Le Québec politique du 26 août au 1er septembre

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

  • 26 août 1837: Prorogation de la 4e session du 15e Parlement du Bas-Canada. C’est la dernière session parlementaire sous le régime de l’Acte constitutionnel.
  • 26 août 1843: Le député de Rouville, William Walker (TOR), et le député de la cité de Québec, David Burnet (ind.), démissionnent comme députés.
  • 26 août 1853: Le député de St. Hyacinthe et commissaire des Terres de la Couronne dans le ministère Hincks-Morin, Louis-Victor Sicotte (REF), démissionne comme ministre.
  • 26 août 1864: Élection partielle dans Jacques Cartier, remportée par Guillaume Gamelin Gaucher (BLE).
  • 26 août 1870: Le député de Napierville, Pierre Benoît (LIB), décède en fonction.
  • 26 août 1882: Élection partielle dans Jacques Cartier, remportée par Joseph-Alfred Mousseau (CON), premier ministre du Québec.
  • 26 août 1919: Le conseiller législatif de Lanaudière et ex-ministre, Jules Allard (LIB), démissionne comme membre du Conseil législatif.
  • 26 août 1936: À la suite de la victoire de son parti lors de l’élection générale du 17 août 1936, le député de Trois-Rivières, Maurice Duplessis (UN), est assermenté premier ministre du Québec.
  • 26 août 1977: Sanction de la «Loi régissant le financement des partis politiques et modifiant la Loi électorale» (L.Q., 1977, c. 11), dont l’objectif est de mettre fin aux caisses électorales occultes et de réduire l’influence des groupes d’intérêt sur les partis politiques. La «Charte de la langue française» (Loi 101) est adoptée le même jour par l’Assemblée nationale.
  • 27 août 1985: Le Parti Option populaire obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 27 août 1994: 8 partis politiques perdent le statut de parti politique autorisé, faute d’avoir présenté au moins 10 candidats en vue de l’élection générale du 12 septembre 1994 tel que le prévoit la «Loi électorale»: le Parti chevreuil du Québec, le Parti Crédit social uni (Québec), le Parti des régions, le Parti des travailleurs du Québec, le Parti l’étoile d’or social démocratique, le Parti populaire du Québec, le Parti réforme Québec et le parti Renaissance.
  • 28 août 1824: Retour des brefs d’élection de la 12e élection générale à la Chambre d’assemblée du Bas-Canada:
    • Parti canadien et Canadiens modérés: 41 sièges;
    • Parti bureaucrate: 5 sièges;
    • Indépendants et affiliation inconnue: 4 sièges.
  • 28 août 1831: Le député de Montréal, Joseph Perrault (PAT), décède en fonction.
  • 28 août 1858: Élection partielle dans Lévis, remportée par François-Xavier Lemieux (oncle) (LIB), qui avait démissionné lors de sa nomination comme receveur général dans le ministère Brown-Dorion le 2 août 1858.
  • 28 août 1936: Alphonse Raymond (UN) est nommé conseiller législatif de Lorimier.
  • 28 août 1863: Le conseiller législatif Paul Holland Knowlton (TOR) décède en fonction.
  • 28 août 1952: Le député de Témiscouata, André Pelletier (UN), décède en fonction.
  • 28 août 1969: Le député de Louis-Hébert et chef du Parti libéral du Québec, Jean Lesage (LIB), annonce sa démission comme chef de l’Opposition, chef du Parti et député. Sa démission deviendra effective lors de l’élection d’un successeur à la tête du Parti libéral du Québec en janvier 1970.
  • 28 août 1974: Élection partielle dans Johnson, remportée par Maurice Bellemarre, chef de l’Union nationale.
  • 29 août 1911: Le député de Lévis, Jean-Cléophas Blouin (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme shérif du district de Québec.
  • 29 août 1980: Le député de Papineau, Jean Alfred (PQ), quitte le groupe parlementaire du Parti québécois pour siéger comme député indépendant. Il réintégrera le groupe parlementaire du PQ en mars 1981.
  • 29 août 1990: En protestation contre l’attitude du Gouvernement Bourassa dans la crise autochtone (crise d’Oka), le député d’Anjou, René-Serge Larouche (LIB), quitte le groupe parlementaire du Parti libéral du Québec afin de siéger comme député indépendant.
  • 30 août 1944: À la suite de la victoire de son parti lors de l’élection générale du 8 août 1944, le député de Trois-Rivières, Maurice Duplessis (UN), est assermenté premier ministre du Québec.
  • 30 août 1954: Le député de Montréal-Laurier, Paul Provençal (UN), décède en fonction.
  • 31 août 1812: Le conseiller législatif René-Amable Boucher de Boucherville (BUR) décède en fonction.
  • 31 août 1853: Le député de Bellechasse et secrétaire provincial du Canada, Augustin-Norbert Morin (REF), et le député de la cité de Québec et solliciteur général du Bas-Canada, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau (REF), démissionnent de leur portefeuille ministériel pour être nommés respectivement commissaire des Terres de la Couronne et secrétaire provincial du Canada. Le même jour, Dunbar Ross (REF) est nommé solliciteur général du Bas-Canada, sans toutefois siéger au Conseil exécutif.
  • 31 août 1888: Le conseiller législatif de Mille-Isles, Charles Champagne (Deux-Montagnes) (CON), démissionne comme membre du Conseil législatif à la suite de sa nomination comme juge.
  • 31 août 1906: Le député de Brome et trésorier de la province, John Charles James Sarsfield McCorkill (LIB), démissionne comme député et ministre à la suite de sa nomination comme juge. Le député d’Argenteuil, William Alexander Weir (LIB), démissionne comme député le même jour à la suite de sa nomination comme ministre des Travaux publics et du Travail dans le gouvernement Gouin.
  • 31 août 1987: Daniel Jacoby est désigné à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec au poste de protecteur du citoyen pour un mandat de 5 ans.
  • 1er septembre 1864: Ouverture de la confèrence de Charlottetown, où des délégations du Canada, de l’Île-du-Prince-Édouard, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse acceptent le principe d’union fédérale des colonies britanniques d’Amérique du Nord.
  • Septembre 1861: Le député de Laval, Pierre Labelle (BLE), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme surintendant des Travaux publics.
  • Septembre 1830: Le conseiller législatif, conseiller exécutif et juge en chef du Bas-Canada, Jonathan Sewell (BUR), démissionne comme membre du Conseil exécutif.

La politique québécoise un 20 juin

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

  • 20 juin 1994: Le Parti chevreuil du Québec obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 20 juin 1991: Sanction du projet de loi 150, «Loi sur le processus de détermination de l’avenir politique et constitutionnel du Québec» (L.Q., 1991, c. 34) qui prévoit la tenue d’un référendum sur la souveraineté du Québec en 1992. La loi établit également deux commissions parlementaires, l’une chargée d’étudier toute question concernant l’accession à la souveraineté, l’autre chargée d’examiner toute nouvelle offre de modification constitutionnelle de la part du gouvernement fédéral.
  • 20 juin 1989: Le Parti unité obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 20 juin 1988: Élections partielles dans Anjou et Roberval, remportées par René-Serge Larouche (LIB) et Gaston Blackburn (LIB).
  • 20 juin 1983: Élections partielles dans Charlesbourg, Saguenay et Saint-Jacques, remportées par Marc-Yvan Côté (LIB), Ghislain Maltais (LIB) et Serge Champagne (LIB).
  • 20 juin 1969: Le député de Vaudreuil-Soulanges et ex-ministre, Paul Gérin-Lajoie (LIB), démissionne comme député.
  • 20 juin 1957: Le député de Montréal–Saint-Louis, David Rochon (LIB), et le député de Montréal-Verdun, Lionel-Alfred Ross (LIB), quittent le groupe parlementaire du Parti libéral pour siéger comme députés indépendants.
  • 20 juin 1956: 25e élection générale à l’Assemblée législative du Québec:
  • 20 juin 1936: Fondation de l’Union nationale lors de la réunion du groupe parlementaire de l’opposition (Parti conservateur et Action libérale nationale). 35 députés sur 42 votent en faveur de la fusion des 2 partis.
  • 20 juin 1924: Le député de Saint-Maurice, Arthur Ricard (LIB), décède en fonction lors d’un accident d’automobile.
  • 20 juin 1905: Élection partielle dans Yamaska, remportée sans opposition par Guillaume-Édouard Ouellet (LIB).
  • 20 juin 1882: Le député de Bonaventure, Louis-Joseph Riopel (CON), démissionne comme député à la suite de son élection comme député fédéral.
  • 20 juin 1862: Élection partielle dans Hochelaga, remportée par Antoine-Aimé Dorion (ROU), secrétaire de la province du Canada dans le gouvernement Macdonald-Sicotte.
  • 20 juin 1833: Le conseiller législatif Jean Dessaulles (PAT-M) décède en fonction.

Le Parti nul???

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Bien oui, ça existe, croyez-le ou non!

Le directeur général des élections a accordé le statut de parti politique autorisé au «Parti nul» le 9 avril dernier. Le chef du parti est un dénommé Renaud Blais. Et à moins que vous soyez intéressés à connaitre l’identité de l’agent officiel et l’adresse du siège social, c’est la totalité des renseignements que nous possédons sur ce parti politique.

Il s’agit donc du 19e parti politique autorisé au Québec. Parmi ceux-ci, 2 n’existaient pas lors de l’élection générale du 8 décembre dernier et sur les 17 autres, à peine la moitié (9!) ont présenté au moins 1 candidat lors de ce scrutin. Le Parti nul est possiblement un autre de ces partis fantômes qui n’existent que sur papier, sans jamais présenter de candidats lors d’une élection, qui poussent comme de la mauvaise herbe ces années-ci.

Comme c’est parti, on peut s’attendre à voir apparaître prochainement d’autres formations politiques telles que le «Parti zan», le «Parti culier» et le «Parti su’à brosse»! Par contre, pour le «Parti chevreuil», l’idée a déjà été prise…

17 partis politiques, et le compteur continue de tourner…

Parti durable du QuébecUn communiqué de presse envoyé aujourd‘hui dans les salles de rédaction (il a été repris notamment dans Le bulletin régional) nous apprend qu‘un 17e parti politique pourrait voir le jour au Québec. Le Parti durable du Québec, qui se réclame de l‘idéologie du «néorégionalisme», aurait entamé le processus auprès du directeur général des élections du Québec afin d‘obtenir officiellement le statut de parti politique autorisé. Si on lit entre les lignes du communiqué, dont le contenu est centré sur les problématiques propres au Saguenay–Lac-Saint-Jean (on précise que le parti «prendra la défense de la région en soutenant les problèmes régionaux» et qu‘il est «soutenu par une équipe uniquement constituée par des gens provenant de la région»), on peut déduire que le parti concentrera ses énergies dans cette région. On annonce par ailleurs que le chef du parti, Sébastien Girard, sera candidat dans Roberval lors de la prochaine élection générale.

Pour celles et ceux qui s‘inquiètent de la prolifération des partis politiques au Québec depuis quelques temps (on est passé de 9 partis politiques autorisés au Québec en 2005 à 16 aujourd‘hui, sans compter le Parti durable qui n‘est pas encore accrédité auprès du DGE), nous avons le regret de vous informer qu‘on est encore loin du record québécois car entre avril et août 1994, il y avait 22 partis politiques autorisés par le DGE, dont le «Parti citron», le «Parti des régions», le «Parti l‘étoile d‘or social démocratique», le «Parti chevreuil du Québec» (sérieux!) et «Renaissance» (une tentative de relance de l‘Union nationale par le dernier chef de ce parti). Mais étrangement, sur les 7 nouveaux partis politiques autorisés depuis 3 ans, un seul a présenté un candidat lors d‘une élection, comme quoi si les partis politiques se multiplient sur papier, attendons de voir s‘ils ont réellement les moyens de leurs ambitions.

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

Un nouveau parti politique représentera la région du Saguenay -Lac Saint-Jean aux prochaines élections provinciales

Saint-Félicien, le 4 mars 2008 – Un nouveau parti politique provincial et une nouvelle idéologie prendront naissance d‘ici quelques semaines, soit dès que le processus d‘autorisation sera terminé. Sous le nom du Parti Durable du Québec et de l‘idéologie du Néorégionalisme, le parti fondé par des jeunes universitaires originaires de la région du Lac Saint-Jean, aura pour mission de défendre les intérêts de la population régionale.

Dirigé par Sébastien Girard, étudiant au baccalauréat en Agroalimentaire à l‘Université Laval, le parti Durable du Québec a cumulé plus de 100 membres et a soumis sa demande d‘autorisation au Directeur général des élections.

Ce nouveau parti prendra donc la défense de la région en soutenant les problèmes régionaux : La migration des jeunes et la création de coopératives de solidarité dans la foresterie et l‘agroalimentaire seront les priorités misent de l‘avant. De plus, le parti proposera les opportunités et les solutions disponibles pour le Saguenay – Lac Saint-Jean concernant les biocarburants. Il tentera ultimement de conceptualiser la région pour devenir la destination touristique durable au monde.

Soutenu par une équipe uniquement constituée par des gens provenant de la région, c‘est dans la circonscription de Roberval que le chef, Sébastien Girard, représentera le Parti Durable du Québec aux prochaines élections provinciales.

Le parti déposera son programme régional lors de sa conférence de presse dans quelques semaines. D‘ici là , il est possible de consulter un document intitulé « microprogramme », sur la page d‘accueil du site Internet à l‘adresse suivante : www.partidurable.org .

-30-