Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Le Québec politique du 30 septembre au 6 octobre

  • 30 septembre 1839: Jean-Baptiste Taché (ind.) est nommé au Conseil spécial du Bas-Canada.
  • 30 septembre 1862: Élection législative dans la division de Shawinigan, remportée par Charles-Christophe Malhiot (ROU).
  • 30 septembre 1868: Le député de Trois-Rivières, Charles Boucher de Niverville (CON), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme shérif.
  • 30 septembre 1892: Le député de Trois-Rivières, Télesphore-Eusèbe Normand (CON), est reconnu coupable par les tribunaux de «menées corruptrices» lors de l’élection générale du 8 mars 1892. Son élection est annulée et le siège de Trois-Rivières devient vacant.
  • 30 septembre 1907: Le député de Terrebonne et ministre de la Colonisation, Jean Prévost (LIB), démissionne comme ministre.
  • 30 septembre 1929: Élection partielle dans Compton, remportée par Andrew Ross McMaster (LIB), Trésorier de la Province dans le gouvernement Taschereau.
  • 30 septembre 1959: Le conseiller législatif des Laurentides, Gérald Martineau (UN), démissionne comme membre du Conseil législatif pour cette division afin d’être nommé à nouveau conseiller législatif pour la division de Lauzon. L’ex-député Antonio Auger (UN) est nommé conseiller législatif des Laurentides le même jour.
  • 30 septembre 1961: Le lieutenant-gouverneur du Québec, Onésime Gagnon, décède en fonction.
  • 30 septembre 1981: Prorogation de la 2e session du 32e Parlement du Québec.
  • 1er octobre 1858: Élections législatives dans les divisions de La Salle et de Repentigny, remportées par Édouard-Louis-Antoine-Charles Juchereau Duchesnay (BLE) et Pierre-Urgel Archambault (ROU).
  • 1er octobre 1863: Élection partielle dans St. Hyacinthe, remportée par Rémi Raymond (BLE).
  • 1er octobre 1903: Le député de Shefford, Tancrède Boucher de Grosbois (LIB), et le député de Maskinongé, Hector Caron (LIB), démissionnent comme députés.
  • 1er octobre 1909: Le député de St. Sauveur, Charles-Eugène Côté (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme registrateur.
  • 1er octobre 1924: Le député de Témiscamingue, Télesphore Simard (LIB), décède en fonction.
  • 1er octobre 1935: Le député de Hull, Aimé Guertin (CON), et le député de Laviolette, Joseph-Alphida Crête (LIB), démissionnent comme députés à la suite de leur décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 1er octobre 1942: Le député de Bonaventure, ministre des Terres et Forêts et ministre de la Chasse et de la Pêche, Pierre-Émile Côté (LIB), démissionne comme député et ministre à la suite de sa nomination comme juge.
  • 1er octobre 2001: Élections partielles dans Blainville, Jonquière, Labelle et Laviolette, remportées respectivement par Richard Legendre (PQ), Françoise Gauthier (LIB), Sylvain Pagé (PQ) et Julie Boulet (LIB).
  • 2 octobre 1811: Le conseiller législatif Charles-Louis Tarieu de Lanaudière (BUR) décède en fonction.
  • 2 octobre 1858: Élection partielle dans Lotbinière, remportée par Lewis Thomas Drummond (ROU), qui avait démissionné lors de sa nomination comme procureur général du Bas-Canada dans le ministère Brown-Dorion le 2 août 1858.
  • 2 octobre 1862: Élection législative dans la division de Lanaudière, remportée par Alexandre Bareil dit Lajoie (n.a.).
  • 2 octobre 1910: Le conseiller législatif de Victoria, James Kewley Ward (LIB), décède en fonction.
  • 2 octobre 1915: Le député de Laprairie, Ésioff-Léon Patenaude (CON), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme membre du Conseil privé à Ottawa.
  • 2 octobre 1935: Le député de Montréal–Sainte-Anne, Joseph-Henry Dillon (LIB), démissionne comme député à la suite de sa décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 2 octobre 1968: À la suite du décès de Daniel Johnson (père) (UN) six jours plus tôt, Jean-Jacques Bertrand (UN) est nommé chef intérimaire de l’Union nationale lors d’une réunion du groupe parlementaire du parti à l’Assemblée législative. Il sera assermenté premier ministre du Québec le même jour.
  • 2 octobre 1981: Prorogation de la 2e session du 32e Parlement du Québec.
  • 2 octobre 1983: Le député de Mégantic-Compton, Fabien Bélanger (LIB), décède en fonction.
  • 2 octobre 1996: Robert Bourassa (LIB), premier ministre du Québec de 1970 à 1976 et de 1985 à 1994, décède à l’âge de 65 ans.
  • 3 octobre 1860: Le député de Vaudreuil, Robert Unwin Harwood (CON), démissionne comme député afin de présenter sa candidature comme conseiller législatif.
  • 3 octobre 1874: Élection partielle dans Trois-Rivières, remportée sans opposition par Henri-Gédéon Mailhiot (CON), commissaire des Terres de la Couronne dans le gouvernement Boucher de Boucherville.
  • 3 octobre 1881: Le député de Richelieu, Michel Mathieu (CON), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme juge.
  • 3 octobre 1900: À la suite du décès de Félix-Gabriel Marchand (LIB) 9 jours plus tôt, le député de St. Sauveur, Simon-Napoléon Parent (LIB) est assermenté premier ministre du Québec.
  • 3 octobre 1902: Élections partielles dans Soulanges et Stanstead, remportées par Arcade-Momer Bissonnette (CON) et George Henry Saint-Pierre (CON).
  • 3 octobre 1908: Hector Champagne (LIB) est nommé conseiller législatif de Mille-Isles.
  • 3 octobre 1940: Le député de Mégantic, Louis Houde (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme juge.
  • 3 octobre 1973: Le député de Saint-Sauveur, Armand Bois (ind.), réintègre le groupe parlementaire du Ralliement créditiste après avoir retiré ses déclarations de février 1973 concernant le chef Yvon Dupuis.
  • 3 octobre 1978: Première télédiffusion des débats de l’Assemblée nationale.
  • 3 octobre 1985: À la suite de sa victoire à la course à la direction du Parti québécois le 29 septembre 1985, le député d’Anjou, Pierre Marc Johnson (PQ), est assermenté premier ministre du Québec.
  • 4 octobre 1836: Prorogation de la 3e session du 15e Parlement du Bas-Canada.
  • 4 octobre 1852: Élection partielle dans Bellechasse, remportée par Jean Chabot (REF), commissaire en chef des Travaux publics dans le ministère Hincks-Morin.
  • 4 octobre 1856: Élection partielle dans Rouville, remportée par William Henry Chaffers (ROU).
  • 4 octobre 1864: Le député de Chicoutimi et Saguenay, David Edward Price (CON), démissionne comme député afin de présenter sa candidature comme conseiller législatif.
  • 4 octobre 1884: Le conseiller législatif de Lanaudière, Louis-François-Rodrigue Masson (CON), démissionne comme membre du Conseil législatif à la suite de sa nomination comme lieutenant-gouverneur du Québec.
  • 4 octobre 1917: Le député de Brome, William Frederick Vilas (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme conseiller législatif de Wellington.
  • 4 octobre 1929: Le député de Huntingdon, Andrew Philps (LIB), décède en fonction lors d’un accident d’automobile.
  • 4 octobre 1933: À l’issue d’un congrès à la direction, le député de Trois-Rivières, Maurice Duplessis (CON), est élu chef du Parti conservateur.
  • 4 octobre 1938: Le député de Montréal–Saint-Louis, Peter Bercovitch (LIB), démissionne comme député afin d’être candidat à une élection fédérale.
  • 4 octobre 1968: (4 au 6 octobre) 14e Congrès annuel de la Fédération libérale du Québec (Parti libéral du Québec) sous le thème «Le défi québécois».
  • 4 octobre 1976: Le député de L’Acadie et ministre des Affaires intergouvernementales, François Cloutier (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme délégué général du Québec en France. Il démissionnera comme ministre le 12 octobre 1976.
  • 4 octobre 2005: Le Parti unitaire du Québec obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 5 octobre 1805: Le député de Québec (Haute-Ville), William Grant (BUR), décède en fonction.
  • 5 octobre 1809: Émission des brefs de la 6e élection générale à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada, dissoute une année seulement après l’élection générale précédente.
  • 5 octobre 1840: Pierre de Rastel de Rocheblave (ind.), membre du Conseil spécial du Bas-Canada et du Conseil exécutif du Bas-Canada, décède en fonction.
  • 5 octobre 1864: Élection législative dans la division de Lauzon, remportée par Elzéar-Henri Juchereau Duchesnay (CON).
  • 5 octobre 1869: Le député de Richelieu, Joseph Beaudreau (CON), décède en fonction.
  • 5 octobre 1874: Élections partielles dans Montmorency et Québec, remportées sans opposition par Auguste-Réal Angers (CON), solliciteur général dans le gouvernement Boucher de Boucherville (CON), et Pierre Garneau (CON), commissaire de l’Agriculture et des Travaux publics.
  • 5 octobre 1908: Le député de Rouville, Alfred Girard (LIB), et le député de Montréal division No. 1, Georges-Albini Lacombe (LIB), démissionnent comme députés à la suite de leur nomination respectivement comme protonotaire et registrateur.
  • 5 octobre 1923: Le député du comté de Québec, Aurèle Leclerc (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme registrateur conjoint de la division de Québec.
  • 5 octobre 1964: Élections partielles dans Dorchester, Matane, Montréal-Verdun et Saguenay, remportées par Francis O’Farrell (LIB), Jacques Bernier (LIB), Claude Wagner (LIB) et Pierre-Willie Maltais (LIB).
  • 5 octobre 1990: Remaniement ministériel au sein du gouvernement Bourassa (LIB).
  • 5 octobre 2002: (5 et 6 octobre) 4e Congrès des membres de l’Action démocratique du Québec / Équipe Mario Dumont sous le thème «En santé… autrement».
  • 6 octobre 1820: Le conseiller législatif et conseiller exécutif François Baby (BUR) décède en fonction.
  • 6 octobre 1869: Le député de Huntingdon, Julius Scriver (CON), démissionne comme député en raison de sa décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 6 octobre 1894: Le député de Montréal division No. 5 et trésorier provincial, John Smythe Hall (CON), démissionne comme ministre en raison d’une divergence de vues avec le premier ministre Taillon.
  • 6 octobre 1903: Le conseiller législatif de Bedford, John Charles James Sarsfield McCorkill (LIB), démissionne comme membre du Conseil législatif à la suite de sa nomination comme trésorier provincial dans le gouvernement Parent. Le député d’Argenteuil, William Alexander Weir (LIB), sera assermenté ministre sans portefeuille le même jour.
  • 6 octobre 1941: Élections partielles dans Huntingdon et Saint-Jean–Napierville, remportées par Dennis James O’Connor (LIB) et Jean-Paul Beaulieu (UN).
  • 6 octobre 1955: Le conseiller législatif de Sorel, Pamphile-Réal du Tremblay (LIB), décède en fonction.
  • 6 octobre 1997: Élections partielles dans Bertrand, Bourassa, Duplessis et Kamouraska-Témiscouata, remportées par Denis Chalifour (LIB), Michèle Lamquin-Éthier (LIB), Normand Duguay (PQ) et Claude Béchard (LIB).
  • 6 octobre 2000: Le député de Mercier et ministre des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, Robert Perreault (PQ), démissionne officiellement comme député.

Le Québec politique un 8 mars

  • 8 mars 2001: À la suite du retrait de la démission du premier ministre du Québec, ex-chef du Parti québécois et député de Jonquière, Lucien Bouchard (PQ), en tant que chef du gouvernement, le député de Verchères, Bernard Landry (PQ) est assermenté premier ministre du Québec. Bouchard ainsi que les ministres Jean-Pierre Jolivet (PQ), député de Laviolette, et Jacques Léonard (PQ), député de Labelle, démissionnent officiellement comme députés le même jour.
  • 8 mars 2001: Le député de Jonquière, premier ministre du Québec et ex-chef du Parti québécois, Lucien Bouchard (PQ), le député de Laviolette et ex-ministre, Jean-Pierre Jolivet (PQ), et le député de Labelle et ex-ministre, Jacques Léonard (PQ), démissionnent officiellement comme députés.
  • 8 mars 1991: (8 au 10 mars) 25e Congrès des membres du Parti libéral du Québec sous le thème «Un Québec libre de ses choix». Le Parti adopte le Rapport Allaire, plate-forme constitutionnelle proposant une décentralisation importante de responsabilités et de pouvoirs d’Ottawa vers Québec, à défaut de quoi est proposé un référendum sur la souveraineté du Québec assortie d’une union confédérale (un nouveau partenariat) avec le reste du Canada.
  • 8 mars 1988: Ouverture de la 2e session du 33e Parlement du Québec.
  • 8 mars 1988: Prorogation de la 1re session du 33e Parlement du Québec.
  • 8 mars 1977: Ouverture de la 2e session du 31e Parlement du Québec.
  • 8 mars 1892: 8e élection générale à l’Assemblée législative du Québec:
  • 8 mars 1882: Ouverture de la 1re session du 5e Parlement du Québec.
  • 8 mars 1878: Le député de Lotbinière, Henri-Gustave Joly de Lotbinière (LIB) est assermenté premier ministre du Québec à la suite de la destitution du conseiller législatif de la division de Montarville, Charles-Eugène Boucher de Boucherville (CON), du poste de premier ministre le 2 mars précédent.
  • 8 mars 1878: Le conseiller législatif de Salaberry, Henry Starnes (CON), joint le Parti libéral à la suite de sa nomination comme ministre dans le gouvernement Joly de Lotbinière.
  • 8 mars 1878: Le député de Rimouski, Georges-Honoré Deschênes (CON-I), joint le Parti libéral.
  • 8 mars 1869: Discours sur le budget.
  • 8 mars 1853: Élection partielle dans la ville de Sherbrooke, remportée par Alexander Tilloch Galt (ind.).
  • 8 mars 1824: Prorogation de la 4e session du 11e Parlement du Bas-Canada.
  • 8 mars 1816: Émission des brefs d’élection de la 9e élection générale à La Chambre d’assemblée du Bas-Canada, deux ans seulement après l’élection générale précédente.
  • 8 mars 1815: Élections partielles dans Richelieu, remportées par Séraphin Cherrier (CAN) et François-Xavier Malhiot (CAN).

Le Québec politique un 19 février

  • 19 février 2001: Le Rassemblement pour l’alternative progressiste obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 19 février 1996: Élections partielles dans Jonquière et La Prairie, remportées par Lucien Bouchard (PQ), premier ministre du Québec, et Monique Simard (PQ).
  • 19 février 1932: Prorogation de la 1re session du 18e Parlement du Québec.
  • 19 février 1914: Prorogation de la 2e session du 13e Parlement du Québec.
  • 19 février 1892: Le conseiller législatif de Stadacona, John Hearn (CON), démissionne comme membre du Conseil législatif en raison de sa décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 19 février 1864: Ouverture de la 2e session du 8e Parlement de la Province du Canada.
  • 19 février 1841: Émission des brefs d’élection de la 1re élection générale à l’Assemblée législative de la Province du Canada.

Le Québec politique un 16 janvier

  • 16 janvier 1996: Lucien Bouchard annonce qu’il sera candidat du Parti québécois lors de l’élection partielle qui sera tenue dans Jonquière le 19 février 1996.
  • 16 janvier 1985: Francine Lalonde (PQ) est nommée ministre déléguée à la Condition féminine alors qu’elle n’est pas députée. Elle démissionnera comme ministre à la suite d’une défaite lors d’une élection partielle tenue dans Bertrand le 3 juin 1985.
  • 16 janvier 1953: Sanction d’une loi adoptée par les deux chambres du Parlement du Québec et interdisant le cumul des fonctions de sénateur fédéral et de conseiller législatif.
  • 16 janvier 1941: Le député de Huntingdon, James Walker Ross (LIB), décède en fonction.
  • 16 janvier 1925: Le député d’Argenteuil, John Hay (LIB), décède en fonction.
  • 16 janvier 1913: Élections partielles dans Bagot et Stanstead, remportées sans opposition par Joseph-Emery Phaneuf (LIB) et Alfred-Joseph Bissonnet (LIB).
  • 16 janvier 1880: Le député de Rimouski, Alexandre Chauveau (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme juge.
  • 16 janvier 1874: Le député de Montréal Centre, Luther Hamilton Holton (LIB), démissionne comme député à la suite de l’abolition du double mandat.
  • 16 janvier 1865: Élection partielle dans Trois-Rivières, remportée par Louis-Charles Boucher de Niverville (BLE).
  • 16 janvier 1849: L’ex-député Robert Jones (Missisquoi) (TOR) est nommé au Conseil législatif de la Province du Canada.
  • 16 janvier 1811: Élection partielle dans Northumberland, remportée par Augustin Caron (CAN).

Le Québec politique un 15 janvier

  • 15 janvier 2008: Le parti Affiliation Québec obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 15 janvier 1996: Lucien Bouchard démissionne comme chef de l’Opposition officielle à la Chambre des communes, député de Lac-Saint-Jean et chef du Bloc québécois.
  • 15 janvier 1996: Le député de Jonquière, Francis Dufour (PQ), démissionne comme député.
  • 15 janvier 1993: Le chef du Parti égalité et député de D’Arcy-McGee, Robert Libman (EP), démissionne comme chef du Parti.
  • 15 janvier 1963: Ouverture de la 1re session du 27e Parlement du Québec.
  • 15 janvier 1910: Le député de Gaspé, Louis-Joseph Lemieux (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme shérif.
  • 15 janvier 1907: Ouverture de la 3e session du 11e Parlement du Québec.
  • 15 janvier 1898: Prorogation de la 1re session du 9e Parlement du Québec.
  • 15 janvier 1890: Élection partielle dans Berthier, remportée par Omer Dostaler (LIB).

Le Québec politique un 11, 12 et 13 janvier

  • 13 janvier 1874: Discours sur le budget.
  • 13 janvier 1858: Retour des brefs d’élection de la 6e élection générale à l’Assemblée législative de la Province du Canada. Les Conservateurs sont majoritaires au Bas-Canada, mais minoritaires au Haut-Canada.
  • 13 janvier 1837: Élection partielle dans Stanstead, remportée par Moses French Colby (BUR).
  • 13 janvier 1814: Ouverture de la 5e session du 7e Parlement du Bas-Canada.
  • 13 janvier 1812: William Bacheler Coltman (BUR) est nommé au Conseil exécutif du Bas-Canada.
  • 12 janvier 1899: Ouverture de la 2e session du 9e Parlement du Québec.
  • 12 janvier 1897: Remaniement ministériel au sein du gouvernement Flynn (CON).
  • 12 janvier 1897: Le député de Beauce, Joseph Poirier (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme shérif.
  • 12 janvier 1895: Prorogation de la 4e session du 8e Parlement du Québec.
  • 12 janvier 1893: Ouverture de la 2e session du 8e Parlement du Québec.
  • 12 janvier 1833: Le conseiller législatif Jean-Baptiste Juchereau Duchesnay (n.a.) décède en fonction.
  • 12 janvier 1833: Louis Guy (n.a.), nommé au Conseil législatif du Bas-Canada en décembre 1830, prend son siège en cette chambre.
  • 12 janvier 1819: Ouverture de la 3e session du 9e Parlement du Bas-Canada.
  • 12 janvier 1812: Olivier Perrault (BUR) est nommé comme membre honoraire du Conseil exécutif du Bas-Canada.
  • 11 janvier 2001: Le député de Jonquière, premier ministre du Québec et chef du Parti québécois, Lucien Bouchard (PQ) annonce son retrait de la vie politique, lequel deviendra effectif lors de la nomination d’un nouveau chef au Parti québécois.
  • 11 janvier 1994: À la suite de la démission du député de Saint-Laurent, Robert Bourassa (LIB), comme premier ministre du Québec, et après avoir remporté sans opposition la course à la direction du Parti libéral du Québec, le député de Vaudreuil, Daniel Johnson (fils) (LIB), est assermenté premier ministre du Québec.
  • 11 janvier 1994: Le député de Charlesbourg et ministre de la Santé et des Services sociaux, Marc-Yvan Côté (LIB), et la députée de Chomedey et ministre de l’Énergie et des Ressources, Lise Bacon (LIB), démissionnent comme députés et ministres.
  • 11 janvier 1980: Le député de Brome-Missisquoi, Armand Russell (UN), démissionne comme député en raison de sa décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 11 janvier 1961: Le député de Montmorency, Yves Prévost (UN), démissionne comme chef de l’Union nationale pour des raisons de santé. Le député de Chicoutimi, Antonio Talbot (UN), lui succède le même jour.
  • 11 janvier 1927: Le député de Montréal-Dorion, Ernest Tétreau (LIB-I), élu comme député libéral indépendant lors de l’élection générale de 1923, mais se qualifiant depuis de «conservateur à Québec et libéral à Ottawa», annonce qu’il appuiera le Parti libéral tout en siégeant comme député libéral indépendant.
  • 11 janvier 1927: Ouverture de la 4e session du 16e Parlement du Québec.
  • 11 janvier 1923: Émission des brefs d’élection de la 16e élection générale à l’Assemblée législative du Québec.
  • 11 janvier 1921: Ouverture de la 2e session du 15e Parlement du Québec.
  • 11 janvier 1916: Ouverture de la 4e session du 13e Parlement du Québec.
  • 11 janvier 1910: Le député d’Argenteuil et trésorier, William Alexander Weir (LIB), démissionne comme député et ministre à la suite de sa nomination comme juge.
  • 11 janvier 1899: Élection partielle dans Matane, remportée par Donat Caron (LIB).
  • 11 janvier 1907: Charles-Eugène Dubord (LIB) est nommé conseiller législatif de La Salle.
  • 11 janvier 1836: Le conseiller législatif John Molson (père) (BUR) décède en fonction.
  • 11 janvier 1833: Le député de Trois-Rivières, Charles Richard Ogden (BUR), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme procureur général du Bas-Canada.
  • 11 janvier 1832: Antoine-Gaspard Couillard (n.a.) est nommé au Conseil législatif du Bas-Canada. Il ne prendra toutefois son siège qu’en novembre 1832.
  • 11 janvier 1820: Le conseiller législatif William Scott (BUR) décède en fonction.
  • 11 janvier 1802: Ouverture de la 2e session du 3e Parlement du Bas-Canada.

La politique québécoise un 29 juin

  • 29 juin 1983: Le député de Jonquière et ex-président de l’Assemblée nationale, Claude Vaillancourt (PQ), démissionne comme député.
  • 29 juin 1976: Luce Patenaude est désignée à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec au poste de protectrice du citoyen pour un mandat de 5 ans.
  • 29 juin 1836: Le député de Saint Maurice, Valère Guillet (PAT), démissionne comme député.

La politique québécoise un 6 décembre

  • 6 décembre 2002: Le Bloc équité sociale perd le statut de parti politique autorisé.
  • 6 décembre 1994: Dépôt à l’Assemblée nationale de l’avant-projet de Loi sur la souveraineté du Québec par le député de L’Assomption et premier ministre, Jacques Parizeau (PQ).
  • 6 décembre 1983: Élections partielles dans Jonquière et Mégantic-Compton, remportées par Aline Saint-Amand (LIB) et Madeleine Bélanger (LIB).
  • 6 décembre 1909: Élection partielle dans Kamouraska, remportée sans opposition par Louis-Auguste Dupuis (LIB).
  • 6 décembre 1879: Élection partielle dans Gaspé, remportée par Edmund J. Flynn (CON), commissaire des Terres de la Couronne dans le gouvernement Chapleau.
  • 6 décembre 1875: Discours sur le budget.
  • 6 décembre 1847: Dissolution du 2e Parlement de la Province du Canada et émission des brefs de la 3e élection générale à l’Assemblée législative de la Province du Canada.
  • 6 décembre 1793: Le conseiller législatif, président du Conseil législatif du Bas-Canada et juge en chef, William Smith (BUR), décède en fonction.

Sondages Segma Recherche dans 6 comtés

La firme Segma Recherche a déalisé ces derniers jours une série de sondages dans les circonscriptions. Ce matin, on pouvait prendre connaissance des résultats dans 3 quotidiens de la chaîne Gesca, soit La Voix de l’Est, Le Nouvelliste et Le Quotidien (avec un wrap-up dans La Presse). Après répartition proportionnelle des indécis, les intentions de vote sont:

Dubuc (500 répondants)

  • André Michaud (PQ): 45%
  • Serge Simard (LIB): 39%
  • Robert Émond (ADQ): N.D.
  • Marie Francine Bienvenue (QS): N.D.
  • Fernand Bouchard (ind.): N.D.

Jonquière (500 répondants)

  • Sylvain Gaudreault (PQ): 47%
  • Martine Girard (LIB): 37%
  • Marc Jomphe (ADQ): N.D.
  • Gabrielle Desbiens (QS): N.D.

Roberval (500 répondants)

  • Denis Trottier (PQ): 55%
  • Georges Simard (LIB): 36%
  • Jacques L. Cadieux (ADQ): N.D.
  • Nicole Schmitt (QS): N.D.
  • Sébastien Girard (DUR): N.D.

Saint-Maurice (500 répondants)

  • Claude Pinard (PQ): 45%
  • Céline Trépanier (LIB): 32%
  • Robert Deschamps (ADQ): 13%
  • Allison Molesworth (QS): 4%
  • Stéphane Normandin (VRT): 4%
  • Yves Demers (ind.): 2%

Shefford (500 répondants)

  • François Bonnardel (ADQ): 36%
  • Jean-Claude Tremblay (LIB): 27%
  • Jean-François Arsenault (PQ): 27%
  • Ginette Moreau (QS): 5%
  • Martin Giard (VRT): 4%
  • Lucie Piédalue (ind.): 2%

Trois-Rivières (500 répondants)

  • Yves St-Pierre (PQ): 38%
  • Danièle St-Amand (LIB): 36%
  • Sébastien Proulx (ADQ): 18%
  • Alex Noël (QS): 5%
  • Louis Lacroix (VRT): 3%

Plus de détails si le rapport d’analyse est mis en ligne par Segma Recherche.

Les sondages téléphoniques ont été réalisés du 28 novembre au 3 décembre auprès de 500 répondants par circonscription. La marge d’erreur est de 4,4%, 19 fois sur 20.

De notre correspondant

Dans la lignée d‘hier, voici d‘autres infos provenant d‘Alexis St-Gelais, que nous remercions au passage, sur les candidatures libérales au Saguenay–Lac-Saint-Jean en vue de la prochaine élection générale. Vous aurez remarqué que son résumé prend des allures de rassemblement de l‘Association des Simard d‘Amérique 🙂 :

Les rumeurs se poursuivent dans les médias au Saguenay-Lac-St-Jean, parfois fondées, d‘autres fois non.

Dans Jonquière, deux personnes avaient été pressenties par «Le Quotidien»: Raoul Simard, échevin à Ville Saguenay, et Daniel Giguère, qui a par le passé été candidat libéral fédéral en 2004, conservateur en 1997 et impliqué au niveau de la CRÉ. Pour bien connaître Raoul, je savais que celui-ci ne désirait pas devenir candidat, et ce n‘est pas une surprise qu‘il ait démenti les rumeurs. Plus surprenant, Daniel Giguère a lui aussi dit qu‘il ne pensait pas tenter sa chance cette fois-ci, alors qu‘en coulisses j‘avais entendu plusieurs rumeurs à l‘effet qu‘il se lancerait! Enfin, la radio CKRS avançait le nom de Martine Girard, présidente de la Commission Scolaire de la Jonquière et militante libérale de longue date, comme candidate potentielle. Encore à suivre (j‘en sais un peu plus mais je vous garde des surprise 😉 ). Bien qu‘aucune date n‘ait été donnée, je sais de source sûre qu‘une investiture s‘en vient à Jonquière, et que celle dans Dubuc approche également à grand pas (début novembre).

Pour Chicoutimi, les rumeurs glanées par “Le Quotidien” parlaient de la présidente de l‘association libérale, l‘avocate Isabelle Simard, mais encore une fois je doute pour lui en avoir déjà parlé qu‘elle se lance. À la radio de CKRS, on parlait même d‘un retour d‘André Harvey. Impossible pour moi de connaître le fin mot de l‘histoire, je suis peu en contact avec les gens de Chicoutimi à ce sujet.

Dans Lac-St-Jean, la même radio parlait d‘un syndicaliste en vue, Pierre Simard. Enfin, à Roberval, le nom de Georges Simard, maire de Dolbeau-Mistassini et président de la CRÉ régionale, circule. Celui-ci hésite toutefois devant les médias.

Je vous tiendrai au courant des développements!

Et effectivement, il y a des développements sur son blogue.

Investitures: fonds de tiroirs

Pour diverses raisons (l‘une d‘entre elles étant notre couverture des dernières élections partielles), nous avons pris du retard ces dernières semaines dans notre couverture des nominations de candidats de la 39e élection générale. C‘est aujourd‘hui qu‘on efface l‘ardoise:

  • Abitibi-Est (PQ): le député d‘Abitibi-Est, Alexis Wawanoloath (PQ), a été à nouveau désigné candidat en assemblée d‘investiture le 13 avril dernier (source: PQ);
  • Arthabaska (PQ): aux dernières nouvelles, Catherine Coutel, aspirante-candidate à l‘investiture du PQ dans Arthabaska pour l‘élection générale de 2007, serait la seule candidate à l‘investiture du Parti québécois dans Arthabaska, laquelle aura lieu le 7 juin prochain. La période de mise en candidature prendra fin vendredi (source: La Nouvelle);
  • Bertrand (PQ): le député de Bertrand, Claude Cousineau (PQ), a été élu sans opposition le 6 avril dernier (source: L‘information du nord Sainte-Agathe);
  • Gouin (QS): si nous mentionnons que Françoise David a été désignée candidate dans Gouin le 6 avril dernier, c‘est juste pour pouvoir dire qu‘on en a parlé dans ce blogue (source: Presse canadienne);
  • Jean-Lesage (PQ): Hélène Guillemette, agente de développement de l‘organisme À coeur d‘homme, a été nommée candidate du PQ dans Jean-Lesage le 9 avril dernier. Ancienne attachée politique du député d‘Abitibi-Ouest, François Gendron (PQ), Mme Guillemette fut aspirante-candidate à l‘investiture du PQ dans Jean-Lesage qui a précédé l‘élection générale de 2007 (source: L‘écho abitibien);
  • Jean-Lesage et Montmorency (QS): Québec solidaire a tenu une assemblée d‘investiture conjointe dans Jean-Lesage et montmorency le 20 avril dernier. Jean-Yves Desgagnés, ex-coordonnateur du Front commun des personnes assistées sociales du Québec et candidat défait lors de 3 élections générales: 1989 dans Rosemont (MS), 2003 dans Jean-Lesage (ind. (UFP)) et 2007 (QS) dans Jean-Lesage, a été désigné candidat dans Jean-Lesage. Lucie Charbonneau, candidate défaite (QS) lors de l‘élection générale de 2007 dans Charlevoix, sera candidate dans Montmorency (sources: Québec solidaire et Presse-toi à gauche!);
  • Jonquière (PQ): le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault (PQ), a été à nouveau désigné candidat en assemblée d‘investiture le 10 avril dernier (source: PQ);
  • Laporte (PQ): Robert Pellan, gestionnaire au Centre jeunesse de la Montérégie et candidat défait (PQ) lors de l‘élection générale de 2007 dans Laporte, a été réélu candidat du PQ dans Laporte le 6 avril dernier. Il était le seul candidat en lice (source: Le Magazine);
  • Nicolet-Yamaska (PQ): Donald Martel, président du PQ-Nicolet-Yamaska et candidat défait (PQ) dans la même circonscription en 2007, a annoncé récemment qu‘il renonçait à briguer l‘investiture dans Nicolet-Yamaska en vue de la prochaine élection générale. Pour expliquer cette décision, il a invoqué la difficulté de concilier ses fonctions de directeur général de la MRC de Nicolet-Yamaska avec le fait d‘être candidat officiel d‘un parti (source: Le Nouvelliste);
  • Rivière-du-Loup (PI): la nouvelle a fait suffisamment de vagues sans qu‘on ait besoin d‘en ajouter: Victor-Lévy Beaulieu sera candidat dans Rivière-du-Loup lors de la prochaine élection générale (source: La Presse);
  • Terrebonne (PQ): il semblerait que l‘assemblée d‘investiture du PQ dans Terrebonne, qui opposera Nino Colavecchio et Mathieu Traversy, pourrait être convoquée l‘automne prochain (source: Le Trait d‘Union);
  • Verdun (ADQ): à la suite de la démission remarquée de Mme Sylvie Tremblay, candidate défaite (ADQ) lors de l‘élection générale de 2007 dans Verdun, on aura compris que cette dernière n‘est plus candidate à l‘investiture adéquiste dans Verdun (source: Le messager Verdun).

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

PQ: 6 nominations en mars et avril

La décision du PQ de convoquer ces 6 nouvelles assemblées d‘investiture a probablement été prise cette semaine:

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

Jonquière: pas de match revanche pour Françoise Gauthier

Lors d‘une entrevue accordée la semaine dernière au journal Le Réveil, l‘ex-députée de Jonquière (2001-2007) et ex-ministre, Françoise Gauthier (LIB), a fermé la porte à un retour en politique active à la suite de sa défaite le 26 mars dernier:

«Dans ma tête et dans mon coeur, c‘est NON. Je ne peux pas offrir plus que ce que j’ai fait comme députée et ministre de la circonscription de Jonquière.»

Comme on peut le constater, ces propos sont assez catégoriques.

En plus d‘avoir siégé à l‘Assemblée nationale pendant six ans, Mme Gauthier fut mairesse de Laterrière de 1994 à 1998 et fut candidate défaite (NPD) lors de l‘élection fédérale de 1988.

L‘article ne précise pas l‘identité d‘éventuels aspirants-candidats à l‘investiture du Parti libéral du Québec dans Jonquière en vue de la prochaine élection générale.

QuébecPolitique.com: 39e élection générale

Reality check: les élections partielles où on “laisse passer le chef”

Alors que le résultat de la prochaine élection partielle dans Charlevoix et que tous s‘interrogent sur le comportement électoral des électeurs libéraux en l‘absence d‘un candidat du Parti libéral du Québec, nous tenterons ici de vérifier quels phénomènes peuvent être observés lors d‘une élection partielle où un des principaux partis décide volontairement de ne pas présenter de candidat.

I. Méthodologie

  • Pour les besoins de ce texte, nous n‘avons retenu que les trois élections partielles où, à notre connaissance, un parti politique s‘est volontairement abstenu de présenter un candidat afin de permettre au chef d‘une formation politique adverse de faire son entrée à l‘Assemblée nationale: Saint-Laurent en 1986, Jonquière en 1996 et Pointe-aux-Trembles en 2006 (pour plus de détails sur les chefs de partis qui font leur entrée en Chambre lors d‘une élection partielle, allez voir ici).
  • Nous avons comparé les résultats obtenus lors de ces trois élections partielles avec ceux de l‘élection générale précédente (1985, 1994 et 2003) et ceux de la suivante (1989, 1998 et 2007).
  • Pour mieux prendre en compte le phénomène d‘abstention électorale, nous afficherons ici le pourcentage d‘électeurs inscrits (% EI) obtenu par les principaux partis. Généralement au Québec, le résultat affiché est le pourcentage des bulletins valides (%BV).
  • Le pourcentage de “non votants” ou “taux d‘abstention” est le contraire du “taux de participation”. Autrement dit, on l‘obtient en faisant la soustraction suivante: 100% – taux de participation.
  • Par commodité, nous n‘avons pas inscrit le pourcentage de bulletins rejetés, mais nous en avons tenu compte dans nos calculs (c‘est pourquoi la somme de tous les pourcentages lors d‘une même élection ne donne pas 100%).
  • Et avant qu‘un petit comique nous remette ceci sous le nez, voici une petite précision: ceci n‘est pas de l‘inférence écologique, en ce sens que nous ne tentons pas ici de présumer de comportements individuels en nous basant sur des données collectives (par exemple, si le parti X, qui avait 25% lors de la dernière élection générale, décide de passer son tour lors de l‘élection partielle suivante et que le taux de participation baisse de 25%, les 25% d‘électeurs additionnels qui s‘abstiennent de voter ne sont pas nécessairement tous des partisans du parti; certains partisans du parti X peuvent voter pour le parti Y, et d‘autres partisans du parti Y peuvent décider de ne pas voter, phénomène qui ne peut être observé avec des données macro). Comme nous l‘avons déjà expliqué, on peut observer une variation du taux de participation lors de l‘absence d‘un parti X, mais ça ne veut pas nécessairement dire que le taux de participation varie parce qu‘il y a absence d‘un parti X. Pour plus de détails sur la différence entre un lien de corrélation et un lien de causalité, allez lire ceci.

II. Saint-Laurent: élection partielle du 20 janvier 1986

Contexte: élection tenue afin de permettre au premier ministre Robert Bourassa (LIB), défait dans sa circonscription lors de l‘élection générale du 2 décembre 1985, de faire son entrée à l‘Assemblée nationale. Le Parti québécois ne lui oppose pas de candidat.

Résultats électoraux

Saint-Laurent (1985-1989)
LIB ADQ PQ Aut. N.V.
Élection générale 1985 53,0% s.o. 14,4% 4,0% 27,6%
Élection partielle 1986 37,7% s.o. 0,0% 7,9% 53,8%
Élection générale 1989 38,0% s.o. 13,6% 21,3% 25,9%
Variation (1985-1986) -15,3% s.o. -14,4% 3,9% 26,2%

Saint-Laurent (1985-1989)

III. Jonquière: élection partielle du 19 février 1996

Contexte: élection tenue afin de permettre au premier ministre Lucien Bouchard (PQ), assermenté premier ministre trois semaines plus tôt, de faire son entrée à l‘Assemblée nationale. Le Parti libéral du Québec et l‘Action démocratique du Québec ne lui opposent pas de candidat.

Résultats électoraux

Jonquière (1994-1998)
LIB ADQ PQ Aut. N.V.
Élection générale 1994 20,8% 0,0% 53,9% 3,0% 20,0%
Élection partielle 1996 0,0% 0,0% 59,4% 3,3% 39,0%
Élection générale 1998 14,8% 3,8% 46,1% 11,6% 23,1%
Variation (1994-1996) -20,8% 0,0% 5,5% 0,3% 19,0%

Jonquière (1994-1998)

IV. Pointe-aux-Trembles: élection partielle du 14 août 2006

Contexte: élection tenue afin de permettre au chef du Parti québécois, André Boisclair, élu à la direction du parti neuf mois plus tôt, de faire son entrée à l‘Assemblée nationale. Le Parti libéral du Québec et l‘Action démocratique du Québec ne lui opposent pas de candidat.

Résultats électoraux

Pointe-aux-Trembles (2003-2007)
LIB ADQ PQ Aut. N.V.
Élection générale 2003 23,6% 10,1% 35,7% 1,7% 27,7%
Élection partielle 2006 0,0% 0,0% 22,4% 9,2% 67,7%
Élection générale 2007 13,1% 19,0% 34,0% 5,8% 27,1%
Variation (2003-2006) -23,6% -10,1% -13,3% 7,5% 40,0%

Pointe-aux-Trembles (2003-2007)

V. Observations

  • Dans les trois cas étudiés, le taux d‘abstention ou de “non votants” augmente sensiblement, mais c‘est un phénomène généralisé dans à peu près toutes les élections partielles. Un beau jour, quand ça adonnera, nous tenterons de voir si l‘absence d‘un parti politique majeur lors d‘une partielle peut causer une hausse plus marquée du taux d‘abstention par rapport à d‘autres partielles.
  • Dans les trois cas étudiés, lorsque l‘appui envers un des partis “restants” varie, c‘est une variation marginale, et pas toujours à la hausse. Le taux de participation varie beaucoup plus.
  • Généralement, lors de l‘élection générale suivante (1989, 1998, 2007), la situation revient à peu près à ce qui prévalait lors de l‘élection générale “initiale” (1985, 1994, 2003), et les disparités entre les deux élections générales s‘expliquent indépendamment de la tenue d‘une élection partielle entre les deux (ex.: apparition du Parti égalité dans les comtés avec une certaine présence anglophone entre 1985 et 1989; l‘ADQ qui présente des candidats dans tous les comtés en 1998, contrairement à 1994; montée de l‘ADQ entre 2003 et 2007).
  • Le cas de la prochaine élection partielle dans Charlevoix varie des trois cas précédents, en ce sens que ce ne sont pas tous les partis représentés à l‘Assemblée nationale qui donneront une “free ride” afin de permettre à un chef de parti de devenir député. Contrairement aux autres fois, en dépit du choix de leur chef de “faciliter” le retour de Pauline Marois à l‘Assemblée nationale, les électeurs libéraux ont donc un choix autre que de s‘abstenir, de voter pour un tiers parti ou d‘appuyer Mme Marois (et Jean-Guy Bouchard, candidat défait (LIB) lors de la dernière élection générale, qui aurait voulu tenter à nouveau sa chance dans Charlevoix, a sa petite idée de ce qu‘ils feront). En un sens, c‘est un cas à mi-chemin entre une élection où le chef a une “free ride” et une autre où il doit rivaliser avec tous les partis significatifs.
  • Évidemment, si nous avions des micro-données permettant de savoir comment un même individu a voté lors d‘un des trois cas de figure ci-dessus (ce qui n‘est pas le cas ici), nous serions en mesure de confirmer ce que font vraiment les partisans d‘un parti politique donné lorsqu‘ils n‘ont pas de candidat du même parti à appuyer lors d‘une élection partielle.

Reality check: les chefs de partis qui ne sont pas députés

Étant donné la controverse qui fait rage actuellement concernant la présence ou non d‘un candidat de l‘Action démocratique du Québec dans Charlevoix, nous avons vérifié dans nos archives le sort qui est généralement réservé aux chefs de partis qui tentent de se faire élire comme députés à l‘Assemblée nationale. Pour les besoins de la démonstration, nous nous en sommes tenus aux chefs qui correspondent aux critères suivants:

  1. Être chef d‘un parti qui est représenté à l‘Assemblée nationale (seule exception: Maurice Bellemare, dont le parti n‘avait pas de député lors de sa nomination comme chef, mais qui a tout de même réussi à faire son entrée en Chambre).
  2. Ne pas être un député au moment de devenir chef de parti (ce qui élimine à peu près tous les chefs avant 1950).
  3. Tenter de se faire élire une première fois lors d‘une élection partielle (depuis les années 30, tout chef d‘un parti représenté en Chambre affronte des adversaires des autres partis).

Partis politiques actuels

Parti libéral du Québec

  • Georges-Émile Lapalme (devenu chef en 1950): battu lors de l‘élection générale de 1952 dans Joliette, élu lors de l‘élection partielle du 9 juillet 1953 dans Outremont (3 adversaires, dont UN).
  • Claude Ryan (devenu chef en 1978): élu lors de l‘élection partielle du 30 avril 1979 dans Argenteuil (3 adversaires, dont PQ et UN).
  • Robert Bourassa (redevenu chef en 1983): élu lors de l‘élection partielle du 3 juin 1985 dans Bertrand (6 adversaires, dont PQ), battu lors de l‘élection générale de 1985, puis réélu lors de l‘élection partielle du 20 janvier 1986 dans Saint-Laurent (9 adversaires).

Action démocratique du Québec

  • Ne s‘applique pas car aucun de ses chefs n‘a tenté de faire son entrée en Chambre lors d‘une élection partielle.

Parti québécois

  • Lucien Bouchard (devenu chef en 1996): élu lors de l‘élection partielle du 19 février 1996 dans Jonquière (6 adversaires).
  • André Boisclair (devenu chef en 2005): élu lors de l‘élection partielle du 14 août 2006 dans Pointe-aux-Trembles (7 adversaires).
  • Pauline Marois (devenue chef en 2007): à venir.

Parti égalité

  • Ne s‘applique pas car aucun de ses chefs n‘a tenté de faire son entrée en Chambre lors d‘une élection partielle.

Partis politiques qui sont maintenant disparus

Union nationale

  • Maurice Bellemare (devenu chef en 1974): élu lors de l‘élection partielle du 28 août 1974 dans Johnson (3 adversaires, dont LIB et PQ). L‘Union nationale n‘avait aucun siège à l‘Assemblée nationale à ce moment-là .

Parti conservateur

  • Joseph-Alfred Mousseau (devenu chef en 1882): élu lors de l‘élection partielle du 26 août 1882 dans Jacques Cartier (1 adversaire de son propre parti!). Fait cocasse: l‘élection a été annulée par les tribunaux et il a dû se faire réélire lors d‘une autre élection partielle le 26 septembre 1883.

Action libérale nationale, Bloc populaire canadien, Ralliement créditiste

  • Ne s‘applique pas car aucun de leurs chefs n‘a tenté de faire son entrée en Chambre lors d‘une élection partielle.

Chefs qui ont tenté de faire leur entrée en Chambre lors d‘une élection générale

Nous les mentionnons ici à titre informatif.

  • Adélard Godbout (LIB): devenu chef en 1936; député sortant défait en 1936, a refait son entrée en Chambre en 1939.
  • Jean Lesage (LIB): devenu chef en 1958; élu une première fois en 1960.
  • René Lévesque (PQ): devenu chef en 1968; député sortant défait en 1970, a refait son entrée en Chambre en 1976.
  • Rodrigue Biron (UN): devenu chef en 1976; élu une première fois la même année.
  • Jacques Parizeau (PQ): devenu chef en 1988; réélu en 1989.
  • Mario Dumont (ADQ): devenu chef en 1994; élu une première fois la même année.
  • Jean Charest (LIB): devenu chef en 1998; élu une première fois la même année.

21 comtés passent au scan

Dans la foulée du sondage sur la circonscription de Saint-Jean dévoilé hier après-midi sur Cyberpresse, La Presse et les journaux de la chaîne Gesca ont dévoilé ce matin les résultats de 21 sondages (incluant Saint-Jean) réalisés dans autant de circonscriptions dites “serrées”.

Après répartition proportionnelle des indécis (mode de répartition qui a tendance à sous-évaluer l’appui au Parti libéral), les intentions de vote seraient les suivantes (le pourcentage à côté du nom de la circonscription indique le taux d’indécis):

Circonscription LIB PQ ADQ VRT QS Autres
Abitibi-Est (19%) 24 40 21 5 1
Chauveau (15%) 27 18 47 5 2 0
Lévis (10%) 29 22 42 3 4 0
Taschereau (10%) 13 48 17 8 14 0
Chambly (11%) 28 27 32 8 5 0
Crémazie (12%) 27 39 15 10 9 0
Fabre (11%) 36 23 30 6 4 0
Mercier (8%) 16 40 7 9 27 0
Vachon (15%) 23 43 27 5 2 1
Berthier (14%) 17 42 31 4 6 0
Chapleau (17%) 40 30 21 7 2 0
Marguerite-D’Youville (13%) 26 33 36 4 1
Sherbrooke (12%) 38 27 19 9 7 0
Saint-Jean (17%) 25 33 36 3 3
Trois-Rivières (19%) 28 31 31 4 4 2
Saint-Maurice (25%) 23 38 30 4 5
Jonquière (25%) 36 37 19 4 3 1
Roberval (27%) 42 39 17 2 0
Chicoutimi (22%) 33 40 19 5 3 0
Lac-Saint-Jean (22%) 33 45 18 3 1 0
Dubuc (21%) 19 40 33 4 4 0

Si on compare la répartition des sièges dans les 21 circonscriptions en 2003 avec le possible résultat du scrutin de lundi prochain on peut constater que les pertes risquent d’être grandes pour le Parti libéral, mais, dans le cas des 21 circonscriptions à l’étude, que le PQ et l’ADQ pourraient se partager les bénéfices à peu près également.

LIB PQ ADQ VRT QS “Trop serré”
(- de 5% d’écart)
2003 13 8 0 0 0  
2007 ? 3 10 2 0 0 6

Dans les six circonscriptions où l’écart entre les 2 premiers candidats est en-deçà de la marge d’erreur, les libéraux et l’ADQ sont en avance deux fois, le PQ une fois et il y a égalité entre le PQ et l’ADQ dans le sixième cas.

Fait intéressant, CROP et UniMarketing ont -pour une fois dans le cas de CROP – rendu public les rapports présentant les données détaillées de l’étude (.pdf):

Les sondages réalisés par CROP l’ont été du 14 au 18 mars 2007 auprès de 400 à 401 personnes (selon les circonscriptions). La marge d’erreur est de 5%, 19 fois sur 20. Quant aux sondages réalisés par UniMarketing, il l’ont été réalisés du 18 au 20 mars 2007 en Mauricie et du 17 au 21 mars 2007 au Saguenay–Lac-Saint-Jean auprès de 390 à 395 personnes (selon les circonscriptions). La marge d’erreur est de 4,9%, 19 fois sur 20.

Les candidats indépendants: qui sont-ils, d‘où viennent-ils?

29 candidats “indépendants” et “sans désignation” * brigueront les suffrages le 26 mars prochain. Voici une brève présentation de chacun d‘entre eux. Si vous avez des renseignements additionnels, nous vous invitons à nous les communiquer par courriel ou dans la section commentaires:

  • M. Benoît Roy (ind., Beauce-Nord): selon cet article paru la semaine dernière dans Beauce Média, M. Roy se présenterait une plate-forme électorale prônant l‘abolition du poste de député;
  • M. Super Cauchon (ind., Borduas): de son vrai nom Luc Cauchon, il est animateur à la station de radio CKOI à Montréal;
  • Mme Jocelyne Leduc (ind., Gouin): candidate indépendante lors des élections partielles de 2006 dans Sainte-Marie–Saint-Jacques et Pointe-aux-Trembles ainsi que lors de l‘élection fédérale de 2006 dans Laurier–Sainte-Marie, Mme Leduc prône l‘abolition de la monarchie au Canada. Si elle devait être élue, elle compte créer un précédent en refusant de prêter serment à la Reine et soulever ainsi un débat sur la monarchie;
  • M. Daniel Laforest (ind., Hochelaga-Maisonneuve): M. Laforest est président du chapitre québécois de Fathers 4 Justice Canada. Fait à noter, cet organisme a donné son appui à Québec solidaire dans les autres circonscriptions en vue du 26 mars prochain;
  • M. Andy Srougi (ind., Jacques-Cartier): membre de la section québécoise de Fathers 4 Justice, M. Srougi s‘est fait connaître du grand public en septembre 2005 en escaladant le pont Jacques-Cartier déguisé en Batman afin d‘attirer l‘attention du public sur l‘organisme dont il fait partie;
  • M. José Breton (ind., Jean-Lesage): candidat défait lors des élections générales de 1985 dans Montmorency et de 1998 dans Shefford, fait campagne afin de “dénoncer la lutte contre la malbouffe”;
  • M. Pierre Laliberté (s.d., Jonquière): il fut candidat pour le Bloc pot en 2003 dans Louis-Hébert, puis candidat du Nouveau Parti démocratique lors des élections fédérales de 2004 et 2006 dans Hull-Aylmer;
  • M. Mostafa Ben Kiriane (s.d., Laurier-Dorion): candidat indépendant lors de l‘élection générale de 1998 dans Laurier-Dorion;
  • M. Régent Millette (ind., Mille-Îles): éternel candidat à tous les ordres de gouvernement, nous en avons déjà parlé dans cet article;
  • M. François Martin (ind., Montmorency): M. Martin a déjà été vice-président de la Commission des jeunes de l‘Action démocratique du Québec, parti qu‘il a quitté depuis. Il se présente sous une plate-forme pro-jeunes;
  • Mme Suzanne Lizotte (ind., Nicolet-Yamaska): commissaire scolaire à la Commission scolaire de la Riveraine, sont elle a été suspendue en décembre dernier (pour les détails sur cette histoire, voir ici), elle fut candidate à plusieurs scrutin dans la région de Nicolet, notamment lors de l‘élection générale de 2003 dans Nicolet-Yamaska;
  • M. Normand Philibert (ind., Richelieu): M. Philibert est commissaire scolaire. Il avait tenté en vain d‘être candidat indépendant lors de l‘élection fédérale de 2006 dans Bas-Richelieu–Nicolet–Bécancour;
  • M. Claude Bergeron (ind., Richmond): candidat défait à l‘investiture du PQ dans Arthabaska en septembre 2006, il avait été écarté de la course à l‘investiture du PQ dans Richmond en février dernier pour une histoire de transport de danseuses. Il est néanmoins demeuré membre du PQ;
  • M. Jean Robert (ind., Saint-Jean): candidat indépendant lors de l‘élection générale de 2003 dans Saint-Jean, il était alors appuyé par le Parti de la sagesse, une organisation catholique conservatrice qui n‘avait pas à l‘époque le statut de parti politique autorisé;
  • M. Francis Mondou (ind., Saint-Maurice): directeur général d‘un concessionnaire automobile de la Mauricie, M. Mondou défendra un programme axé sur une réforme en profondeur du système d‘éducation, proposant notamment l‘abolition des cégeps;
  • M. Hubert Richard (ind., Sherbrooke): candidat indépendant à la mairie de Sherbrooke lors de la dernière élection municipale, M. Richard défend une plate-forme électorale environnementaliste, prônant notamment la gratuité du transport en commun;
  • M. Gilles Paquette (ind., Soulanges): candidat infructueux à la chefferie du PQ en 2005 (il n‘était pas parvenu à recueillir suffisamment d‘appuis à la fin de la période de mise en candidature), il a fondé en février dernier le Parti république du Québec, qui n‘a pas encore obtenu le statut de parti politique autorisé par le DGE;
  • M. Luc Schulz (ind., Taschereau): étudiant en science politique à l‘Université Laval, M. Schulz défend une plate-forme électorale axée sur l‘éducation et l‘environnement;
  • M. Stéphan Vincent (ind., Trois-Rivières): M. Vincent est président de la section locale 6055 (Mauricie/Centre-du-Québec) des TCA (syndicat des travailleurs canadiens de l‘automobile). Il défendra vraisemblablement la survie de l‘usine Norsk Hydro à Bécancour;
  • M. Robert Lindblad (ind., Verdun): candidat indépendant en 2003 dans Verdun, M. Lindblad est voyant spécialisé dans la résolution des disparitions d‘enfants;

Notons enfin que nous n‘avons pas été en mesure, jusqu‘à présent, de recueillir des informations sur les candidats suivants:

* Quelle est la différence entre un “indépendant” et un “sans désignation”, demanderez-vous? d‘après le DGE,

les candidats indépendants et les candidats sans désignation ont ceci en commun qu‘ils n‘appartiennent à aucune formation politique. Ce qui distingue toutefois ces deux catégories de candidats, c‘est que, sur le bulletin de vote, le nom des premiers est suivi de la mention « indépendant » tandis que celui des candidats sans désignation n‘est suivi d‘aucune mention.

Le lourd passé des verts et des solidaires

Alors que la performance “réelle” des plus importants des tiers partis (ou des plus petits des grands partis, c‘est selon) le jour du vote demeure encore une inconnue, voici quelques statistiques que nous vous jetons en pâture sur les performances passées du Parti vert ainsi que de Québec solidaire et ses prédécesseurs (UFP et NPD-Québec). Comme vous allez le voir, si les performances passées des 2 partis à l‘échelle québécoise peuvent sembler modestes à première vue, il leur est arrivé tous deux d‘obtenir des résultats intéressants dans certaines circonscriptions.

Québec solidaire*

Dernière élection (2003) Meilleure élection (1985)
% 1,06% 2,42%
Candidats 73/125 90/122
% (dans les circonscriptions où le parti a présenté un candidat) 1,74% 3,22%
10 meilleurs résultats
  1. Mercier 17,92%
  2. Outremont 6,86%
  3. Sainte-Marie–Saint-Jacques 6,48%
  4. Gouin 4,69%
  5. Taschereau 3,54%
  6. Joliette 3,46%
  7. Hochelaga-Maisonneuve 3,34%
  8. Westmount–Saint-Louis 3,14%
  9. Rosemont 3,07%
  10. Laurier-Dorion 3,05%
  1. Notre-Dame-de-Grâce 8,64%
  2. Louis-Hébert 8,59%
  3. Westmount 7,95%
  4. Saint-Louis 6,87%
  5. Taschereau 5,65%
  6. La Peltrie 5,55%
  7. Vanier 5,50%
  8. Jean-Talon 5,48%
  9. Outremont 5,44%
  10. Jonquière 5,28%

* Nouveau Parti démocratique du Québec en 1985, Union des forces progressistes en 2003.

Parti vert du Québec

Dernière élection (2003) Meilleure élection (1989)
% 0,44% 1,99%
Candidats 36/125 46/125
% (dans les circonscriptions où le parti a présenté un candidat) 1,54% 5,52%
10 meilleurs résultats
  1. Notre-Dame-de-Grâce 4,28%
  2. Bonaventure 2,72%
  3. Sainte-Marie–Saint-Jacques 2,63%
  4. Verdun 2,28%
  5. Taschereau 2,20%
  6. Jacques-Cartier 2,10%
  7. Argenteuil 2,09%
  8. Laurier-Dorion 1,97%
  9. Gouin 1,96%
  10. Bertrand 1,96%
  1. Saguenay 15,45%
  2. Beauce-Sud 10,28%
  3. Joliette 9,32%
  4. Chambly 8,81%
  5. Mercier 8,38%
  6. Chauveau 8,37%
  7. Saint-Louis 8,10%
  8. Outremont 8,02%
  9. Notre-Dame-de-Grâce 7,48%
  10. Westmount 7,48%

Candidatures: 1er mars 2007

Une seule candidature officialisée (dans Vaudreuil) aujourd’hui, mais un jeu de chaise musicale se fait sentir au Parti vert, certains candidats annoncés dimanche passé ayant changé de circonscription depuis. Certaines des candidatures annoncées ci-dessous remplacent donc celles qui avaient été annoncées dimanche dernier.

Candidatures officielles:

  • Chicoutimi (VRT): M. Daniel Fortin (1er mars 2007);
  • Jonquière (VRT): M. Dominic Rouette (1er mars 2007);
  • Lac-Saint-Jean (VRT): M. Vital Tremblay (1er mars 2007);
  • La Pinière (VRT): M. Claude Breton (1er mars 2007);
  • Lévis (VRT): M. Jean-Claude Lespérance (1er mars 2007);
  • Marguerite-D’Youville (VRT): M. Luc Nepveu (1er mars 2007);
  • Taillon (VRT): M. Jonathan Mortreux (1er mars 2007);
  • Terrebonne (VRT): M. Pierre-Charles De Guise (1er mars 2007);
  • Vaudreuil (LIB): M. Yvon Marcoux, député de Vaudreuil (1998-____) et ministre de la Justice (1er mars 2007).

Candidatures: 22 février 2007

Candidatures officielles:

  • Abitibi-Ouest (ADQ): M. Éric Mathieu (22 février 2007);
  • Argenteuil (LIB): M. David Whissell, député d‘Argenteuil (1998-____) (22 février 2007);
  • Chambly (QS): M. Alain Dubois (22 février 2007);
  • Chapleau (QS): Mme Jennifer Jean-Brice Vales (21 février 2007);
  • Châteauguay (LIB): M. Jean-Marc Fournier, député de Châteauguay (1994-____) et ministre de l‘Éducation, du Loisir et du Sport (22 février 2007);
  • Chauveau (PQ): M. Robert Miller (élu contre M. Félix Grenier le 21 février 2007);
  • Chicoutimi (QS): Mme Colette Fournier (22 février 2007);
  • Chomedey (VRT): M. Jean Martin (22 février 2007);
  • Dubuc (ADQ): M. Robert Émond (22 février 2007);
  • Dubuc (QS): Mme Marie-Francine Bienvenue (22 février 2007);
  • Fabre (VRT): M. Julien Boisseau (22 février 2007);
  • Gatineau (QS): Mme Carmen Boucher (21 février 2007);
  • Hochelaga-Maisonneuve (PQ): Mme Louise Harel, députée d‘Hochelaga-Maisonneuve (1989-____), de Maisonneuve (1981-1989) et ex-ministre (22 février 2007);
  • Huntingdon (PQ): M. Éric Pigeon (22 février 2007);
  • Jean-Lesage (ind.): M. José Breton, candidat défait (ind.) lors de l‘élection générale de 1998 dans Shefford (22 février 2007, gracieuseté de Mathieu G.);
  • Jeanne-Mance–Viger (PQ): M. Kamal El Batal (22 février 2007);
  • Jean-Talon (LIB): M. Philippe Couillard, député de Mont-Royal (2003-____) et ministre de la Santé et des Services sociaux (22 février 2007);
  • Jean-Talon (QS): Mme Monique Voisine (22 février 2007);
  • Jonquière (QS): M. Sylvain Bergeron (20 février 2007);
  • Lac-Saint-Jean (LIB): M. Yves Bolduc (22 février 2007);
  • Laporte (LIB): Mme Nicole Ménard (22 février 2007);
  • Louis-Hébert (QS): Mme Catherine Lebossé (22 février 2007);
  • Marquette (PQ): M. Daniel Hurteau (22 février 2007);
  • Mille-Îles (VRT): M. Christian Lajoie, candidat défait lors de l‘élection générale de 2003 dans Mille-Îles (ind. (BP)) et lors de l‘élection partielle de 2004 dans Gouin (VRT) (22 février 2007);
  • Orford (PQ): M. Michel Breton (élu à 54% contre 46% pour M. Étienne Vézina (175 votants) le 21 février 2007);
  • Outremont (ADQ): M. Pierre Harvey, médecin (21 février 2007);
  • Papineau (LIB): M. Norman MacMillan, député de Papineau (1989-____) et Whip en chef du gouvernement (22 février 2007);
  • Papineau (QS): Mme Marie-Élaine Rouleau (21 février 2007);
  • Pontiac (PQ): M. Patrick Robert-Meunier (22 février 2007);
  • Pontiac (QS): Mme Jessica Squires (21 février 2007);
  • Rimouski (QS): Mme Guylaine Bélanger (21 février 2007);
  • Roberval (ADQ): M. Mario Michel Jomphe (22 février 2007);
  • Rousseau (PQ): M. François Legault, député de Rousseau (1998-____) et ex-ministre (22 février 2007);
  • Terrebonne (LIB): Mme Chantal Leblanc (22 février 2007);
  • Viau (PQ): Mme Naima Mimoune (22 février 2007);
  • Vimont (VRT): Mme Catherine Ouellet-Cummings (22 février 2007).

Candidats “en réflexion”:

Page 1 sur 212