Categories

A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Le Québec politique du 12 au 18 août

  • 12 août 1836: Élections partielles dans Saint Maurice, remportées par François Lesieur Desaulniers (PAT) et Alexis Bareil dit Lajoie (PAT).
  • 12 août 1866: Le député de Sherbrooke et ministre des Finances, Alexander Tilloch Galt (CON), démissionne comme ministre.
  • 12 août 1964: Le député de Montréal-Verdun, George O’Reilly (LIB), démissionne comme député à la suite de sa nomination comme conseiller législatif de La Durantaye.
  • 12 août 1967: Prorogation de la 1re session du 28e Parlement du Québec.
  • 12 août 1991: Élection partielle dans Montmorency, remportée par Jean Filion (PQ).
  • 13 août 1863: Ouverture de la 1re session du 8e Parlement de la province du Canada.
  • 13 août 1863: Le député de Hastings South (Haut-Canada), Lewis Wallbridge (BLE), est nommé orateur de l’Assemblée législative de la Province du Canada.
  • 13 août 2007: Le député de Charlevoix et ex-ministre, Rosaire Bertrand (PQ), démissionne comme député.
  • 14 août 1802: John Elmsley (BUR) est nommé juge en chef du Bas-Canada et membre du Conseil exécutif du Bas-Canada.
  • 14 août 1832: Élection partielle dans Yamaska, remportée par Léonard Godefroi de Tonnancour (PAT).
  • 14 août 1882: Élection partielle dans Beauce, remportée sans opposition par Jean Blanchet (Beauce) (CON), secrétaire et registraire de la Province dans le gouvernement Mousseau.
  • 14 août 1985: Le Parti indépendantiste obtient officiellement le statut de parti politique autorisé.
  • 14 août 2006: Élections partielles dans Pointe-aux-Trembles et Taillon, remportées par André Boisclair (PQ), chef du Parti québécois, et Marie Malavoy (PQ).
  • 15 août 1853: Le conseiller législatif, président du Conseil législatif et membre du Conseil exécutif, René-Édouard Caron (REF), démissionne comme ministre à la suite de sa nomination comme juge de la Cour supérieure du Bas-Canada.
  • 15 août 1863: Élection partielle dans Bagot, remportée par Maurice Laframboise (ROU), commissaire des Travaux publics dans le ministère Macdonald-Dorion.
  • 15 août 1866: Prorogation de la 5e session du 8e Parlement de la Province du Canada. C’était la dernière session parlementaire sous le régime de l’Union.
  • 15 août 1930: Le conseiller législatif de Wellington, William Frederick Vilas (LIB), démissionne comme membre du Conseil législatif afin d’être candidat à une élection fédérale.
  • 15 août 1931: William Stephen Bullock (LIB) est nommé conseiller législatif de Wellington.
  • 16 août 1822: Le député de Québec, Louis Gauvreau (n.a.), décède en fonction.
  • 16 août 1858: Sanction de l’«Acte pour définir le Droit Électoral, pour pourvoir à l’inscription des Électeurs, et pour d’autres fins y mentionnés» (S.P.C., 1858 (22 Vict.), c.82), qui prévoit notamment l’obligation de dresser des listes électorales dans chaque circonscription ainsi que l’obligation d’y être inscrit pour être admis à voter.
  • 16 août 1858: Prorogation de la 1re session du 6e Parlement de la province du Canada.
  • 16 août 1944: Le député de Montréal–Sainte-Marie, ex-chef du Parti conservateur et ex-maire de Montréal, Camillien Houde (ind.), est libéré après quatre ans d’emprisonnement pour son opposition à la conscription.
  • 17 août 1829: Sanction de l’«Acte pour faire une division nouvelle et plus commode de la province en comtés, afin d’avoir une représentation dans l’Assemblée plus égale que ci-devant» (S.P.B.C., 1829 (9, Geo. IV), c.73), qui prévoit une première refonte de la carte électorale du Bas-Canada. Le nombre de circonscriptions passe de 27 à 44 et le nombre de députés à la Chambre d’assemblée de 50 à 84.
  • 17 août 1842: Élection partielle dans Outaouais, remportée par Denis-Benjamin Papineau (PAT).
  • 17 août 1853: Le député de St. Hyacinthe, Louis-Victor Sicotte (REF), est nommé commissaire des Terres de la Couronne dans le ministère Hincks-Morin.
  • 17 août 1887: Le conseiller législatif d’Inkerman, George Bryson (père) (CON), démissionne comme membre du Conseil législatif.
  • 17 août 1910: Élection partielle dans Sherbrooke, remportée sans opposition par Calixte-Émile Therrien (LIB).
  • 17 août 1912: Le député de Verchères, Amédée Geoffrion (LIB), démissionne comme député.
  • 17 août 1922: Élection partielle dans Labelle, remportée par Désiré Lahaie (LIB).
  • 17 août 1936: 20e élection générale à l’Assemblée législative du Québec:
  • 17 août 2004: Le député de Gouin et leader parlementaire de l’Opposition officielle, André Boisclair (PQ), démissionne comme député.
  • 18 août 1837: Ouverture de la 4e session du 15e Parlement du Bas-Canada.
  • 18 août 1876: Élection partielle dans Nicolet, remportée par Charles-Édouard Hodge (CON).
  • 18 août 1887: Le conseiller législatif de Kennebec, Elzéar Gérin (CON), décède en fonction.
  • 18 août 1911: Le conseiller législatif de La Durantaye, Édouard Burroughs Garneau (LIB), décède en fonction.
  • 18 août 2005: La députée de Taillon et ex-ministre, Pauline Marois (PQ), devient officiellement candidate à la direction du Parti québécois.

Élection partielle dans Charlevoix: nos observations

Maintenant que les résultats ont tous été compilés, voici une petite analyse post-électorale à chaud:

  • Le moins que l‘on puisse dire, c‘est que le vote est sorti aujourd‘hui dans Charlevoix, surtout pour une partielle. Le taux de participation s‘élève à 58,47%, ce qui représente une baisse de 15,5% par rapport à la dernière élection générale. C‘est donc un taux de participation fort honorable dans les circonstances, surtout par rapport à l‘élection partielle qui avait marqué le retour d‘André Boisclair à l‘Assemblée nationale (32,35% dans Pointe-aux-Trembles le 14 août 2006).
  • Du côté du PQ, c‘est une victoire assez claire. En nombres absolus, le PQ a obtenu 2 281 voix additionnelles par rapport au 26 mars dernier. On a vraisemblablement bénéficié de l‘appui d‘électeurs qui avaient voté pour le Parti libéral il y a six mois, mais mathématiquement parlant, les libéraux orphelins auraient pu rester chez eux et ça n‘aurait fait aucune différence.
  • Pour ce qui est de l‘ADQ, on n‘est pas parvenu à capitaliser suffisamment sur l‘absence du joueur libéral sur la glace. Avec 37,04% des voix, on n‘atteint pas le résultat de Rosaire Bertrand le 26 mars dernier, quoique le PQ se fait chauffer de près si on ne tient compte que du pourcentage (vu que c‘est une élection partielle, nous ne tenons pas du nombre de voix, seulement du pourcentage). On ne peut donc pas affirmer sérieusement que la victoire de Pauline Marois n‘a été rendue possible qu‘avec l‘appui des électeurs libéraux (mathématiquement en tout cas). Mais tout n‘est pas négatif: le parti a augmenté ses appuis de plus de 6% dans Charlevoix depuis le mois de mars. En nombre absolus, l‘ADQ ne perd que 311 voix par rapport à la dernière élection générale, ce qui n‘est pas une mince affaire compte tenu de la baisse de taux de participation.
  • En ce qui a trait au Parti vert, l‘absence d‘un candidat du PLQ et de QS était l‘occasion rêvée de gonfler ses appuis et de se présenter comme une “alternative” face aux “partis traditionnels”, comme il l‘avait fait dans Pointe-aux-Trembles lors de l‘élection partielle de 2006. Occasion ratée ici puisque en pourcentage, les Verts perdent des plumes dans Charlevoix par rapport au dernier scrutin (en nombres absolus, c‘est encore plus marqué).
  • Globalement, les autres partis et les candidats indépendants ont recueilli 1,70% des voix: une goutte d‘eau dans l‘océan en somme.
  • Les électeurs qui ont appuyé le Parti libéral du Québec et Québec solidaire il y a six mois ont été contraints de voter pour un autre parti politique, ou encore à rester chez eux. Rentreront-ils au bercail lors de la prochaine élection générale ou conserveront-ils le comportement électoral nouvellement adopté lors de cette élection partielle?
  • Enfin, un petit commentaire par rapport au sondage UniMarketing réalisé dans Charlevoix la semaine dernière. UniMarketing donnait 63% à Pauline Marois et 31% à Conrad Harvey. En fin de compte, le score est de 59-37, ce qui est légèrement supérieur à la marge d‘erreur. Pas si mal, compte tenu du facteur “sortie de vote” qui devient passablement aléatoire lors d‘une élection partielle et des problèmes que pose la répartition des indécis lorsqu‘il manque un des trois principaux partis. Leçon à retenir: les sondages de circonscription peuvent être valables pour deviner le gagnant, mais pas nécessairement pour connaitre la marge de la victoire.

Élection partielle dans Charlevoix: la soirée électorale

(Note: cette page a été mise à jour pour la dernière fois à 22h48.)

19h57: Pour débuter la soirée, voici les taux de participation tels que publiés par le DGE durant la journée:

Vote par anticipation dans Charlevoix
Jour N %
Dimanche, 16 septembre 2007 2 607 7,86%
Lundi, 17 septembre 2007 1 763 5,32%
Total (vote par anticipation) 4 370 13,18%
Taux de participation dans Charlevoix
26 mars 2007 24 septembre 2007
11h30 N.D. N.D. 2 394 7,22%
14h30 N.D. N.D. 5 807 17,51%
17h30 N.D. N.D. 10 346 31,19%
Total 24 366 73,99% 19 398 58,47%
Électeurs inscrits 32 932 33 174

20h31: Résultats partiels (10 bureaux de vote sur 149):

  • Pauline Marois (PQ): 62,32 %
  • Conrad Harvey (ADQ): 34,31 %
  • David Turcotte (VRT): 1,68 %
  • Paul Biron (DC): 0,53 %
  • Claude Gagnon (ind.): 0,53 %
  • Daniel Laforest (ind.): 0,53 %
  • François Robert Lemire (REP): 0,09 %

Pour l‘instant, les résultats semblent aller dans le même sens que le sondage UniMarketing de vendredi dernier, mais il n‘y a que 1/15e des bureaux de scrutin de dépouillés.

20h38: Résultats partiels (20 bureaux de vote sur 149):

  • Pauline Marois (PQ): 56,50 %
  • Conrad Harvey (ADQ): 39,75 %
  • David Turcotte (VRT): 2,05 %
  • Paul Biron (DC): 0,62 %
  • Claude Gagnon (ind.): 0,54 %
  • Daniel Laforest (ind.): 0,35 %
  • François Robert Lemire (REP): 0,19 %

L‘ADQ vient de passer un seuil psychologique important: il excède le 37,67% obtenu par Rosaire Bertrand le 26 mars dernier. Mathématiquement, le “spin” voulant que Pauline Marois a eu “besoin des voix des libéraux” pour l‘emporter devient exact.

20h47: Hors-sujet: nous écoutons la Commission Bouchard-Taylor d‘une oreille distraite sur RDI et nous nous apercevons que la chef du Parti conscience universelle, Aline Lafond, prend la parole. On peut supposer que le parti est encore en vie.

20h52: Résultats partiels (40 bureaux de vote sur 149):

  • Pauline Marois (PQ): 59,33 %
  • Conrad Harvey (ADQ): 37,11 %
  • David Turcotte (VRT): 2,01 %
  • Paul Biron (DC): 0,64 %
  • Claude Gagnon (ind.): 0,42 %
  • François Robert Lemire (REP): 0,28 %
  • Daniel Laforest (ind.): 0,21 %

Pauline Marois maintient une avance de l‘ordre de 20% sur Conrad Harvey depuis plusieurs minutes. Quant au Parti vert, il ne parvient pas à engranger les appuis, en dépit de l‘absence de candidats pour le PLQ et QS (en fait, il y a baisse par rapport au 26 mars dernier).

20h56:

Résultats dans Charlevoix selon le DGE (50 bureaux de vote sur 149)
LIB ADQ PQ VRT QS aut.
Élection générale: 26 mars 2007 27,08 30,78 37,67 2,29 2,18 0,0
Élection partielle: 24 septembre 2007 0,00 37,23 59,10 2,05 0,00 1,62
Diff. -27,08 +6,45 +21,43 -0,24 -2,18 +1,62

L‘ADQ repasse sous la barre des 37,67%.

21h22:

Résultats dans Charlevoix selon le DGE (105 bureaux de vote sur 149)
LIB ADQ PQ VRT QS aut.
Élection générale: 26 mars 2007 27,08 30,78 37,67 2,29 2,18 0,0
Élection partielle: 24 septembre 2007 0,00 37,60 58,60 2,06 0,00 1,74
Diff. -27,08 +6,82 +20,93 -0,23 -2,18 +1,74

21h28: Résultats partiels (120 bureaux de vote sur 149):

  • Pauline Marois (PQ): 59,22 %
  • Conrad Harvey (ADQ): 37,07 %
  • David Turcotte (VRT): 2,04 %
  • Paul Biron (DC): 0,73 %
  • Claude Gagnon (ind.): 0,36 %
  • Daniel Laforest (ind.): 0,30 %
  • François Robert Lemire (REP): 0,29 %

21h53: Résultats préliminaires (149 bureaux de vote sur 149):

  • Pauline Marois (PQ): 59,16%
  • Conrad Harvey (ADQ): 37,04%
  • David Turcotte (VRT): 2,10%
  • Paul Biron (DC): 0,70%
  • Claude Gagnon (ind.): 0,40%
  • Daniel Laforest (ind.): 0,33%
  • François Robert Lemire (REP): 0,27%
Résultats dans Charlevoix selon le DGE (149 bureaux de vote sur 149)
LIB ADQ PQ VRT QS aut.
Élection générale: 26 mars 2007 27,08 30,78 37,67 2,29 2,18 0,0
Élection partielle: 24 septembre 2007 0,00 37,04 59,16 2,10 0,00 1,70
Diff. -27,08 +6,26 +21,49 -0,19 -2,18 +1,70

Élection partielle dans Charlevoix: contexte

L‘élection partielle qui a lieu aujourd‘hui dans Charlevoix a été déclenchée à la suite de la démission le 13 août dernier du député de Charlevoix et ex-ministre, M. Rosaire Bertrand (PQ), afin de permettre au chef du Parti québécois, Mme Pauline Marois, de faire son entrée à l‘Assemblée nationale.

M. Bertrand a été député de Charlevoix de 1994 à 2007. Auparavant, le comté a été représenté par un député de l‘Union nationale de 1948 à 1962, puis par un député libéral de 1962 à 1994.

Le scrutin met aux prises sept candidats:

  • BIRON, Paul (DC)
  • GAGNON, Claude (ind.)
  • HARVEY, Conrad (ADQ)
  • LAFOREST, Daniel (ind.)
  • LEMIRE, François Robert (REP)
  • MAROIS, Pauline (PQ)
  • TURCOTTE, David (VRT)

Le Parti libéral du Québec ainsi que Québec solidaire ont décidé de ne pas participer à cette élection partielle, contrairement à la dernière élection générale. Par contre, le Parti République du Québec participera à un scrutin pour la première fois de sa jeune histoire. Quant à l‘ADQ et aux Verts, tous deux ont présenté le même candidat qui a défendu leurs couleurs respectives le 26 mars dernier.

Élection générale 2007: Charlevoix
Candidat (parti) Votes (n) Votes (%)
Bertrand, Rosaire (PQ) 9 099 37,67
Harvey, Conrad (ADQ) 7 436 30,78
Bouchard, Jean-Guy (LIB) 6 541 27,08
Turcotte, David (VRT) 553 2,29
Charbonneau, Lucie (QS) 527 2,18
Bulletins valides 24 156 99,14
Bulletins rejetés 210 0,86
Vote exercé et taux de participation 24 366 73,99
Électeurs inscrits 32 932
Majorité 1 663 6,88

En l‘absence d‘un candidat libéral et de Québec solidaire, ce sont 7 068 électeurs qui se retrouvent orphelins lors de cette élection partielle et qui devront reporter leur choix vers un autre candidat, à supposer qu‘ils se donnent la peine de voter.

Pour de plus amples informations sur la circonscription de Charlevoix:

Sondage UniMarketing dans Charlevoix

Le Soleil a dévoilé ce matin les résultats d‘un sondage de la firme UniMarketing sur l‘élection partielle qui aura lieu dans Charlevoix lundi prochain (La Presse en parle également). Après répartition des 11% d‘indécis, les intentions de vote se répartisaient comme suit dans la circonscription de Charlevoix:

  • Pauline Marois (PQ): 63%
  • Conrad Harvey (ADQ): 31%
  • David Turcotte (VRT): 5%
  • Autres: 1%

Avant répartition des indécis, Pauline Marois obtient 56% de l‘appui des répondants et Conrad Harvey 28%.

En dépit du fait que le rapport d‘analyse d‘UniMarketing n‘était pas en ligne au moment d‘écrire cet article, Le Soleil et La Presse fournissent des renseignements intéressants:

  • Seulement 16% des répondants disent pouvoir changer d‘avis d‘ici le jour du scrutin.
  • Parmi les répondants ayant voté pour les libéraux le 26 mars dernier, 39% appuieront Conrad Harvey et 38% voteront pour Pauline Marois
  • Parmi les répondants ayant voté pour l‘ADQ le 26 mars dernier, 72% voteront pour Conrad Harvey et 18% appuieront Pauline Marois.
  • Il n‘y a pas de chiffres détaillés sur les répondants qui affirment avoir voté pour le PQ le 26 mars dernier, mais Le Soleil avance que “Pauline Marois conserve la plus grande partie du vote obtenu en mars par le député péquiste sortant Rosaire Bertrand”. Notons toutefois que faute de rapport d‘analyse, il nous est impossible de savoir si la répartition du vote lors de la dernière élection générale tel que rapporté par les répondants correspond aux résultats électoraux réels.

Rappelons que lors d‘un autre sondage réalisé par Léger Marketing dans Charlevoix à la fin août, Pauline Marois obtenait (avant répartition des 13% d‘indécis) 47% des appuis contre 32% pour Conrad Harvey et 8% pour les candidats des autres partis.

Le sondage téléphonique a été réalisé du 15 au 20 septembre auprès de 1 130 répondants de la circonscription électorale de Charlevoix. La marge d‘erreur est de 2,9%, 19 fois sur 20. Les données d‘ensemble ont été pondérées sur la base de recensement de 2001 en fonction du sexe, de l‘âge et du poids démographique des répondants de façon à rendre les résultats conformes à la situation générale de la population adulte de la circonscription. (Mà J 26 septembre 2007: le rapport d‘analyse est disponible ici (format pdf).)

Les électeurs orphelins

Comme nous l‘avions déjà indiqué hier en conclusion de notre billet sur l‘abstention lors d‘élections partielles où un chef de parti politique est dans la course (ça fait long pour dire “donner une free ride”, mais bon), les électeurs du comté de Charlevoix qui ont voté pour le Parti libéral du Québec lors de la dernière élection générale pourront adopter quatre attitudes le 24 septembre prochain:

  • S’abstenir de voter
  • Voter pour le Parti québécois
  • Voter pour un tiers parti
  • Voter pour l‘Action démocratique du Québec (c‘est là l‘inédit de la situation: avoir la possibilité de voter pour deux partis représentés à l‘Assemblée nationale plutôt qu‘un seul)

Ça a l‘air banal dit comme ça, mais pour ceux qui sont dans cette situation, le choix n‘est pas nécessairement facile à faire, tant par attachement partisan qu‘en raison des conséquences que leur vote pourrait avoir sur l‘échiquier politique québécois (surtout si la lutte devient serrée). Et selon Le Soleil, les organisateurs du Parti libéral se questionnent encore sur la “consigne” à donner (s‘il y en a une) aux électeurs qui ont voté libéral le 26 mars dernier.

Petit commentaire sur la majorité de 1 663 de Rosaire Bertrand le 26 mars dernier: oui, ça semble court à première vue, mais une telle majorité n‘a pas le même poids selon qu‘elle se retrouve dans un comté de 33 000 électeurs comme Charlevoix ou dans un comté de 59 000 électeurs comme Chambly (et encore, nous ne parlons pas des Îles-de-la-Madeleine). Toutes proportions gardées, une remontée de 1 663 voix dans Charlevoix équivaut à une augmentation de près de 7% des voix par rapport à la dernière élection générale. Présenté comme ça, c‘est moins serré qu‘il n‘y paraît au premier abord. Il est vrai toutefois qu‘avec 6 541 électeurs libéraux “orphelins” (27% des suffrages en 2007), ça change passablement la donne. Poursuivez la lecture de «Les électeurs orphelins»→

Démission de Rosaire Bertrand

Rosaire BertrandC‘est maintenant officiel, le député Rosaire Bertrand (PQ) quitte et Pauline Marois se lance à sa succession à titre de députée de Charlevoix.

Et tant qu‘à officialiser les choses, nous profitons de ce billet pour lancer notre section spéciale sur l‘élection partielle dans Charlevoix qui, théoriquement, pourrait avoir lieu aussi tard que le 17 mars 2008, si une élection générale n‘est pas déclenchée entretemps.

MISE À JOUR (13 août 2007, 21h30): Le chef du Parti libéral du Québec, Jean Charest, a annoncé cet après-midi que son parti ne présentera pas de candidat lors de la partielle dans Charlevoix. Reste à voir si Jean-Guy Bouchard, candidat défait (LIB) en 2007, sera toujours intéressé à porter les couleurs du Parti libéral, comme il l‘avait laissé entendre il y a quelques semaines. Reste à voir également ce que fera l‘Action démocratique du Québec.

CNW TelbecA l‘attention du directeur de l‘information:

Pauline Marois sera candidate dans la circonscription de Charlevoix

LA MALBAIE, QC, le 13 août /CNW Telbec/ – La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, a annoncé aujourd‘hui que c‘est avec plaisir qu‘elle acceptait l‘invitation de l‘exécutif du Parti québécois de Charlevoix d‘être candidate dans la circonscription. “C‘est avec beaucoup d‘enthousiasme que j’annonce aujourd‘hui ma candidature dans Charlevoix. C‘est une circonscription que je connais bien et, si la population de Charlevoix me fait confiance, c‘est avec beaucoup d‘honneur que je la représenterai à l‘Assemblée nationale”, a affirmé Pauline Marois.

Pauline Marois a tenu à rendre hommage à Rosaire Bertrand pour sa grande contribution à la vie politique québécoise : “Je tiens à souligner l‘engagement exceptionnel de Rosaire Bertrand pour le Québec et plus particulièrement auprès de ses concitoyennes et concitoyens de Charlevoix. Homme de valeur et homme de coeur, c‘est avec passion qu‘il a représenté la circonscription de Charlevoix depuis 1994. Je voudrais le remercier de la confiance qu‘il me témoigne en me donnant la possibilité, si les citoyens de Charlevoix en décident ainsi, de devenir la députée de cette magnifique circonscription. Je sais combien il a été présent et dévoué auprès de la population et j’entends mettre la même passion, le même respect et le même dévouement à représenter les gens d‘ici” a souligné Pauline Marois.

“Au cours des prochaines semaines, je compte rencontrer les gens de la région pour connaître plus particulièrement leurs besoins et leurs attentes. Je souhaite également que le premier ministre déclenche rapidement l‘élection partielle afin de, je l‘espère, pouvoir représenter dignement, efficacement et pour longtemps les gens de Charlevoix dès la rentrée à l‘Assemblée nationale”, a conclu la chef du Parti Québécois, Pauline Marois.

Renseignements: Christiane Miville-Deschênes, (514) 605-1042; Source: Direction générale du Parti Québécois


Ça sent la partielle…

Cet avis de convocation à une conférence de presse est paru sur CNW vers 18h ce soir:

CNW TelbecAvis aux médias – Parti Québécois

MONTREAL, le 12 août /CNW Telbec/ – La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, et le député de Charlevoix, Rosaire Bertrand, rencontreront les représentants des médias lundi après-midi à La Malbaie.

<<
DATE : Le lundi 13 août 2007
HEURE : 14 h
LIEU : Centre d‘études collégiales de Charlevoix
855, rue Richelieu
La Malbaie
>>

Renseignements: Christiane Miville-Deschênes, (514) 605-1042; Source:
Direction générale du Parti Québécois

Si les rumeurs des dernières semaines sont fondées, on peut penser que Rosaire Bertrand annoncera sa démission comme député de Charlevoix afin de laisser sa place à la nouvelle chef du Parti québécois.

Charlevoix: nous serons bientôt fixés

Selon cet article de Michel Corbeil paru ce matin dans Le Soleil, nous ne tarderons pas à connaître le sort du député de Charlevoix, Rosaire Bertrand (PQ) et, par le fait même, celui du chef de son parti, Pauline Marois. Poursuivez la lecture de «Charlevoix: nous serons bientôt fixés»→

Marois dans Charlevoix?

Les organisateurs péquistes sont loin d‘avoir des atomes crochus avec les quotidiens du groupe Gesca, mais ils tenteraient de sonder une idée dans les médias et dans l‘opinion publique qu‘ils ne s‘y prendraient pas autrement: d‘abord, un chroniqueur politique d‘un quotidien de la capitale nationale (indice: c‘est celui qui n‘est pas en lock-out) lance une idée en l‘air comme ça, puis ensuite, le principal intéressé par l‘idée-en-l‘air-comme-ça exprime son ouverture envers celle-ci. Poursuivez la lecture de «Marois dans Charlevoix?»→

Marois à Québec?

Compte tenu des réticences que semble manifester le député de Pointe-aux-Trembles, André Boisclair (PQ), à l‘idée de céder son siège à la nouvelle cheffe du Parti québécois, Pauline Marois, le chroniqueur Gilbert Lavoie suggère ce matin dans Le Soleil la possibilité que cette dernière tente sa chance dans une circonscription de la région de Québec, plus précisément dans Charlevoix, dont le député, l‘ex-ministre Rosaire Bertrand (PQ), avait connu des problèmes de santé l‘automne dernier.

La suggestion est d‘autant plus ironique qu‘à l‘époque où Boisclair avait été élu à la direction du Parti québécois, il avait lui-même envisagé (et bien peu de commentateurs politiques de la région avaient tenté de l‘en dissuader) d‘obtenir un siège à l‘Assemblée nationale dans une circonscription de la région.

Rappelons que Pauline Marois, qui est originaire de Québec, avait été élue pour la première fois dans La Peltrie lors de l‘élection générale de 1981 avant d‘être défaite par le libéral (à l‘époque) Lawrence Cannon en 1985. Par la suite, elle représenta la circonscription électorale de Taillon de 1989 à 2006.

La circonscription de Charlevoix est représentée par Rosaire Bertrand depuis 1994. Le 26 mars dernier, il avait été réélu par 1 663 voix de majorité (6,88%) sur son principal adversaire, l‘adéquiste Conrad Harvey. Dans l‘autre circonscription péquiste de la région, celle de Taschereau, la députée Agnès Maltais l‘avait emporté par une marge plus confortable (3 178 votes ou 9,56%) sur une autre candidate de l‘ADQ, Caroline Pageau. Toutefois, Gilbert Lavoie ne mentionne pas cette possibilité dans sa chronique.

Le vendredi 29 juin 2007

Marois dans Charlevoix?

Gilbert Lavoie
Le Soleil

Pauline Marois a réitéré jeudi qu‘elle aimerait siéger à l‘Assemblée nationale dès la reprise des travaux, en octobre. Quand on y pense bien, pourquoi ne serait-elle pas candidate dans Charlevoix ? Le député Rosaire Bertrand déclarait hier encore que Mme Marois devrait se présenter dans la région de la capitale. Comme disent les anglophones, « put your money where your mouth is ». M. Bertrand serait-il disposé à offrir sa circonscription à sa chef ?

Voyons un peu : Mario Dumont vient de Rivière-du-Loup, et Philippe Couillard habite Québec. Si M. Couillard devait succéder à Jean Charest, le PQ serait le seul parti dirigé par un leader montréalais. Or on a vu, aux dernières élections, à quel point la marque de commerce « Montréal » passe mal à l‘extérieur de la métropole.

Pauline Marois a déjà une maison d‘été dans Charlevoix. Le député Bertrand, aura 71 ans en octobre. Parions qu‘il serait fort honoré de lui céder sa circonscription. Charlevoix vote péquiste depuis 1994, et M. Bertrand a obtenu une majorité de 1936 voix le 26 mars, une hausse de 563 voix par rapport aux élections de 2003. Ce n‘est pas une circonscription aussi sûre pour le PQ que l‘est Rivière-du-Loup pour Mario Dumont, mais ce n‘est pas plus risqué que Jean-Talon pour le ministre Couillard. Et puis, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Pauline Marois a eu une conversation avec André Boisclair, mercredi. Elle semble avoir fait une croix sur la possibilité de se présenter dans sa circonscription de Pointe-aux-Trembles. M. Boisclair n‘a pas de fortune personnelle, il est en recherche d‘emploi, et il n‘est pas enclin à remettre sa démission tant qu‘il n‘aura pas un revenu assuré ailleurs.

De plus, le Parti québécois ne veut pas donner l‘impression aux gens de Pointe-aux-Trembles que leur circonscription est devenu la porte d‘entrée de ses leaders à l‘Assemblée nationale.

Le Parti québécois détient d‘autres circonscriptions sûres à Montréal, dont celle de Louise Harel, qui a songé à quitter la politique à la fin du mandat précédent. Mais Mme Harel semble maintenant déterminée à rester.

Personne d‘autre à Montréal ne semble enclin à quitter, et Mme Marois ne veut pas vivre le cauchemar de Lucien Bouchard, qui représentait une région éloignée comme Jonquière, lorsqu‘il dirigeait le PQ. Bref, son premier choix se portera sur la région de Montréal ou celle de Québec. Pourquoi pas Charlevoix ?

Pauline Marois a montré, cette semaine, qu‘elle compte imposer un grand virage au Parti québécois. Ses rencontres des derniers jours confirment le sérieux de ses intentions. Ainsi, elle a pris un repas avec Lucien Bouchard, peu de temps avant la Saint-Jean Baptiste. Or M. Bouchard est fort mal vu des péquistes orthodoxes qui ont toujours douté de ses convictions souverainistes. Et il est tout aussi mal vu des sociaux-démocrates depuis qu‘il a lancé le mouvement des lucides. Par contre, Mme Marois n‘a toujours pas consulté Bernard Landry, qui prêchait un interventionnisme à outrance et qui se souciait peu du déficit lorsqu‘il était premier ministre. M. Landry pourra jouer les belles-mères s‘il le désire, il ne sera pas dans les confidences de Mme Marois. Son absence du Capitole, mercredi soir, était significative, tout comme celle d‘André Boisclair.

Au fond, Mme Marois enverrait un signal très fort si elle quittait Montréal pour se présenter dans Charlevoix. Ce serait quitter la gauche caviar du Plateau Mont-Royal, dont la pensée est souvent à des lieux des préoccupations du reste du Québec. Et si Mme Marois s‘ennuie, elle pourrait toujours aller prendre le lunch chez Louise Beaudoin qui reçoit souvent ses amies de filles, les Lisa Frulla et Lise Bissonnette, dans son p‘tit chalet de Charlevoix. À quatre, elles pourraient réinventer le monde.

PQ Charlevoix: Rosaire Bertrand confirmé

La dépêche suivante de la Presse canadienne, parue ce matin dans Cyberpresse, nous informe que le député de Charlevoix et ex-ministre, Rosaire Bertrand (PQ), dont l‘assemblée d‘investiture prévue initialement à la mi-septembre avait été annulée pour des raisons de santé, a été confirmé comme candidat cet aprèsmidi:

Le dimanche 10 décembre 2006cet

Le député péquiste Rosaire Bertrand sera de nouveau candidat

Presse Canadienne
Charlevoix

Le député péquiste de Charlevoix, Rosaire Bertrand, sera confirmé dimanche après-midi comme candidat péquiste dans cette circonscription en vue des prochaines élections générales.

Le chef péquiste André Boisclair assistera à l‘assemblée d‘investiture, de même que le frère du député, l‘avocat Guy Bertrand.

Rosaire Bertrand sollicitera un 4e mandat, lui qui a été élu pour la première fois en 1994.

M. Bertrand a connu des ennuis de santé en septembre dernier. Il avait été brièvement hospitalisé après avoir subi un malaise lors d‘une ronde de golf, dans son comté.

Élection générale 2007: circonscription électorale de Charlevoix

Ronde des candidats du PQ à Québec: la suite

Nous avions parlé il y a quelques semaines des candidatures potentielles du Parti québécois dans la région de la Capitale-Nationale en vue de la prochaine élection générale. Voici quelques nouvelles supplémentaires:

  • Le Soleil rapporte que M. Régis Labeaume, président-directeur général de la Fondation de l‘entrepreneurship, aurait été “invité par deux partis à tenter sa chance comme candidat” lors de la prochaine élection générale (le PQ lui aurait offert Louis-Hébert), ce qu‘il a refusé. M. Labeaume avait déjà été candidat à l‘investiture du Parti québécois dans Montmorency en 1998. Il avait alors été défait par l‘ex-député et ex-ministre Jean-François Simard. Plus tard en 2005, il fut candidat à la direction du Renouveau municipal de Québec, s‘inclinant devant Claude Larose.
  • La nouvelle était déjà parue la semaine dernière, mais nous n‘en avions pas parlé, faute d‘avoit trouvé un lien: l‘avocat Jean-François Bertrand, neveu du député de Charlevoix et ex-ministre, M. Rosaire Bertrand (PQ), sera candidat à l‘investiture du PQ dans Louis-Hébert, là où son propre père, le célèbre avocat Guy Bertrand, avait été candidat lors de l‘élection générale de 1989. On ne doit pas confondre M. Bertrand avec l‘ex-député de Vanier (1976-1985) et ex-ministre Jean-François Bertrand (PQ), lui-même fils de l‘ex-premier ministre et ex-député de Missisquoi, M. Jean-Jacques Bertrand (UN).
  • M. Bertrand fera vraisemblablement face à deux candidats à l‘investiture du PQ dans Louis-Hébert, soit M. André Joli-Coeur, avocat dont le nom circule depuis plusieurs mois parmi les candidats potentiels, et M. Pascal-Pierre Paillé, enseignant qui avait annoncé sa candidature dès avril 2006.

PQ: assemblées d’investiture des 16 et 17 septembre

Trois assemblées d‘investiture étaient prévues dans le camp du Parti québécois cette fin de semaine. Les résultats furent les suivants: