[Google]

Catégories

Liens

7 candidats dans Outremont; 9 candidats dans Viau

La période de mise en candidature des élections partielles dans Outremont et Viau a pris fin à 14h samedi (le 23 novembre). Le DGE a confirmé peu après que 16 candidats seront en lice le 9 décembre 2013:

Outremont

Guy Boivin (Équipe autonomiste)

Philippe Couillard (Parti libéral du Québec)

Pierre Ennio Crespi (Équipe Adrien Pouliot – Parti conservateur du Québec)

Édith Laperle (Québec solidaire)

Mathieu Marcil (Parti nul)

Julie Surprenant (Option nationale)

Alex Tyrrell (Parti vert du Québec)

Viau

Émilio Alvarez Garcia (Union citoyenne du Québec)

Patrick Bourgeois (Option nationale)

Morgan Crockett (Parti vert du Québec)

Geneviève Fortier-Moreau (Québec solidaire)

David Heurtel (Parti libéral du Québec)

Jamilla Leboeuf (Coalition avenir Québec – L’équipe François Legault)

Tania Longpré (Parti québécois)

Jean-Paul Pellerin (Équipe Adrien Pouliot – Parti conservateur du Québec)

Stéphane Pouleur (Équipe autonomiste)

Membership des partis politiques en 2012

Le Directeur général des élections a dévoilé il y a 2 semaines les rapports financiers complets des partis politiques autorisés pour l’année financière 2012 (du 1er janvier au 31 décembre), incluant les instances politiques autorisées (associations de circonscription, associations régionales, etc.). C’est donc avec un léger retard cette année que nous donnons suite à notre traditionnelle revue annuelle du membership des partis politiques québécois(1).

En effet, la Loi électorale québécoise oblige les partis à comptabiliser distinctement les «revenus d’adhésion»(2). En connaissant le coût annuel d’une carte de membre (information disponible sur le site Web des partis politiques), il est possible de déduire le nombre d’adhésions à un parti politique en 2012(3).

Combien d’adhésions ont elles été perçues en 2012?

Selon les rapports financiers des 19 partis politiques autorisés au 31 décembre 2012 et de leurs instances, le nombre d’adhésions vendues par chaque parti politique serait le suivant:

  • Parti libéral du Québec: 94 768 adhésions (revenus d’adhésion: 473 840$, coût annuel d’une carte, 5$);
  • Parti québécois: 65 320 adhésions (revenus d’adhésion: 326 601$, coût annuel d’une carte, 5$);
  • Option nationale: 9 047 adhésions (revenus d’adhésion: 90 469$, coût annuel d’une carte, 10$);
  • Québec solidaire: 15 914 adhésions (revenus d’adhésion: 79 569$, coût annuel d’une carte, 5$);
  • Coalition avenir Québec: ND (revenus d’adhésion: 4 184$, coût annuel d’une carte, 0$ en théorie(4));
  • Coalition pour la constituante: 560 (revenus d’adhésion: 2 800$, coût annuel d’une carte, 5$);
  • Équipe autonomiste: 167 (revenus d’adhésion: 1 665$, coût annuel d’une carte, 10$);
  • Parti vert du Québec: 282 adhésions (revenus d’adhésion: 1 410$, coût annuel d’une carte, 10$);
  • Parti démocratie chrétienne du Québec: 236 adhésions (revenus d’adhésion: 1 180$, coût annuel d’une carte, 5$);
  • Parti indépendantiste: 180 adhésions (revenus d’adhésion: 900$, coût annuel d’une carte, 5$);
  • Parti marxiste-léniniste du Québec: ND (revenus d’adhésion: 815$);
  • Mon pays le Québec: ND (revenus d’adhésion: 790$);
  • Bloc pot: ND (revenus d’adhésion: 365$);
  • Mouvement équité au Québec: ND (revenus d’adhésion: 50$);
  • Union citoyenne du Québec: ND (revenus d’adhésion: 30$);
  • Parti de la classe moyenne du Québec: ND (revenus d’adhésion: 20$);
  • Québec – Révolution démocratique: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti égalité: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti nul: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti équitable: ND (revenus d’adhésion: 0$);

Revenus d'adhésion des principaux partis politiques québécois, 1999-2012

Revenus d’adhésion des principaux partis politiques québécois, 1999-2012


Membership des principaux partis politiques québécois, 1999-2012

Membership des principaux partis politiques québécois, 1999-2012

Pour l’année 2012 cependant, certaines variables viennent introduire une dose d’incertitude dans le calcul du membership des partis politiques.

  • Dans le cas de l’Action démocratique du Québec, le coût annuel d’une carte de membre a augmenté de 5$ à 10$ en 2010. Puisqu’il n’est pas possible de savoir avec exactitude à quel moment cette augmentation est entrée en vigueur – et encore moins à quel moment dans l’année les cartes ont été vendues – il existe une certaine incertitude quant au nombre d’adhésions en 2011. Aux fins de cet article, nous avons émis comme hypothèse que toutes les adhésions vendues en 2011 l’ont été à 10$, ce qui pourrait avoir pour effet de sous-estimer le nombre d’adhérents à l’ADQ lors de sa dernière année d’existence.
  • Pour ce qui est de la Coalition avenir Québec, des revenus d’adhésion de 2 936$ ont été déclarés en 2011. Pourtant, officiellement, l’adhésion à ce parti est gratuite. Pour cette raison, il est impossible de déduire un nombre déterminé d’adhérents comme c’est le cas avec les autres partis.
  • Option nationale n’a pas encore atteint sa première année d’existence. Il est donc trop tôt pour voir si les revenus d’adhésion perçus en 2011 (le parti a été autorisé par le DGE à la fin d’octobre 2011) reflètent la situation réelle du parti où s’ils ne sont qu’une fraction de ce qu’il peut percevoir en 12 mois. La même situation s’appliquerait à la CAQ si l’adhésion à ce parti n’était pas gratuite.

Notes:

  1. Nous avons pris l’habitude ces dernières années de calculer le membership des partis politiques à partir des données contenues dans leurs rapports financiers et ceux de leurs instances. Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez consulter nos articles précédents sur les rapports financiers de 2006, 2007, 2008, 2009, 2010 et 2011. ()
  2. Les revenus d’adhésion sont définis depuis 2012 dans la Loi électorale comme «une somme annuelle n’excédant pas 25 $ versée par une personne physique pour son adhésion à un parti politique». Auparavant, cette somme pouvait s’élever jusqu’à 50 $. ()
  3. Nous sommes conscients que cette méthode n’est pas entièrement parfaite et qu’il existe certains éléments d’incertitude dans l’évaluation du membership des partis politiques. Voici d’ailleurs ce que nous disions à ce sujet lorsque nous avons fait l’expérience pour la première fois, en 2007:

    Bien que les calculs ci-dessus soient relativement fiables, il y a tout de même un certain nombre de bémols à souligner :

    • Membres «à renouveler» : Certains partis politiques ont pris l’habitude, lorsqu’ils diffusent des informations sur leur membership, de comptabiliser les membres «à renouveler» (ceux dont l’adhésion est échue depuis un certain temps, généralement moins d’un an) en plus des membres «en règle». Pour notre part, nous préférons souscrire au proverbe anglais disant que «Put your money where your mouth is»; une personne qui est sérieuse dans son affiliation partisane va payer en conséquence et à temps (surtout que 5$ par année, il n’y a pas de quoi ruiner personne). En outre, selon les statuts et règlements de la plupart des partis, un membre dont l’adhésion est «à renouveler» ne peut être actif dans les instances du parti (vote lors des assemblées générales, etc.) s’il n’a pas payé son renouvellement.
    • Adhésions sur plusieurs années : la plupart des partis politiques permettent à leurs membres, s’ils le souhaitent, de payer leur carte de membre sur plusieurs années (jusqu’à trois ans). Or, comme les frais d’adhésion sont déboursés en une seule fois, le paiement total apparaît dans les livres comptables lors de la première année couverte par le versement, ce qui peut fausser légèrement le nombre total d’adhésions lors d’une année donnée. Toutefois, à notre connaissance, cette pratique n’est pas très répandue et la plupart des personnes qui adhèrent à un parti politique renouvellent leur adhésion annuellement.

    Cela étant, en raison des données publiques disponibles, la méthode que nous avons développée semble être la meilleure pour évaluer le nombre approximatif d’adhérents aux partis politiques. En tout cas, nos critiques n’ont jamais été en mesure de proposer une meilleure méthode. ()

  4. Selon la documentation présente sur le site Web de la CAQ, l’adhésion à ce parti est gratuite. Or, des revenus d’adhésion de 4 184$ ont été déclarés en 2012. Pour cette raison, il est impossible de déduire un nombre déterminé d’adhérents comme c’est le cas avec les autres partis. ()

Le Québec politique un 2 et 3 février

  • 3 février 2006: (3 au 5 février) Congrès de fondation du parti Québec solidaire, issue de la fusion de l’Union des forces progressistes et d’Option citoyenne.
  • 3 février 1957: Le député de Vaudreuil-Soulanges, Joseph-Édouard Jeannotte (UN), décède en fonction.
  • 3 février 1956: Discours sur le budget.
  • 3 février 1955: Discours sur le budget.
  • 3 février 1925: Discours sur le budget.
  • 3 février 1905: Trois membres du gouvernement Parent (LIB), soit le député de Montréal division No. 2 et ministre de la Colonisation et des Travaux publics, Lomer Gouin (LIB), le député de Bellechasse et ministre de l’Agriculture, Adélard Turgeon (LIB), et le député d’Argenteuil et ministre sans portefeuille, William Alexander Weir (LIB), démissionnent comme ministres. Cette crise prendra fin le 21 mars suivant avec la démission de Simon-Napoléon Parent comme premier ministre du Québec.
  • 3 février 1876: Le conseiller législatif de Lorimier, Charles-Séraphin Rodier (CON), décède en fonction.
  • 3 février 1842: Le député de Lac des deux Montagnes, Colin Robertson (TOR), décède en fonction.
  • 3 février 1817: William Smith (fils) (BUR) est nommé au Conseil exécutif du Bas-Canada.
  • 2 février 1988: Le député de Roberval, Michel Gauthier (PQ), démissionne comme député.
  • 2 février 1931: Le conseiller législatif de Rigaud, Édouard Ouellette (LIB), décède en fonction.
  • 2 février 1922: Le conseiller législatif de Victoria, George Robert Smith (LIB), décède en fonction.
  • 2 février 1909: Le député de Bellechasse et ex-ministre, Adélard Turgeon (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme conseiller législatif et président du Conseil législatif.
  • 2 février 1909: Élections partielles dans Bellechasse et Hochelaga, remportées sans opposition par Antonin Galipeault (LIB) et Jérémie-Louis Décarie (LIB), ministre de l’Agriculture dans le gouvernement Gouin.
  • 2 février 1875: Discours sur le budget.
  • 2 février 1818: Mgr Joseph-Octave Plessis, évêque de Québec, qui avait été nommé au Conseil législatif du Bas-Canada le 20 octobre 1817, prête serment comme conseiller législatif.

Sondage CROP-Gesca d’août 2012 (2)

Sondage CROP-Gesca paru dans La Presse et Le Soleil le 16 août 2012 (rapport d’analyse non disponible).

Intentions de vote au Québec après répartition proportionnelle des indécis (19%):(1):

  • PQ: 34% (+2)
  • LIB: 27% (-2)
  • CAQ: 25% (+4)
  • QS: 7% (-1)
  • VRT: 3% (=)
  • OPN: 2% (=)
  • Autres: 1% (-3)
Intentions de vote - CROP - 16 août 2012

Intentions de vote – CROP – 16 août 2012

Intentions de vote avant répartition proportionnelle des 19% d’indécis: PQ 28%, LIB 22%, CAQ 20%.

Autres résultats publiés:

  • Intentions de vote (francophones): PQ 39%, CAQ 26%, LIB 21%, QS 4%, VRT 3%, OPN 2%, autres 2%.
  • Intentions de vote (non francophones): LIB 57%, CAQ 20%, PQ 12%, QS 9%, VRT 2%, OPN 0%, autres 0%.
  • Intentions de vote (Montréal métro): PQ 33%, LIB 28%, CAQ 23%, QS 10%, OPN 4%, VRT 2%, autres 2%.
  • Intentions de vote (Québec métro): LIB 32%, PQ 30%, CAQ 26%, QS 5%, OPn 4%, VRT 2%, autres 1%.
  • Intentions de vote (reste du Québec): PQ 36%, CAQ 26%, LIB 23%, VRT 6%, QS 5%, OPN 1%, autres 1%.
  • Intentions de vote (femmes): PQ 40%, LIB 27%, CAQ 20%.
  • Meilleur premier ministre: François Legault (CAQ): 25% (+3), Jean Charest (LIB): 23% (-3), Pauline Marois (PQ): 23% (-2), Amir Khadir (QS): 5% (+1), Jean-Martin Aussant (OPN): 2% (=), aucun: 7% (=).

Méthodologie

Le sondage téléphonique a été réalisé du 12 au 14 août 2012 auprès de 1005 répondants. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l’âge, la région de résidence, la langue d’usage à la maison, la langue maternelle et le niveau de scolarité des répondants. La marge d’erreur maximale est de 3,1%, 19 fois sur 20.

Notes:

  1. Les chiffres entre parenthèses indiquent les variations par rapport au 1er sondage CROP d’août 2012. ()

Membership des partis politiques en 2011

Le Directeur général des élections a dévoilé les rapports financiers complets des partis politiques autorisés pour l’année financière 2011 (du 1er janvier au 31 décembre), incluant les instances politiques autorisées (associations de circonscription, associations régionales, etc.).

Déduire le membership des partis

Nous avons pris l’habitude ces dernières années de calculer le membership des partis politiques à partir des données contenues dans leurs rapports financiers et ceux de leurs instances (pour ceux que ça intéresse, vous pouvez consulter nos articles précédents sur les rapports financiers de 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010). Puisque la Loi électorale oblige les partis à comptabiliser distinctement les «revenus d’adhésion»(1), il est possible, en connaissant le coût annuel d’une carte de membre (information disponible sur le site Web des partis politiques), de déduire le nombre d’adhésions à un parti politique en 2010(2).

Combien d’adhésions aux partis en 2011?

Selon les rapports financiers des 19 partis politiques autorisés au 31 décembre 2011 et de leurs instances, le nombre d’adhésions à chaque parti politique serait le suivant:

  • Parti libéral du Québec: 81 693 adhésions (revenus d’adhésion: 408 465$, prix annuel d’une carte, 5$);
  • Parti québécois: 38 540 adhésions (revenus d’adhésion: 192 700$, prix annuel d’une carte, 5$);
  • Québec solidaire: 5 224 adhésions (revenus d’adhésion: 26 122$, prix annuel d’une carte, 5$);
  • Action démocratique du Québec: 1 574 adhésions (revenus d’adhésion: 15 740$, prix annuel d’une carte, 10$);
  • Option nationale: 1 150 adhésions (revenus d’adhésion: 11 495$, prix annuel d’une carte, 5$);
  • Coalition avenir Québec: ND (revenus d’adhésion: 2 936$, prix annuel d’une carte, 0$ (en théorie));
  • Parti vert du Québec: 257 adhésions (revenus d’adhésion: 1 285$, prix annuel d’une carte, 10$);
  • Parti indépendantiste: 208 adhésions (revenus d’adhésion: 1 040$, prix annuel d’une carte, 5$);
  • Parti communiste du Québec: ND (revenus d’adhésion: 458$);
  • Bloc pot: ND (revenus d’adhésion: 245$);
  • Parti marxiste-léniniste du Québec: ND (revenus d’adhésion: 160$);
  • Parti démocratie chrétienne du Québec: 19 adhésions (revenus d’adhésion: 95$, prix annuel d’une carte, 5$);
  • Québec – Révolution démocratique: ND (revenus d’adhésion: 60$);
  • Mouvement équité au Québec: 3 (revenus d’adhésion: 15$);
  • Nouvelle alliance Québec-Canada: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti égalité: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti nul: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Parti conservateur du Québec: ND (revenus d’adhésion: 0$);
  • Affiliation Québec: ND (pas de rapport financier).

Membership des principaux partis politiques québécois, 1999-2011

Pour l’année 2011 cependant, certaines variables viennent introduire une dose d’incertitude dans le calcul du membership des partis politiques.

  • Dans le cas de l’Action démocratique du Québec, le coût annuel d’une carte de membre a augmenté de 5$ à 10$ en 2010. Puisqu’il n’est pas possible de savoir avec exactitude à quel moment cette augmentation est entrée en vigueur – et encore moins à quel moment dans l’année les cartes ont été vendues – il existe une certaine incertitude quant au nombre d’adhésions en 2011. Aux fins de cet article, nous avons émis comme hypothèse que toutes les adhésions vendues en 2011 l’ont été à 10$, ce qui pourrait avoir pour effet de sous-estimer le nombre d’adhérents à l’ADQ lors de sa dernière année d’existence.
  • Pour ce qui est de la Coalition avenir Québec, des revenus d’adhésion de 2 936$ ont été déclarés en 2011. Pourtant, officiellement, l’adhésion à ce parti est gratuite. Pour cette raison, il est impossible de déduire un nombre déterminé d’adhérents comme c’est le cas avec les autres partis.
  • Option nationale n’a pas encore atteint sa première année d’existence. Il est donc trop tôt pour voir si les revenus d’adhésion perçus en 2011 (le parti a été autorisé par le DGE à la fin d’octobre 2011) reflètent la situation réelle du parti où s’ils ne sont qu’une fraction de ce qu’il peut percevoir en 12 mois. La même situation s’appliquerait à la CAQ si l’adhésion à ce parti n’était pas gratuite.

Notes:

  1. Les revenus d’adhésion sont définis dans la Loi électorale comme «un montant de 50 $ ou moins payé annuellement par une personne physique à un parti pour en être membre» ()
  2. Nous sommes conscients que cette méthode n’est pas entièrement parfaite et qu’il existe certains éléments d’incertitude dans l’évaluation du membership des partis politiques. Voici d’ailleurs ce que nous disions à ce sujet lorsque nous avons fait l’expérience pour la première fois, en 2007:

    Bien que les calculs ci-dessus soient relativement fiables, il y a tout de même un certain nombre de bémols à souligner :

    • Membres «à renouveler» : Certains partis politiques ont pris l’habitude, lorsqu’ils diffusent des informations sur leur membership, de comptabiliser les membres «à renouveler» (ceux dont l’adhésion est échue depuis un certain temps, généralement moins d’un an) en plus des membres «en règle». Pour notre part, nous préférons souscrire au proverbe anglais disant que «Put your money where your mouth is»; une personne qui est sérieuse dans son affiliation partisane va payer en conséquence et à temps (surtout que 5$ par année, il n’y a pas de quoi ruiner personne). En outre, selon les statuts et règlements de la plupart des partis, un membre dont l’adhésion est «à renouveler» ne peut être actif dans les instances du parti (vote lors des assemblées générales, etc.) s’il n’a pas payé son renouvellement.
    • Adhésions sur plusieurs années : la plupart des partis politiques permettent à leurs membres, s’ils le souhaitent, de payer leur carte de membre sur plusieurs années (jusqu’à trois ans). Or, comme les frais d’adhésion sont déboursés en une seule fois, le paiement total apparaît dans les livres comptables lors de la première année couverte par le versement, ce qui peut fausser légèrement le nombre total d’adhésions lors d’une année donnée. Toutefois, à notre connaissance, cette pratique n’est pas très répandue et la plupart des personnes qui adhèrent à un parti politique renouvellent leur adhésion annuellement.

    Cela étant, en raison des données publiques disponibles, la méthode que nous avons développée semble être la meilleure pour évaluer le nombre approximatif d’adhérents aux partis politiques. En tout cas, nos critiques n’ont jamais été en mesure de proposer une meilleure méthode. ()

9 candidats dans Argenteuil; 10 candidats dans LaFontaine

La période de mise en candidature des élections partielles dans Argenteuil et LaFontaine a pris fin à 14h samedi (le 26 mai). Le DGE a confirmé peu après que 19 candidats seront en lice le 11 juin 2012:

Argenteuil

Mario Laframboise (Coalition avenir Québec)

Georges Lapointe (Indépendant)

Jean Lecavalier (Parti conservateur du Québec)

Gérald Nicolas (Équipe autonomiste)

Lise Proulx (Parti libéral du Québec)

Roland Richer (Parti québécois)

Claude Sabourin (Parti vert du Québec)

Patrick Sabourin (Option nationale)

Yvan Zanetti (Québec solidaire)

LaFontaine

Marc-André Beauchesne (Indépendant)

Gaëtan Bérard (Parti vert du Québec)

Renaud Blais (Parti nul)

Guy Boivin (Équipe autonomiste)

Domenico Cavaliere (Coalition avenir Québec)

Patrice Raza (Parti conservateur du Québec)

Sébastien Rivard (Québec solidaire)

Frédéric St-Jean (Parti québécois)

Marc Tanguay (Parti libéral du Québec)

Paolo Zambito (Option nationale)

Le point sur les candidatures: semaine du 16 mai 2012

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 27 (21,6%(4)) 0 0
Parti québécois 63 (50,4%) 7 0
Coalition avenir Québec 58 (46,4%) S.O. S.O.
Québec solidaire 66 (52,8%) 4 4
Option nationale 13 (10,4%) N.D. N.D.
Parti vert du Québec 2 (1,6%) N.D. N.D.
40e élection générale - Investitures des principaux partis politiques - progression

40e élection générale - Investitures des principaux partis politiques - progression

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()
  4. Pourcentage de circonscriptions électorales où un candidat a été officiellement nommé. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 9 mai 2012

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 24 (19,2%(4)) 0 0
Parti québécois 60 (48,0%) 7 1
Coalition avenir Québec 45 (36,0%) S.O. S.O.
Québec solidaire 66 (52,8%) 4 3
Option nationale 7 (5,6%) N.D. N.D.
Parti vert du Québec 1 (0,8%) N.D. N.D.
40e élection générale - Investitures des principaux partis politiques - progression

40e élection générale - Investitures des principaux partis politiques - progression

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()
  4. Pourcentage de circonscriptions électorales où un candidat a été officiellement nommé. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 30 avril 2012

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 22 (17,7%(4)) 0 1
Parti québécois 53 (42,4%) 6 4
Coalition avenir Québec 45 (36,0%) S.O. S.O.
Québec solidaire 64 (51,2%) 4 4
Option nationale 5 (4,0%) N.D. N.D.
Parti vert du Québec 1 (0,8%) N.D. N.D.
40e élection générale - Investitures des principaux partis politiques - progression

40e élection générale - Investitures des principaux partis politiques - progression

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()
  4. Pourcentage de circonscriptions électorales où un candidat a été officiellement nommé. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 23 avril 2012

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 17 (13,6%(4)) 0 2
Parti québécois 49 (39,2%) 6 3
Coalition avenir Québec 40 (32,0%) S.O. S.O.
Québec solidaire 60 (48,0%) 4 4
Option nationale 4 (3,2%) N.D. N.D.
Parti vert du Québec 1 (0,8%) N.D. N.D.

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()
  4. Pourcentage de circonscriptions électorales où un candidat a été officiellement nommé. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 16 avril 2012

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 16 (12,8%(4)) 0 2
Parti québécois 49 (39,2%) 6 1
Coalition avenir Québec 32 (25,6%) S.O. S.O.
Québec solidaire 56 (44,8%) 4 5

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()
  4. Pourcentage de circonscriptions électorales où un candidat a été officiellement nommé. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 9 avril 2012

Voici où en sont les principaux partis politiques dans leur processus de sélection des candidats en date du 9 avril 2012:

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 10 (8,0%(4)) 0 1
Parti québécois 36 (28,8%) 5 6
Coalition avenir Québec 18 (14,4%) S.O. S.O.
Québec solidaire 55 (44,0%) 4 4

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()
  4. Pourcentage de circonscriptions électorales où un candidat a été officiellement nommé. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 19 mars 2012

En date du 18 mars 2012, le portrait est le suivant:

Parti Candidats officiels(1) Investitures contestées(2) Investitures à venir(3)
Parti libéral du Québec 6 0 N.D.
Parti québécois 18 1 9
Coalition avenir Québec 8 S.O. S.O.
Québec solidaire 50 4 8

À voir également:

Notes:

  1. Nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti. ()
  2. Nombre d’assemblées d’investiture où il y avait 2 candidats en lice ou plus. ()
  3. Nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. ()

Le point sur les candidatures: semaine du 12 mars 2012

Nous débutons aujourd’hui une chronique (à peu près) hebdomadaire sur le processus de sélection des candidats des principaux partis politiques en vue de la prochaine élection générale. Sur la base des nouvelles dans les médias (principalement des médias locaux et régionaux) et des sorties de presse des diverses instances des principaux partis politiques (communiqués, sites web, médias sociaux, etc.), nous ferons périodiquement un bilan de l’état d’avancement du processus de sélection des candidats.

Pour cette semaine, le portrait ressemble à ceci:

Parti Candidats officiels (au 11 mars incl.) Investitures à venir (d’ici au 11 avril incl.)
Parti libéral du Québec 6 N.D.
Parti québécois 11 11
Coalition avenir Québec 7 S.O.
Québec solidaire 33 22
  • Le nombre de candidats officiels correspond nombre de candidats officiels nommés conformément au processus de sélection du parti c’est-à-dire, dans la plupart des cas, en assemblée d’investiture. Le cas de la Coalition avenir Québec est un peu particulier puisque les dirigeants du parti ont indiqué d’entrée de jeu qu’il n’y aurait aucune assemblée d’investiture en vue de la prochaine élection générale, les candidats étant tous nommés par le chef du parti, M. François Legault. Par conséquent, seront comptés comme candidats officiels de la CAQ ceux qui auront été annoncés par les instances officielles du parti.
  • Le nombre d’investitures à venir correspond au nombre d’assemblées d’investiture convoquées et publicisées pour les 30 prochains jours. Nous insistons sur le mot «publicisées» car les partis n’ont pas des politiques uniformes de divulgation de l’information. D’un côté du spectre, le PLQ a eu tendance jusqu’à présent à ne pas publiciser d’avance la date de ses assemblées d’investiture tandis que d’un autre côté, QS a tendance à publiciser davantage ce genre d’information(1). Par conséquent, le nombre d’assemblées d’investiture que nous recensons ici est vraisemblablement inférieur au nombre réel d’assemblées convoquées.

Par ailleurs, vous pouvez nous suivre sur Twitter (@QuebecPolitique) pour avoir une revue de presse (relativement) à jour des nouvelles et rumeurs parues dans les médias (Untel songe à se présenter pour le Parti X; Telautre ne veut plus être candidat du Parti Y, Chose affrontera Machin à l’investiture du Parti Z, etc.). Ces informations sont également reprises dans nos listes de candidats. Nous sommes en mode rattrapage à cet égard, mais nous prévoyons compléter une mise à jour de l’ensemble des 125 circonscriptions le week-end prochain (pour l’instant, les comtés de A à M sont à jour). Enfin, nous avons un calendrier des assemblées d’investiture qui, lui, est à jour à la lumière de l’information qui est rendue publique par les différents partis.

Notes:

  1. Avis aux adeptes des théories du complot: inutile d’invoquer un soi-disant agenda caché pour dénoncer une quelconque «partisanerie» dans notre couverture des assemblées d’investiture. Si certains partis sont sur/sous-représentés par rapport à d’autres, c’est uniquement en raison de leur propension (ou de leur absence d’intérêt) à diffuser l’information sur leur processus de sélection des candidats. ()

Composition de l’Assemblée nationale au 14 février 2012

En date du 14 février 2012, à la suite de l’entrée en vigueur de la fusion intervenue entre l’Action démocratique du Québec et la Coalition avenir Québec en décembre 2011, la composition de l’Assemblée nationale du Québec est la suivante:

3 nouvelles candidatures pour Québec solidaire

Plusieurs candidatures ont été annoncées aujourd’hui dans l’entourage de Québec solidaire en vue des assemblées d’investiture qui doivent avoir lieu au cours des prochaines semaines dans les Laurentides et dans Lanaudière.

  • Berthier: Mme Louise Beaudry, travailleuse communautaire maintenant à la retraite, sera candidate à l’assemblée d’investiture de Québec solidaire dans Berthier, laquelle aura lieu le 30 septembre prochain. Il semble qu’elle sera la seule candidate en lice (source: L’Action).
  • Prévost: Vincent Lemay-Thivierge, chanteur du groupe Les Belvédères et frère de l’autre, sera candidat à l’assemblée d’investiture dans Prévost qui doit avoir lieu le 1er novembre prochain. Il semble que Lise Boivin, candidate défaite (QS) lors de l’élection générale de 2008 dans Prévost, soit également intéressée à la candidature dans cette circonscription. Toutefois, il est également possible qu’elle présente sa candidature dans Bertrand en vue de la prochaine élection générale (source: L’Écho du nord).

Poursuivez la lecture de «3 nouvelles candidatures pour Québec solidaire»→

Sondage CROP Gesca de septembre 2011

Moins de 24 heures après la publication du dernier sondage Léger Marketing, c’est à un sondage CROP que nous avons droit ce matin dans La Presse et Le Soleil.

Fidèles à leur habitude (malheureusement), les résultats diffusés dans les jounraux sont incomplets, mais heureusement, le rapport d’analyse a été rapidement mis en ligne, ce qui nous permettra de compléter. Cela étant, après répartition proportionnelle des indécis (27%) les intentions de vote au Québec se répartiraient comme suit(1):

  • LIB: 28% (-5)
  • PQ: 28% (+1)
  • ADQ: 18% (+2)
  • QS: 11% (=)
  • VRT: 7% (+2)
  • Autres: 9% (=)

Avant répartition proportionnelle des 27% d’indécis, les intentions de vote seraient: LIB 20%, PQ 20%, ADQ 13%, QS 8%, VRT 5%, autres 7%.

Parmi les principaux chiffres qui sont divulgués, mentionnons:

  • Intentions de vote (francophones): PQ 32%, LIB 21%, ADQ 19%, QS 13%, VRT 5%, autres 11%.
  • Intentions de vote (non-francophones): LIB 65%, VRT 15%, ADQ 12%, PQ 4%, QS 2%, autres 2%.
  • Intentions de vote (Montréal métro): LIB 30%, PQ 27%, ADQ 12%, QS 12%, VRT 10%, autres 9%.
  • Intentions de vote (Québec métro): ADQ 37%, LIB 28%, PQ 17%, QS 6%, VRT 5%, autres 6%.
  • Intentions de vote (ailleurs en région): PQ 32%, LIB 25%, ADQ 19%, QS 11%, VRT 4%, autres 10%.
  • Taux de satisfaction: 66% (+2) des répondants affirment être «très» ou «plutôt» insatisfaits à l’endroit du gouvernement Charest tandis que 28% (-3) se disent «très» ou «plutôt» satisfaits.
  • Meilleur premier ministre: Jean Charest (LIB): 19% (-3), Pauline Marois (PQ): 10% (-4), Gérard Deltell (ADQ): 8% (+1), Amir Khadir (QS): 8% (+1), Claude Sabourin (VRT): 1% (=), aucun: 36%. À 36%, M. Aucun obtient son score le plus élevé dans un sondage CROP depuis la dernière élection générale.
  • Souveraineté: Après répartition des indécis, si un référendum portant sur la souveraineté avait lieu ces jours-ci, 36% des répondants voteraient «oui» et 64% voteraient «non».
  • Si François Legault était (officiellement) dans la course: dans l’hypothèse où la Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ) de François Legault devait devait devenir un parti politique, les intentions de vote après répartition des indécis iraient comme suit: CAQ 33%, LIB 24%, PQ 18%, ADQ 11%. Les résultats pour QS et les Verts ne sont pas disponibles dans le rapport d’analyse, donc nous ne pouvons compléter les résultats.
  • S’il devait y avoir une alliance CAQ/ADQ: dans l’hypothèse où François Legault devait former une alliance avec l’ADQ, les intentions de vote après répartition des indécis iraient comme suit: CAQ/ADQ 38%, LIB 27%, PQ 20%. Les résultats pour QS et les Verts ne sont pas disponibles.

Le sondage Web a été réalisé du 14 au 19 septembre 2011 auprès d’environ 1000 répondants. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l’âge, la région de résidence, la langue d’usage à la maison, la langue maternelle et le niveau de scolarité des répondants. De plus, une série de questions tirées de l’étude annuelle 3SC portant sur les valeurs ont été ajoutées au questionnaire pour pondérer l’échantillon en fonction des valeurs personnelles des répondants à partir d’un échantillon probabiliste. Compte tenu du caractère non probabiliste de l’échantillon, le calcul de la marge d’erreur ne s’applique pas.

Notes:

  1. Les chiffres entre parenthèses indiquent les variations par rapport au sondage CROP d’août 2011. ()

Sondage Léger Marketing Le Devoir de septembre 2011

Le Devoir a publié cet après-midi sur LeDevoir.com (ce qui se retrouvera probablement dans la version papier de demain) les résultats du dernier sondage Léger marketing portant sur le climat politique au Québec. D’ailleurs, le rapport d’analyse, en date de mardi (!!!), est déjà en ligne.

Après répartition proportionnelle des 22% d’indécis, les intentions de vote au Québec entre le 12 et le 15 septembre derniers se répartiraient comme suit(1):

  • LIB: 31% (-3)
  • PQ: 26% (+2)
  • ADQ: 16% (+2)
  • QS: 9% (-3)
  • VRT: 5% (=)
  • Autres: 13% (+2)

Avant répartition proportionnelle des 22% d’indécis, les intentions de vote sont: LIB 24%, PQ 20%, ADQ 13%, QS 7%, VRT 4%, autres 10%.

D’autres aspects du climat politique au Québec sont étudiés dans ce sondage. Les principaux sont:

  • Intentions de vote (francophones): PQ 30%, LIB 25%, ADQ 17%, QS 10%, VRT 4%, autres 14%.
  • Intentions de vote (autres langues): LIB 56%, ADQ 12%, VRT 12%, PQ 6%, QS 4%, autres 10%.
  • Intentions de vote (RMR(2) de Montréal): LIB 33%%, PQ 25%, ADQ 13%, QS 11%, VRT 8%, autres 9%.
  • Intentions de vote (RMR de Québec): LIB 32%, ADQ 27%, PQ 22%, QS 7%, VRT 2%, autres 10%.
  • Intentions de vote (reste du Québec): LIB 29%, PQ 28%, ADQ 17%, QS 7%, VRT 3%, autres 16%.
  • Satisfaction envers le gouvernement: 28% des répondants sont «très satisfaits» ou «satisfaits» du gouvernement du Québec dirigé par Jean Charest tandis que 64% se disent «très insatisfaits» ou «insatisfaits» de ce gouvernement. 8% ne savent pas ou refusent de répondre.
  • Meilleur premier ministre: Avant répartition des indécis, les résultats sont: François Legault: 25%, Jean Charest (LIB): 19%, Pauline Marois (PQ): 20%, Amir Khadir (QS): 6%, Gérard Deltell (ADQ): 4%, Claude Sabourin (VRT): 1%. 35% n’en préfèrent aucun ou ne savent pas.
  • Meilleur premier ministre (francophones): Avant répartition des indécis, les résultats sont: François Legault: 29%, Jean Charest (LIB): 16%, Pauline Marois (PQ): 12%, Amir Khadir (QS): 7%, Gérard Deltell (ADQ): 4%, CLaude Sabourin (VRT): 1%. 31% n’en préfèrent aucun ou ne savent pas.
  • Politique fiction: s’il existait un parti dirigé par François Legault: dans l’hypothèse etc., etc., etc., les intentions de vote après répartition des indécis (21%) iraient comme suit(3):
    • Intentions de vote: CAQ 34% (+3), LIB 25% (-2), PQ 17% (+1), ADQ 9% (-1), QS 7% (-1), VRT 6% (+2), autres 2% (-2).
    • Intentions de vote (francophones): CAQ 37%, LIB 20%, PQ 20%, ADQ 9%, QS 8%, VRT 4%, autres 2%.
    • Intentions de vote (autres langues): LIB 46%, CAQ 19%, VRT 16%, ADQ 7%, PQ 5%, QS 3%, autres 4%.
    • Intentions de vote (RMR de Montréal): CAQ 29%, LIB 27%, PQ 16%, QS 10%, VRT 8%, ADQ 7%, autres 3%.
    • Intentions de vote (RMR de Québec): CAQ 28%, LIB 27%, PQ 17%, ADQ 17%, QS 7%, VRT 2%, autres 2%.
    • Intentions de vote (reste du Québec): CAQ 40%, LIB 22%, PQ 19%, ADQ 8%, QS 5%, VRT 5%, autres 1%.
    • Fusion CAQ/ADQ: 25% des répondants seraient favorables «à ce que l’éventuel parti de François Legault fusionne avec l’Action démocratique du Québec». 15% y seraient défavorables et 41% seraient indifférents envers cette éventualité.

Le sondage Internet a été réalisé du 12 au 15 septembre 2011 auprès de 1 005 répondants. Les données finales du sondage ont été pondérées selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, le degré de scolarité, la composition du foyer (avec ou sans enfant) et la région, de façon à garantir un échantillon représentatif de la population québécoise. Les répondants à cette étude ont été sélectionnés aléatoirement à partir du panel Internet LégerWeb, comprenant plus de 350 000 ménages canadiens selon un procédé de stratification des listes d’invitation assurant la représentativité optimale des répondants. Les panélistes ont été recrutés aléatoirement à partir des enquêtes téléphoniques aléatoires de Léger Marketing ou par référencement de panélistes déjà inscrits. De nombreux contrôles de qualité assurent la représentativité et la fiabilité des sondages Léger Marketing issus de son panel d’internautes.

Notes:

  1. Les chiffres entre parenthèses indiquent la variation par rapport au sondage Léger Marketing/QMI d’août 2011. ()
  2. RMR: Région métropolitaine de recensement. ()
  3. La question posée est:
    Si un nouveau parti politique dirigé par François Legault existait, pour laquelle des formations politiques suivantes voteriez-vous si des élections provinciales avaient lieu aujourd’hui ?

    ()

Patricia Chartier, candidate de QS dans Bonaventure

La Presse canadienne rapporte ce soir l’identité de la candidate de Québec solidaire à l’occasion de la prochaine élection partielle dans la circonscription de Bonaventure. Il s’agirait de Mme Patricia Chartier, qui est actuellement attachée politique du député fédéral de Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone (NPD). Il semble que la principale intéressée aurait confirmé elle-même la nouvelle aux journalistes de la Presse canadienne. Toutefois, il n’y a pas mention de cette candidature, ni d’une quelconque assemblée d’investiture, sur le site Web de Québec solidaire au moment d’écrire ces lignes.

Ce ne serait pas la première fois que Mme Chartier porterait les couleurs de Québec solidaire dans Bonaventure. Candidate lors de l’élection générale de 2008, elle avait alors obtenu 3,20% des bulletins valides, terminant au 4e rang sur 4 candidats.

Poursuivez la lecture de «Patricia Chartier, candidate de QS dans Bonaventure»→

Sondage CROP Gesca d’août 2011

C’est aujourd’hui la rentrée politique automnale pour CROP, La Presse et Le Soleil ayant publié ce matin les résultats du sondage mensuel de CROP sur le climat politique du Québec. Après répartition proportionnelle des indécis, dont le nombre n’a pas été divulgué, les intentions de vote au Québec se répartiraient comme suit(1):

  • LIB: 33% (-2)
  • PQ: 27% (-2)
  • ADQ: 16% (-1)
  • QS: 11% (-+4)
  • VRT: ND
  • Autres: ND

Les 2 articles ne nous ensevelissent pas sous une tonne de données, mais parmi les principaux chiffres qui sont divulgués, mentionnons:

  • Taux de satisfaction: 64% (+1) des répondants affirment être «très» ou «plutôt» insatisfaits à l’endroit du gouvernement Charest tandis que 31% (-1) se disent «très» ou «plutôt» satisfaits.
  • Meilleur premier ministre: Jean Charest (LIB): 22% (=), Pauline Marois (PQ): 14% (-1). Pour les autres chefs de partis, c’est le black out.
  • Souveraineté: Après répartition des indécis, si un référendum portant sur la souveraineté avait lieu ces jours-ci, 38%des répondants voteraient «oui» et 62% voteraient «non».
  • Politique fiction: s’il existait un parti dirigé par François Legault: dans l’hypothèse où la Coalition pour l’avenir du Québec (CAQ) de François Legault devait devait devenir un parti politique, les intentions de vote après répartition des indécis iraient comme suit: CAQ 38%, LIB 27%, PQ 18%, QS 7%, ADQ 5%, VRT 4%, autres 1%.
  • Politique fiction: s’il devait y avoir une alliance CAQ/ADQ: dans l’hypothèse où François Legault devait former une alliance avec l’ADQ, les intentions de vote après répartition des indécis iraient comme suit: CAQ/ADQ 40%, LIB 27%, PQ 18%. Les résultats pour QS et les Verts ne sont pas disponibles.

Plus de détails suivront lorsque le rapport d’analyse de la firme CROP sera mis en ligne, ce qui pourrait arriver au cours de la journée.

(MàJ 27 août 2011: Il est un peu tard pour mettre cet article à jour à la suite de la publication du rapport d’analyse (format pdf), mais nous avons ajouté les données à jour ici. Malheureusement, le rapport de CROP ne présente pas les données sur les questions touchant l’éventuel parti de François Legault.)

Le sondage Web a été réalisé du 17 au 22 août 2011 auprès d’environ 1000 répondants. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l’âge, la région de résidence, la langue d’usage à la maison, la langue maternelle et le niveau de scolarité des répondants. De plus, une série de questions tirées de l’étude annuelle 3SC portant sur les valeurs ont été ajoutées au questionnaire pour pondérer l’échantillon en fonction des valeurs personnelles des répondants à partir d’un échantillon probabiliste. Compte tenu du caractère non probabiliste de l’échantillon, le calcul de la marge d’erreur ne s’applique pas.

Notes:

  1. Les chiffres entre parenthèses indiquent les variations par rapport au sondage CROP de juin 2011. ()