[Google]

Catégories

Liens

Géographie: Chutes-de-la-Chaudière

La circonscription(1)

Aperçu historique

La circonscription électorale de Chutes-de-la-Chaudière fut créée en 1989. L’orthographe de ce nom fut «Les Chutes-de-la-Chaudière» de 1989 à 1994.

De 1867 à 1989, le territoire qui constitue aujourd’hui la circonscription électorale de Chutes-de-la-Chaudière était inclus dans la circonscription de Lévis.

Origines de la désignation(2)

Ce toponyme fait référence aux chutes de la Chaudière, situées dans cette circonscription et désignées ainsi au 17e siècle, dont le nom a fini par s’étendre à l’ensemble de la rivière du même nom.

Carte électorale de 2011

Description

En vertu de la «Liste des circonscriptions électorales avec leur nom et leur délimitation» (2011 GOQ 2, 4631A), publiée dans la Gazette officielle du Québec le 20 octobre 2011, la circonscription électorale des Chutes-de-la-Chaudière est décrite comme suit(3):

«La circonscription des Chutes-de-la-Chaudière comprend la partie de la Ville de Lévis située dans l’arrondissement des Chutes-de-la-Chaudière-Est et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement des Chutes-de-la-Chaudière-Est située au sud de l’autoroute Jean-Lesage (20).

Elle comprend aussi la partie de la Ville de Lévis qui correspond à l’arrondissement des Chutes-de-la-Chaudière-Ouest.»

Chutes-de-la-Chaudière

Circonscription électorale de Chutes-de-la-Chaudière, carte électorale de 2011 (source: Commission de la représentation électorale)

Situation géographique

La circonscription électorale des Chutes-de-la-Chaudière est située dans la partie nord de la région administrative de Chaudière-Appalaches. Elle est entourée des circonscriptions de Lévis au nord-est, de Bellechasse à l’est, de Beauce-Nord au sud, de Lotbinière-Frontenac à l’ouest et du fleuve Saint-Laurent au nord-est.

Chaudière-Appalaches

Région administrative de Chaudière-Appalaches, carte électorale de 2011 (source: Commission de la représentation électorale)

Carte électorale de 2001

Description

En vertu de la «Liste des circonscriptions électorales avec leur nom et leur délimitation» (2001 GOQ 2, 8181a), publiée dans la Gazette officielle du Québec le 18 décembre 2001, la circonscription électorale des Chutes-de-la-Chaudière est décrite comme suit:

«La circonscription des Chutes-de-la-Chaudière comprend les municipalités suivantes : Charny (V), Saint-Étienne-de-Lauzon (M), Sainte-Hélène-de-Breakeyville (P), Saint-Jean-Chrysostome (V), Saint-Nicolas (V) et Saint-Rédempteur (V).»

Chutes-de-la-Chaudière

Circonscription électorale de Chutes-de-la-Chaudière, carte électorale de 2001 (source: Commission de la représentation électorale)

Situation géographique

La circonscription électorale des Chutes-de-la-Chaudière est située dans la partie nord de la région administrative de Chaudière-Appalaches. Elle est entourée des circonscriptions de Lévis à l’est, de Beauce-Nord au sud-est, de Lotbinière au sud et à l’ouest et du fleuve Saint-Laurent au nord.

Chaudière-Appalaches

Région administrative de Chaudière-Appalaches, carte électorale de 2001 (source: Commission de la représentation électorale)

Carte électorale de 1992

Description

En vertu de la «Liste des circonscriptions électorales avec leur nom et leur délimitation» (1992 GOQ 2, 4373), publiée dans la Gazette officielle du Québec le 12 juin 1992, la circonscription électorale de Chutes-de-la-Chaudière est décrite comme suit:

«La circonscription des Chutes-de-la-Chaudière comprend les municipalités suivantes: Bernières sd, Charny v, Saint-Étienne-de-Lauzon sd, Sainte-Hélène-de-Breakeyville p, Saint-Jean-Chrysostome v, Saint-Lambert-de-Lauzon p, Saint-Nicolas v, Saint-Rédempteur v et Saint-Romuald v.»

Chutes-de-la-Chaudière

Circonscription électorale de Chutes-de-la-Chaudière, carte électorale de 1992 (source: Commission de la représentation électorale)

Situation géographique

Chaudière-Appalaches

Région administrative de Chaudière-Appalaches, carte électorale de 1992 (source: Commission de la représentation électorale)

Notes:

  1. Pour alléger le texte, nous employons ici le terme «circonscription électorale», même s’il n’a pas toujours été employé dans la législation électorale et qu’il constitue, dans certains contextes, un anachronisme. ()
  2. Les informations contenues dans la rubrique «Origines de la désignation» proviennent de plusieurs sources dont les principales sont: les rapports de la Commission de la représentation électorale, le site Web de la Commission de toponymie, le Dictionnaire biographique du Canada en ligne ainsi que l’ouvrage «La toponymie électorale au fil de l’histoire de la carte électorale du Québec», publié par le Directeur général des élections. ()
  3. Les lieux géographiques mentionnés dans les descriptions des circonscriptions sont ceux existant au moment de l’entrée en vigueur de la nouvelle carte électorale. ()

La fonction commentaires est désactivée pour cet article.