Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Le Québec politique un 1er mars

  • Mars 1832: Élections partielles dans Gaspé et Ottawa en vue de combler les sièges nouvellement attribués à ces deux circonscriptions à la suite du recensement de 1831, remportées par William Power (n.a.) et Theodore Davis (BUR).
  • Mars 1822: Élection partielle dans Bedford, remportée par Joseph Franchère (n.a.).
  • Mars 1798: Élection partielle dans Kent, remportée par Michel-Amable Berthelot Dartigny (CAN).
  • 1er mars 1985: (1er au 3 mars) 23e Congrès plénier du Parti libéral du Québec sous le thème «Maîtrisons l’avenir».
  • 1er mars 1951: Discours sur le budget.
  • 1er mars 1939: Discours sur le budget.
  • 1er mars 1938: Discours sur le budget.
  • 1er mars 1921: Le conseiller législatif de Repentigny, Georges-Aimé Simard (LIB), démissionne comme membre du Conseil législatif.
  • 1er mars 1903: Assemblée de fondation de la Ligue nationaliste canadienne, sous la présidence d’Olivar Asselin.
  • 1er mars 1834: Le député de Bellechasse, Augustin-Norbert Morin (PAT), est délégué par la Chambre d’assemblée afin d’aller remettre à l’Agent du Bas-Canada à Londres, Denis-Benjamin Viger, les Quatre-vingt-douze Résolutions adoptées le 21 février de la même année.
  • 1er mars 1810: Dissolution du 6e Parlement du Bas-Canada.

Le Québec politique un 21 janvier

  • 21 janvier 1965: Ouverture de la 4e session du 27e Parlement du Québec.
  • 21 janvier 1948: Adoption, par un arrêté en conseil (décret du Conseil des ministres), du fleurdelisé comme drapeau québécois.
  • 21 janvier 1931: Discours sur le budget.
  • 21 janvier 1919: Ouverture de la 3e session du 14e Parlement du Québec.
  • 21 janvier 1915: Discours sur le budget.
  • 2 février 1909: Le député de Bellechasse et ministre de l’Agriculture , Adélard Turgeon (LIB), démissionne comme ministre dans le gouvernement Gouin. Le député d’Hochelaga, Jérémie-Louis Décarie (LIB), démissionne comme député le même jour à la suite de sa nomination comme ministre de l’Agriculture.
  • 21 janvier 1874: Le conseiller législatif de Stadacona, Thomas McGreevy (CON), démissionne comme conseiller législatif à la suite de l’abolition du double mandat.
  • 21 janvier 1874: Le député de Montmorency, Joseph-Édouard Cauchon (CON), le député de Québec Centre, Hector-Louis Langevin (CON), et le conseiller législatif de Kennebec, Isidore Thibaudeau (LIB), démissionnent comme députés et conseiller législatif à la suite de l’abolition du double mandat.
  • 21 janvier 1826: Ouverture de la 2e session du 12e Parlement du Bas-Canada.
  • 21 janvier 1815: Le député de Montréal (quartier ouest), Louis-Joseph Papineau (CAN), est élu orateur de la Chambre d’assemblée du Bas-Canada pour la première fois. Il occupera ce poste jusqu’à la suspension de la constitution en raison de la Révolte des Patriotes en février 1838.
  • 21 janvier 1815: Ouverture de la 1re session du 8e Parlement du Bas-Canada.
  • 21 janvier 1807: Ouverture de la 3e session du 4e Parlement du Bas-Canada.
  • 21 janvier 1807: Le conseiller exécutif et juge en chef du Bas-Canada, Henry Allcock (BUR), est nommé au Conseil législatif du Bas-Canada, dont il avait été nommé orateur le 16 janvier 1807.
  • 21 janvier 1798: Le député de Kent, Jacques Viger (n.a.), décède en fonction.
  • 21 janvier 1793: Débat sur la langue à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada. L’Assemblée décide de tenir son procès-verbal en français et en anglais tout en refusant d’accorder à l’anglais la primauté dans la législation.

Le Québec politique un 17 janvier

  • 17 janvier 1970: À l’issue d’un congrès à la direction, le député de Mercier, Robert Bourassa (LIB), est élu chef du Parti libéral du Québec.
  • 17 janvier 1917: Le député de Dorchester, Lucien Cannon (LIB), démissionne comme député à la suite de sa décision de faire le saut en politique fédérale.
  • 17 janvier 1906: Le député d’Iberville, François Gosselin (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme conseiller législatif de Rougemont.
  • 17 janvier 1874: Le député de Chicoutimi et Saguenay, Pierre-Alexis Tremblay (LIB), et le député de Beauce, Christian Henry Pozer (LIB), démissionnent comme députés à la suite de l’abolition du double mandat.
  • 17 janvier 1824: Le conseiller législatif William Osgoode (BUR) décède en fonction.
  • 17 janvier 1823: Le conseiller exécutif et ex-député John Mure (BUR) décède en fonction.
  • 17 janvier 1814: Le député de Kent, Pierre Dominique Debartzch (CAN), démissionne comme député à la suite de sa nomination au Conseil législatif du Bas-Canada.

La politique québécoise un 13 avril

  • 13 avril 2006: Raymonde Saint-Germain est désignée à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec au poste de protectrice du citoyen pour un mandat de 5 ans.
  • 13 avril 1981: 32e élection générale à l’Assemblée nationale du Québec:
  • 13 avril 1938: Le député de Chicoutimi, Arthur Larouche (UN), démissionne comme député.
  • 13 avril 1933: Prorogation de la 2e session du 18e Parlement du Québec.
  • 13 avril 1922: Le député de Napierville, Amédée Monet (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme juge.
  • 13 avril 1916: Le député de Drummond et ministre des Terres et Forêts, Jules Allard (LIB), et le député de Verchères, Joseph-Léonide Perron (LIB), démissionnent comme députés à la suite de leur nomination comme conseillers législatifs. Le même jour, le député de Québec et orateur de l’Assemblée législative, Cyrille-Fraser Delâge (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme surintendant de l’Instruction publique.
  • 13 avril 1839: Prorogation de la 4e session du Conseil spécial du Bas-Canada.
  • 13 avril 1820: Le député de Kent, Pierre Bruneau (CAN), décède en fonction.

Les candidats-vedette et la représentation territoriale

Notre système parlementaire est basé sur un système de représentation qui remonte aux débuts du parlementarisme britannique au 13e siècle: la représentation territoriale. Un député est élu par la population d‘un territoire donné (la circonscription électorale) et, en principe, en est le porte-parole.

Michel C. Auger proposait il y a quelques jours une réflexion intéressante sur la pertinence de ce principe à notre époque, surtout dans un contexte où un candidat peut voter pour lui-même sans résider dans la circonscription où il se présente et où un ministre peut décider de changer de circonscription entre deux élections.

Dans ce dernier cas (celui de Philippe Couillard, pour ne pas le nommer), il y a tout de même des nuances à apporter car c‘est un phénomène qui a existé de tout temps au Québec. Déjà sous le régime de l‘Acte constitutionnel de 1791, il était de pratique courante qu‘une personne fasse acte de candidature dans plus d‘une circonscription au cours de la même élection générale. Certains ont même été élus deux circonscriptions durant le même scrutin. De même, il arrivait souvent qu‘un député représente plus d‘une circonscription, parfois très éloignées géographiquement, au cours de sa carrière politique. Un des exemples les plus célèbres est celui de Louis-Joseph Papineau qui a été élu dans pas moins de 6 circonscriptions entre 1808 et 1854 (Kent, Montréal-Quartier-Ouest, Surrey, Comté de Montréal, Saint-Maurice et Deux-Montagnes).