est élu chef du Parti libéral.
  • 31 mai 1884: Le député de Laval, Amédée Gaboury (LIB), est reconnu coupable par la Cour supérieure de manœuvre électorale frauduleuse lors de l’élection partielle du 13 juin 1883. Son élection est annulée et le siège de Laval devient vacant.
  • 31 mai 1796: Dissolution du 1er Parlement du Bas-Canada.
  • 31 mai 1794: Prorogation de la 2e session du 1er Parlement du Bas-Canada.

La politique québécoise un 12 décembre

  • 12 décembre 2007: Le Parti conscience universelle et le Parti unitaire du Québec perdent le statut de parti politique autorisé.
  • 12 décembre 2005: Élections partielles dans Outremont et Verchères, remportées par Raymond Bachand (LIB) et Stéphane Bergeron (PQ).
  • 12 décembre 1993: Jean Allaire annonce la création d’un nouveau parti politique dont il sera le chef: le Parti Action-Québec. Ce parti politique deviendra l’Action démocratique du Québec au début de 1994.
  • 12 décembre 1985: À la suite de la victoire de son parti lors de l’élection générale du 2 décembre 1985, Robert Bourassa (LIB) est assermenté premier ministre du Québec. Le député de Saint-Laurent, Germain Leduc (LIB), démissionne comme député le même jour afin de permettre au premier ministre d’être élu à l’Assemblée nationale.
  • 12 décembre 1980: Jean Lesage (LIB), premier ministre du Québec de 1960 à 1966 et chef du Parti libéral du Québec de 1958 à 1970, décède à l’âge de 68 ans.
  • 12 décembre 1967: Le député de Robert-Baldwin, Arthur-Ewen Séguin (ind.), annonce qu’il joint le groupe parlementaire du Parti libéral du Québec.
  • 12 décembre 1927: Le député de Montréal–Sainte-Marie, Joseph Gauthier (LIB), est reconnu coupable par la Cour supérieure de manœuvre électorale frauduleuse lors de l’élection générale du 16 mai 1927. Son élection est annulée et le siège de Montréal–Sainte-Marie devient vacant.
  • 12 décembre 1848: Louis Méthot (ind.) est nommé au Conseil législatif de la Province du Canada.
  • 12 décembre 1843: Formation du gouvernement Viger-Draper dans la province du Canada.
  • 12 décembre 1835: Élection partielle dans Beauce, remportée par Joseph-André Taschereau (n.a.).
  • 12 décembre 1832: Élection partielle dans Bonaventure, remportée par John Robinson Hamilton (n.a.).
  • 12 décembre 1810: Ouverture de la 1re session du 7e Parlement du Bas-Canada.

La politique québécoise un 14 novembre

  • 14 novembre 2001: Le Parti vert du Québec obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 14 novembre 1998: 8 partis politiques perdent le statut de parti politique autorisé, faute d’avoir présenté au moins 10 candidats en vue de l’élection générale du 30 novembre 1998 tel que le prévoit la «Loi électorale»: le parti CANADA!, le Parti pour la république du Canada (Québec), le Parti vert du Québec, le Parti citron, le Parti économique du Québec, le Parti pour le respect des droits et libertés individuels du Québec, le Parti du peuple du Québec et le parti Option nationale.
  • 14 novembre 1979: Élections partielles dans Beauce-Sud, Maisonneuve et Prévost, remportées par Herman Mathieu (LIB), Georges Lalande (LIB) et Solange Chaput-Rolland (LIB).
  • 14 novembre 1962: 27e élection générale à l’Assemblée législative du Québec:
  • 14 novembre 1956: Ouverture de la 1re session du 25e Parlement du Québec.
  • 14 novembre 1933: Élection partielle dans Wolfe, remportée par Thomas-H. Lapointe (LIB).
  • 14 novembre 1922: Discours sur le budget.
  • 14 novembre 1917: Le député de Nicolet, Arthur Trahan (LIB), démissionne comme député à la suite de sa décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 14 novembre 1912: Le député de Portneuf et de St-Jean et premier ministre du Québec, Lomer Gouin (LIB), et le député de Témiscamingue et de Nicolet et ministre de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries, Charles Ramsay Devlin (LIB), démissionnent respectivement comme députés de St-Jean et de Nicolet. Tous deux avaient été élus simultanément dans 2 circonscriptions lors de l’élection générale du 15 mai 1912.
  • 14 novembre 1900: Dissolution du 9e Parlement du Québec.
  • 14 novembre 1797: Le député de Cornwallis, Paschal Sirois-Duplessis (CAN), décède en fonction.

La politique québécoise un 11 novembre

  • 11 novembre 2006: Le parti Votepop Québec perd le statut de parti politique autorisé.
  • 11 novembre 1969: Le député de Saint-Jean, Jérôme Proulx (UN), quitte le groupe parlementaire de l’Union nationale afin de siéger comme député indépendant en protestation contre la position de son parti dans le dossier de la Loi 63.
  • 11 novembre 1962: Pour la première fois de l’histoire du Québec et du Canada, un débat télévisé des chefs de parti est diffusé. Le premier ministre du Québec, Jean Lesage (LIB), affronte le chef de l’Opposition officielle, Daniel Johnson (père) (UN).
  • 11 novembre 1925: Le député de Berthier, Siméon Lafrenière (LIB), et le député de Champlain, Bruno Bordeleau (LIB), démissionne comme députés à la suite de leur nomination comme registrateurs.
  • 11 novembre 1913: Inauguration du tableau «Le débat sur les langues», œuvre de Charles Huot représentant le débat sur les langues officielles tenu à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada le 21 janvier 1793, que l’on peut toujours admirer au Salon bleu.
  • 11 novembre 1913: Ouverture de la 2e session du 13e Parlement du Québec.
  • 11 novembre 1898: Le député de Verchères, Étienne Blanchard dit Rainaud (LIB), est reconnu coupable par les tribunaux de manœuvre électorale frauduleuse lors de l’élection générale du 11 mai 1897. Son élection est annulée et le siège de Verchères devient vacant.
  • 11 novembre 1856: Élection législative dans la division des Laurentides, remportée par Marc-Pascal de Sales Laterrière (ROU).
  • 11 novembre 1839: Ouverture de la 5e session du Conseil spécial du Bas-Canada.
  • 11 novembre 1793: Ouverture de la 2e session du 1er Parlement du Bas-Canada.

Les premiers ministres dans la carte électorale

La Commission de l’Assemblée nationale siège ces jours-ci afin d’étudier le rapport préliminaire de la Commission de la représentation électorale sur la prochaine refonte de la carte électorale québécoise (pour plus de détails sur le processus de refonte, voir notre section spéciale). Tandis qu’on envisage la possibilité de baptiser une circonscription en l’honneur de Robert Bourassa (ce serait les actuelles circonscriptions de Mercier ou d’Ungava, c’est selon), nous avons un prétexte idéal pour faire un peu d’histoire politique et de faire un topo sur l’importance des anciens premiers ministres dans notre géographie électorale. En effet, sur les 29 personnes ayant occupé le poste de premier ministre du Québec depuis la Confédération, 12 ont été honorés en baptisant une des 125 circonscriptions électorales à leur nom (ça fait tout de même 10% des circonscriptions baptisées en l’honneur d’un premier ministre). En voici la liste:

  • Bertrand: Jean-Jacques Bertrand (UN), premier ministre de 1968 à 1970(1)
  • Bourassa-Sauvé: Joseph-Mignault-Paul Sauvé (UN), premier ministre de 1959 à 1960(2)
  • Chapleau: Joseph-Adolphe Chapleau (CON), premier ministre de 1879 à 1882
  • Chauveau: Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (CON), premier ministre de 1867 à 1873(3)
  • Duplessis: Maurice Le Noblet Duplessis (UN), premier ministre de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959
  • Gouin: Lomer Gouin (LIB), premier ministre de 1905 à 1920
  • Jean-Lesage: Jean Lesage (LIB), premier ministre de 1960 à 1966
  • Johnson: Daniel Johnson (père) (UN), premier ministre de 1966 à 1968(4)
  • Mercier: Honoré Mercier (père) (LIB), premier ministre de 1887 à 1891
  • René-Lévesque: René Lévesque (PQ), premier ministre de 1976 à 1985
  • Taillon: Louis-Olivier Taillon (CON), premier ministre en 1887 et de 1892 à 1896(5)
  • Taschereau: Louis-Alexandre Taschereau (LIB), premier ministre de 1920 à 1935

Quant à la circonscription de Lobtinière, elle n’a pas été rebaptisée en l’honneur de Henri-Gustave Joly de Lotbiniere (LIB), premier ministre de 1878 à 1879.Elle portait déjà ce nom lorsque M. Joly de Lotbiniere, qui était également seigneur de cette seigneurie, fut député de cette circonscription.

Notes:

  1. Fait à noter, 2 circonscriptions portèrent le nom de «Bertrand». La 1re, située en Montérégie, fut rebaptisée Marguerite-D’Youville lors de la refonte de 1992. Lors de cette même refonte, une 2e circonscription de Bertrand fut créée dans les Laurentides. ()
  2. Selon la Commission de toponymie, le «Bourassa» honoré dans le nom de cette circonscription est Henri Bourassa, politicien et journaliste de la fin du 19e et du début du 20e siècle, et non Robert Bourassa (LIB), premier ministre de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994. Merci à nos nombreux abonnés sur Twitter (@QuebecPolitique) de nous l’avoir souligné. Notons qu’avant 2001, Bourassa et Sauvé étaient 2 circonscriptions distinctes. ()
  3. M. Chauveau était député de Chauveau (qui s’appelait Québec-Comté à l’époque) durant sa carrière politique. ()
  4. M. Johnson était député de Johnson (qui s’appelait Bagot à l’époque) durant sa carrière politique. ()
  5. M. Taillon était député de Chambly durant une partie de sa carrière politique (le territoire de l’actuelle circonscription de Taillon était inclus dans Chambly à l’époque). ()

À propos des candidats indépendants

C’est un autre classique de campagne électorale sur QuébecPolitique.com: on fouille les moindre recoins du Web pour trouver des informations sur ces grands oubliés des campagnes que sont les candidats indépendants. Il y a 30 d’entre eux cette année:

  • Beauce-Nord: Benoît Roy (ind.), candidat défait (ind.) lors de l’élection générale de 2007 dans Beauce-Nord, M. Roy se présentait à l’époque sous une plate-forme électorale prônant l‘abolition du poste de député .
  • Beauce-Sud: Léo Doyon (ind.), acériculteur. Il a un site Web à l’adresse www.leodoyonbeaucesud.com.
  • Beauharnois: Christian Grenon (ind.), employé pour Diageo Canada (ex-Distilleries Schenley), une entreprise spécialisée dans le domaine de l’alcool et des spiritueux (selon Le Soleil de Valleyfield)
  • Brome-Missisquoi: Jacques-Antoine Normandin (ind.), briqueteur-maçon et ex-président de l’Association des payeurs de taxes du Québec (selon le portail Cowansville en région)
  • Champlain: Jean-Pierre Grenier (ind.), agent de sécurité et candidat défait (ADQ) lors de l’élection partielle de 2001 dans Laviolette (voir aussi L’Hebdo Mékinac des Chenaux)
  • Chapleau: Michel Soucy (ind.), ingénieur. Il a aussi un site de campagne au michelsoucy.org.
  • Jean-Lesage: José Breton (ind.), candidat défait lors des élections générales de 1985 dans Montmorency, de 1998 dans Shefford et de 2007 dans Jean-Lesage. Nous avons déjà traité de son édifiante plate-forme de campagne ici, et son site de campagne est là.
  • Joliette: Pablo Lugo-Herrera (ind.), étudiant au collégial (voir M103,5FM)
  • Kamouraska-Témiscouata: Alexie Plourde (ind.), étudiante au collegial (source: Le Placoteux)
  • La Prairie: Martin McNeil (ind.), candidat défait (ind.) lors de l’élection générale de 2007 dans La Prairie.
  • Laurier-Dorion: Michel Prairie (ind.), candidat défait lors de l’élection partielle de 1994 dans Westmount-Saint-Louis, lors de l’élection partielle de 2001 dans Mercier, lors de l’élection partielle de 1992 dans Anjou. Il est secrétaire général de la Ligue communiste (voir Bibliothèque et Archives nationales du Canada)
  • Maskinongé: Michel Thibeault (ind.), président-fondateur de la Fondation pour Hommes. Voir également son site de campagne au www.thibeault2008.com.
  • Mille-Îles: Régent Millette (ind.), candidat défait (ind.) lors de lors de l’élection partielle de 2008 dans Pointe-aux-Trembles, lors de l’élection générale de 2007 dans Mille-Îles et lors de 14 autres élections générales, partielles et fédérales depuis 1966 (et encore, nous n’incluons pas le municipal dans le décompte).
  • Notre-Dame-de-Grâce: David Sommer Rovins (ind.), candidat défait lors des élections fédérales de 1997 dans Laurentides (NDP) et de 2008 dans Westmount—Ville-Marie (ind.). Il y a également un «David Rovins» qui a été candidat défait (ind./s.d.) lors des élections générales de 1998 et de 2003 dans Bertrand.
  • Pointe-aux-Trembles: Gérald Briand (ind.), candidat défait (ind.) lors de l’élection partielle de 2008 dans Pointe-aux-Trembles. Selon des sources bien informées dans Pointe-aux-Trembles, il aurait été un membre de longue date du Parti québécois jusqu’au printemps dernier.
  • Rivière-du-Loup: Victor-Lévy Beaulieu (ind.), écrivain, il n’a plus besoin de présentation, mais vous pouvez toujours aller au www.vlbcandidat.org.
  • Saint-François: Francois Mailly (ind.), militaire à la retraite (selon Le journal de sherbrooke).
  • Saint-Jean: Guillaume Tremblay (ind.), candidat défait lors des élections générales de 1998 (PDS) dans Charlevoix, de 2003 (UFP) dans Iberville et de 2007 dans Saint-Jean (QS).
  • Saint-Maurice: Yves Demers (ind.), ex-attaché politique du depute Robert Deschamps (ADQ) (plus de détails dans Le Nouvelliste)
  • Shefford: Lucie Piédalue (ind.), infirmière clinicienne (selon le portail Granby en région).
  • Sherbrooke: Hubert Richard (ind.), candidat défait (ind.) lors de l’élection générale de 2007 dans Sherbrooke. Il fut également candidat à la mairie de la Ville de Sherbrooke en 2005.
  • Ungava: Gilbert Hamel (ind.), candidat défait (QS) lors de l’élection générale de 2007 dans Ungava.
  • Vaudreuil: Kevin Côté (ind.), qui se présente comme un «candidat indépendent pro-hockey».
  • Verdun: Sylvie R. Tremblay (ind.), candidate défaite (ADQ) lors de l’élection générale de 2007 dans Verdun, elle s’était fait connaître pour sa démission fracassante de l’exécutif national de l’ADQ au printemps dernier. Elle est également «chef» du Parti Jeanne du lys, parti politique en cours d’autorisation auprès du DGE.
  • Verdun: Robert Lindblad (ind.), candidat défait lors des élections générales de 2003 et de 2007 (ind) dans Verdun et lors de l’élection fédérale de 2000 (NPD) dans Châteauguay, il est est voyant spécialisé dans la résolution des disparitions d’enfants.

Malgré nos recherches intensives, nous n’avons pas été en mesure, jusqu’à présent, de recueillir des informations sur les candidats suivants:

  • Charlevoix: Jean-Michel Harvey (ind.)
  • Dubuc: Fernand Bouchard (ind.)
  • Jeanne-Mance–Viger: Katia Proulx (ind.)
  • Laval-des-Rapides: Jacques Frigon (ind.)
  • Mille-Îles: Isabelle Gérin-Lajoie (ind.)

Si vous avez des renseignements additionnels, nous vous invitons à nous les communiquer par courriel ou dans la section commentaires ci-dessous.

Reality check: les chefs de partis qui ne sont pas députés

Étant donné la controverse qui fait rage actuellement concernant la présence ou non d‘un candidat de l‘Action démocratique du Québec dans Charlevoix, nous avons vérifié dans nos archives le sort qui est généralement réservé aux chefs de partis qui tentent de se faire élire comme députés à l‘Assemblée nationale. Pour les besoins de la démonstration, nous nous en sommes tenus aux chefs qui correspondent aux critères suivants:

  1. Être chef d‘un parti qui est représenté à l‘Assemblée nationale (seule exception: Maurice Bellemare, dont le parti n‘avait pas de député lors de sa nomination comme chef, mais qui a tout de même réussi à faire son entrée en Chambre).
  2. Ne pas être un député au moment de devenir chef de parti (ce qui élimine à peu près tous les chefs avant 1950).
  3. Tenter de se faire élire une première fois lors d‘une élection partielle (depuis les années 30, tout chef d‘un parti représenté en Chambre affronte des adversaires des autres partis).

Partis politiques actuels

Parti libéral du Québec

  • Georges-Émile Lapalme (devenu chef en 1950): battu lors de l‘élection générale de 1952 dans Joliette, élu lors de l‘élection partielle du 9 juillet 1953 dans Outremont (3 adversaires, dont UN).
  • Claude Ryan (devenu chef en 1978): élu lors de l‘élection partielle du 30 avril 1979 dans Argenteuil (3 adversaires, dont PQ et UN).
  • Robert Bourassa (redevenu chef en 1983): élu lors de l‘élection partielle du 3 juin 1985 dans Bertrand (6 adversaires, dont PQ), battu lors de l‘élection générale de 1985, puis réélu lors de l‘élection partielle du 20 janvier 1986 dans Saint-Laurent (9 adversaires).

Action démocratique du Québec

  • Ne s‘applique pas car aucun de ses chefs n‘a tenté de faire son entrée en Chambre lors d‘une élection partielle.

Parti québécois

  • Lucien Bouchard (devenu chef en 1996): élu lors de l‘élection partielle du 19 février 1996 dans Jonquière (6 adversaires).
  • André Boisclair (devenu chef en 2005): élu lors de l‘élection partielle du 14 août 2006 dans Pointe-aux-Trembles (7 adversaires).
  • Pauline Marois (devenue chef en 2007): à venir.

Parti égalité

  • Ne s‘applique pas car aucun de ses chefs n‘a tenté de faire son entrée en Chambre lors d‘une élection partielle.

Partis politiques qui sont maintenant disparus

Union nationale

  • Maurice Bellemare (devenu chef en 1974): élu lors de l‘élection partielle du 28 août 1974 dans Johnson (3 adversaires, dont LIB et PQ). L‘Union nationale n‘avait aucun siège à l‘Assemblée nationale à ce moment-là .

Parti conservateur

  • Joseph-Alfred Mousseau (devenu chef en 1882): élu lors de l‘élection partielle du 26 août 1882 dans Jacques Cartier (1 adversaire de son propre parti!). Fait cocasse: l‘élection a été annulée par les tribunaux et il a dû se faire réélire lors d‘une autre élection partielle le 26 septembre 1883.

Action libérale nationale, Bloc populaire canadien, Ralliement créditiste

  • Ne s‘applique pas car aucun de leurs chefs n‘a tenté de faire son entrée en Chambre lors d‘une élection partielle.

Chefs qui ont tenté de faire leur entrée en Chambre lors d‘une élection générale

Nous les mentionnons ici à titre informatif.

  • Adélard Godbout (LIB): devenu chef en 1936; député sortant défait en 1936, a refait son entrée en Chambre en 1939.
  • Jean Lesage (LIB): devenu chef en 1958; élu une première fois en 1960.
  • René Lévesque (PQ): devenu chef en 1968; député sortant défait en 1970, a refait son entrée en Chambre en 1976.
  • Rodrigue Biron (UN): devenu chef en 1976; élu une première fois la même année.
  • Jacques Parizeau (PQ): devenu chef en 1988; réélu en 1989.
  • Mario Dumont (ADQ): devenu chef en 1994; élu une première fois la même année.
  • Jean Charest (LIB): devenu chef en 1998; élu une première fois la même année.

Quand journalisme et politique ne font pas bon ménage

Jean Lesage était parvenu à recruter le journaliste-vedette René Lévesque au sein de son équipe du tonnerre en 1960, mais le scénario ne semble pas devoir se répéter en vue de la prochaine élection générale.

Selon Le Soleil, le Parti québécois aurait approché deux journalistes pour qu‘ils soient candidats dans des circonscriptions de la région de Québec en 2006 2007, mais tant Gérard Deltell de Télévision Quatre-Saisons que David Lemelin de Canal Vox ont décliné l‘invitation de l‘état-major péquiste. Michel Corbeil du Soleil ajoute toutefois que le Parti libéral du Québec et l‘Action démocratique du Québec auraient également tenté d‘attirer Deltell dans leurs rangs, mais en vain.